Toulon, 21 sep­tembre 2017

La Fête du livre du Var a déjà 20 ans.

Pour son ving­tième anni­ver­saire, elle sera pré­si­dée par Douglas Kennedy, le plus fran­çais des écri­vains amé­ri­cains. Une édi­tion anni­ver­saire avec, au pro­gramme, trois jours de fes­ti­vi­tés littéraires.

DU 17 AU 19 NOVEMBRE 2017 PLACE D’ARMES A TOULON

Ce ving­tième anni­ver­saire se veut une grande Fête ! Le Département du Var sou­haite en faire un ren­dez-vous inou­bliable et invite Douglas Kennedy pour pré­si­der les trois jours de fes­ti­vi­tés lit­té­raires gra­tuites. Il ambi­tionne de faire de cette fête du livre la grande mani­fes­ta­tion de clô­ture de la sai­son lit­té­raire. Sous le cha­pi­teau ins­tal­lé place d’Armes à Toulon, seront réunis libraires, auteurs et illus­tra­teurs. En 2016 : plus de 35 000 visi­teurs ont fré­quen­té l’é­vé­ne­ment. Cette année encore, la pro­gram­ma­tion célé­bre­ra la lit­té­ra­ture et offri­ra au public de belles his­toires. L’édition 2017 sera une occa­sion unique de ren­con­trer, décou­vrir, les auteurs mar­quants de l’an­née lit­té­raire mais éga­le­ment de relire avec les écri­vains qui l’ont commentée.

Pour son ving­tième anni­ver­saire, pre­mier cadeau fait aux lec­teurs : Douglas Kennedy. Son goût des salons lit­té­raires, qu’il consi­dère comme « une solu­tion fran­çaise magni­fique pour ren­con­trer ses lec­teurs », le rend acces­sible à tous. « Ni écri­vain popu­laire, ni très lit­té­raire, mais entre les deux » comme il aime à se décrire, l’au­teur amé­ri­cain, qui maî­trise la langue de Molière, pense en fran­çais et écrit en anglais, sa langue mater­nelle et « sa peau lit­té­raire ». Né à Manhattan en 1955, Douglas Kennedy a long­temps vécu à Dublin et séjourne très régu­liè­re­ment à Londres, Paris et Berlin. Il a tra­vaillé dans le théâtre puis en tant que jour­na­liste free-lance avant de publier, en 1988, un récit de voyage. C’est son pre­mier roman, « Cul-de-sac », sor­ti en 1994 puis réédi­té en 2008 sous le titre « Piège nup­tial » , qui lance véri­ta­ble­ment sa car­rière d’é­cri­vain. Suit L’homme qui vou­lait vivre sa vie (Belfond, 1998), tra­duit en seize langues puis adap­té au ciné­ma en 2010. Après trois ouvrages qua­li­fiés de thril­lers psy­cho­lo­giques, La Poursuite du bon­heur (Belfond, 2001) marque un chan­ge­ment radi­cal dans son style. Une dou­zaine de romans sui­vra. Douglas Kennedy a ren­con­tré un véri­table suc­cès avec 14 mil­lions d’exem­plaires ven­dus dont 8 mil­lions en France et dans les pays fran­co­phones. Son nou­veau roman, La Symphonie du hasard, est une grande fresque amé­ri­caine qui se déroule entre 1971 ( juste avant le Watergate, pen­dant la guerre du Vietnam) et 1984 (Reagan, le sida et les gol­dens boys de Wall Street). Il emmè­ne­ra le lec­teur dans l’in­ti­mi­té d’une famille, d’un pays et de ses secrets mais il fau­dra attendre le 9 novembre, pour en savoir plus… Douglas Kennedy sera pré­sent sous le cha­pi­teau durant les trois jours de la Fête du livre du Var et dès le ven­dre­di 17 novembre, il remet­tra le Prix des lec­teurs du Var avec le Président du Conseil dépar­te­men­tal, Marc Giraud.

ILS ONT PRÉSIDÉ LA FÊTE DU LIVRE DU VAR

Marek Halter (1997) Yves Berger (1999) Paule Constant (2007) Elias Khoury (2010) Gilbert Sinoué (2011) Malek Chebel (2012) Erride Luca(2014) Alaa El Aswany (2015) JéromeFerrari (2016)

DU CÔTÉ DES AUTEURS ET DESSINATEURS ÉTRANGERS

William Finnegan, cou­ron­né du Prix Pulitzer de la bio­gra­phie 2016, l’ou­vrage « Jours bar­bares : une vie de surf », où il mêle ses sou­ve­nirs des conflits qu’il a cou­verts comme grand repor­ter de guerre et réflexions autour du surf sa pas­sion. Salué par la cri­tique et le public éga­le­ment en France, il a reçu le Prix America 2017 et ren­contre un vrai suc­cès de librairie.

Craig Johnson, auteur amé­ri­cain de polars. Son pre­mier roman, Little Bird (The Cold Dish en VO), paraît en 2005 aux États-Unis. Il met en scène le shé­rif Walt Longmire et consti­tue le pre­mier volet d’une saga qui compte à ce jour douze titres et fait régu­liè­re­ment par­tie des listes de best-sel­lers aux États-Unis. La série Longmire, adap­ta­tion télé­vi­sée de l’univers de Craig Johnson, a connu un immense suc­cès aux États-Unis. Elle est dif­fu­sée en France sur la chaîne D8. Craig Jonhson n’est pas venu en France depuis plu­sieurs années.

Ian Mc Guire auteur irlan­dais. Avec son pre­mier livre publié en France, Dans les eaux du Grand Nord, l’auteur met le cap sur le meilleur de la lit­té­ra­ture clas­sique et déchaîne une tem­pête d’émotions fortes. Gilbert Shelton est un auteur amé­ri­cain de bande des­si­née vivant à Paris. Il com­mence sa car­rière en 1959 dans le jour­nal estu­dian­tin Ranger. En 1969, il crée les Fabulous Freak Brothers qui le ren­dront célèbre.

Avec Robert Crumb et Vaughn Bodé, Gilbert Shelton est un des auteurs les plus mar­quants de la bande des­si­née under­ground amé­ri­caine. Il conti­nue de publier dans le Zap Comix. Il est aus­si le créa­teur de Super Phacochère, super héros très poli­ti­que­ment incorrect.

Milan Jovanovic, des­si­na­teur serbe, col­la­bore comme illus­tra­teur et desi­gner dans dif­fé­rentes agences de pub et revues. La ren­contre avec le scé­na­riste Dorde Milosavljevic sera le point de départ de leur col­la­bo­ra­tion sur la série his­to­rique Kalokagathia (deux albums parus). Milan Jovanovic sera d’ailleurs récom­pen­sé pour cette série par le « Prix du meilleur jeune auteur » au Salon de BD de Zajecar en 1996. Une longue ami­tié avec Darko Macan, un scé­na­riste Croate de renom­mée inter­na­tio­nale, abou­tit à une série en cinq volumes La Bête Noire publié par Novi Sad.

DU CÔTÉ DES AUTEURS FRANÇAIS OU DE LANGUE FRANÇAISE

Mazarine Pingeot, Rebecca Lighieri, Arno Bertina, Oriane Jeancourt Galignani. Eirikur Orn Norddahl, l’au­teur du trés remar­qué Illska, le mal roman coup de poing de 2015, revient avec un nou­veau titre Heimska, la stu­pi­di­té, roman d’an­ti­ci­pa­tion tein­té de Big bro­ther déjà récom­pén­sé par le Prix trans­fuge du roman scan­di­nave, Roman Shurzenko, des­si­na­teur russe de Thorgal, Evana Kisa, des­si­na­trice islan­daise d’Atalante ody­sée, … Philippe Djian, roman­cier, nou­vel­liste, paro­lier et scé­na­riste. Nombreuses sont ses œuvres por­tées à l’é­cran comme Bleu comme l’en­fer par Yves Boisset (1983), 37°2 le matin par JeanJacques Beineix (1986) qui lui appor­te­ra une popu­la­ri­té et plus recem­ment Oh (Prix Interallié 2012) sous le titre Elle par Paul Verhoeven (2016), Louis-Philippe Dalembert, récom­pen­sé par 2 prix lit­té­raires (Prix France bleu page des libraires et Prix orange du livre décer­né par 215 000 lec­teurs) pour son roman Avant que les ombres s’ef­facent, Éric Reinhard, son nou­veau roman La chambre des époux fait par­tie des 10 auteurs de la ren­trée lit­té­raire, Didier Lestrade, auteur d » « Act Up-une his­toire ». L’adaptation au ciné­ma de ce livre sous le titre « 120 bat­te­ments par minute » a reçu le Grand Prix du jury du Festival de Cannes 2017, Frank Thilliez, maître du polar fran­çais avec son héro Sharko, pro­chai­ne­ment por­té à l’é­cran pour France 2, Enki Bilal, a construit sa vie et son œuvre autour du des­sin. Star incon­tour­nable du monde de la bande des­si­née, il publie­ra « Bug » sa nou­velle bande des­si­née en novembre.

CES AUTEURS QUI FONT L’ACTUALITÉ

Une belle place sera accor­dée aux auteurs de polars avec la pré­sence de Franck Thilliez dont le der­nier ouvrage Sharko connait déjà un trés grand suc­cès et éga­le­ment Karine Giebel, Richard Morgiève et Craig Johnson. Au pro­gramme, trois jours de fes­ti­vi­tés lit­té­raires ! Au pro­gramme de la Fête du livre, plus de 70 ren­dez-vous, aux for­mats variés, ouverts aux adultes comme aux plus jeunes qui témoignent de la richesse du pay­sage lit­té­raire et édi­to­rial de l’année 2017. Eric Vuillar, qui a publié en mai le très remar­qué L’ordre du jour, qui retrace les évè­ne­ments et les cou­lisses de l’Anschluss (1ère sélec­tion au Goncourt). Justine Augier, auteur de « L’ardeur », 1ère sélec­tion au Prix Renaudot. Véronique OLMI, Prix du roman FNAC 2017 pour « Bakhita ». Elle est éga­le­ment en lice pour le Goncourt, le Prix Landerneau et le Prix Fémina. Tanguy Viel, lau­réat grand prix RTL-LIRE 2017. Laetitia Colombani, son 1er roman « La tresse » récom­pén­sé par le Prix Relay 2017 s’est ven­du à plus de 200 000 exem­plaires. Thomas Flahaut, auteur d’un pre­mier roman remar­qué « Ostwald ». Romain Puertolas, dont le nou­veau roman « Tout un été sans Facebook » retient toutes les atten­tions après le phé­no­mé­nal suc­cès de l’ex­tra­or­di­naire his­toire du Fakir coin­cé dans une armoire Ikéa, ven­du à 550 000 exem­plaires, tra­duit dans 36 pays et bien­tôt au ciné­ma. Alexia Stresi, décou­verte 2017 pour son roman « Looping ». Nehemy Pierre-Dahomey, décou­verte 2017 pour son roman « Rapatriés ».

Pendant 3 jours, l’Hôtel des arts et le cha­pi­teau de la Fête du livre du Var ren­dront hom­mage à l’un des der­niers géants de la bande des­si­née, MOEBIUS et pour les plus curieux d’entre eux, « L’énigme polar » est à décou­vrir ! Installés dans « La biblio­thèque idéale », petits et grands pour­ront lire ou relire des his­toires d’ex­cep­tion. Le Conseil dépar­te­men­tal du Var orga­nise, depuis main­te­nant 15 ans, le Prix des lec­teurs du Var. Il récom­pense un roman adulte et un roman jeu­nesse par­mi une sélec­tion de 3 ouvrages par caté­go­rie. Seul le public est juge. Le résul­tat est pro­cla­mé lors de l’i­nau­gu­ra­tion de la Fête du livre en novembre. Le prix est remis par Douglas Kennedy et le Président du Conseil dépar­te­men­tal, Marc Giraud. Le Prix des lec­teurs du Var offre, chaque année, une sélec­tion d’au­teurs de talent, fran­çais ou étran­gers. Primés, nombre d’é­cri­vains en com­pé­ti­tion dans le Var ont connu un grand suc­cès auprès du public. Certains livres ont été adap­tés au ciné­ma, d’autres ont ser­vi de trem­plin à leur auteur. Tous ont une his­toire par­ti­cu­lière avec la Fête du livre du Var. Comme l’an der­nier, le Département pro­pose au public de pro­lon­ger la 1ère soi­rée de la Fête du livre par une noc­turne en pré­sence de 20 per­son­na­li­tés varoises qui vien­dront pré­sen­ter « le livre qui a chan­gé leur vie » et bien sur Douglas Kennedy qui se prê­te­ra à l’exer­cice de la « lec­ture-ren­contre » autour de son der­nier roman.

Les chiffres clés de la Fête

1 cha­pi­teau de 2800 m² ins­tal­lé Places d’Armes à Toulon, 1 pré­sident d’hon­neur de renom­mée inter­na­tio­nale, 16 libraires prêts à accueillir les auteurs sur leur stand, 150 auteurs géné­ra­listes atten­dus, 60 auteurs de BD et illus­tra­teurs, 40 auteurs jeu­nesse invi­tés, 65 média­thèques et biblio­thèques varoises pro­po­sant des acti­vi­tés autour du Prix des lec­teurs du Var, 700 élèves varois invités.

Rédaction