Notre pays de lâches a tressé lui-même la corde qui sert à le pendre

21 octobre 2020 | 2 Commentaires 

« La France a peur » aurait dramatiquement déclaré Roger Gicquel en ouverture de son journal de 20 heures, s’il était encore de ce monde

De fait, la France est à la fois hor­ri­fiée et révol­tée après l’atroce assas­si­nat du pro­fes­seur de col­lège, Samuel Paty, ven­dre­di der­nier à Conflans-Sainte-Honorine, vic­time d’une « fat­wa » lan­cée par un parent d’élève. Malheureusement, cette France aujourd’hui en émoi se réveille bien tard pour crier son indi­gna­tion car ce qui vient d’arriver est le résul­tat de sa lâche­té et de sa tar­tuf­fe­rie affi­chées depuis des décen­nies.

Les coups de men­ton et rodo­mon­tades des nos diri­geants actuels ne sont que le cache-misère de leur par­faite incu­rie ayant per­mis à l’islam radi­cal de faire son lit dans notre « cher vieux pays », selon la for­mule gaul­lienne. Désormais, les fon­da­men­ta­listes s’y sentent en pays conquis. Ils voient par­fai­te­ment qu’en face il n’y a aucune résis­tance des auto­ri­tés – bien au contraire ! – et se per­mettent, en toute impu­ni­té, d’attiser la haine sur les Français « de souche ». Le lan­ceur d’alerte Éric Zemmour fai­sant à ce titre figure de bouc-émis­saire de choix. Dans le même temps, ils surfent habi­le­ment sur les repen­tances gou­ver­ne­men­tales à répé­ti­tion (colo­ni­sa­tion, escla­vage, indi­gènes de la République, guerre d’Algérie…) afin d’exacerber le sen­ti­ment de culpa­bi­li­té ins­til­lé dans la popu­la­tion autochtone.

Victimisation et culpabilisations sont les deux mamelles de leur hégémonisme

Depuis des décen­nies, la peur de paraître « isla­mo­phobe » a ren­du la France et ses diri­geants très lâches ! Cacher la pous­sière sous le tapis est deve­nu, depuis long­temps, la stra­té­gie com­mune de l’État et de ses ser­vices publics : Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (APHP), uni­ver­si­tés, police, gen­dar­me­rie, admi­nis­tra­tions péni­ten­tiaires et, bien enten­du, Éducation Nationale. Samuel Paty est la der­nière vic­time en date de cette lâche­té ins­ti­tu­tion­na­li­sée : on dit que la rec­trice de son aca­dé­mie était sur le point de le sanc­tion­ner suite aux plaintes de parents d’élèves acti­vistes com­mu­nau­ta­ristes dont Hajj Brahim, aujourd’hui en garde à vue et qui, semble-t-il, était ins­crit au fameux fichier “S” !

Cette lâche­té à com­battre l’islamisme est la consé­quence du clien­té­lisme de la gauche dure (et moins dure) qui a inven­té le « racia­lisme » aujourd’hui pro­mu par La France Insoumise pour faire rem­part à toute vel­léi­té de rési­lience. Cette idéo­lo­gie mor­bide tend à décons­truire notre socle de valeurs et fait la part belle à ceux qui veulent « abattre les sta­tues ». Jean-François Chemain, ensei­gnant de ZEP et auteur de plu­sieurs ouvrages(1), explique : « L’institution est entre les mains de la gauche la plus radi­cale qui nie abso­lu­ment que l’islam puisse consti­tuer un “pro­blème” en tant que tel. Son pro­gramme géné­tique, depuis Jean Macé, Jules Ferry et Ferdinand Buisson, est l’éradication du catho­li­cisme, rien d’autre. » En d’autres termes, l’institution a ses prio­ri­tés en termes de lutte contre les « enne­mis de la République ». Mais cette lâche­té est aus­si celle de la droite qui, à force de vou­loir se démar­quer du Rassemblement National, s’est fon­due dans le moule jusqu’à affi­cher un encé­pha­lo­gramme tota­le­ment plat.Je suis Charlie - Je suis couillon

La France lâche, lobo­to­mi­sée par les dis­cours léni­fiants de la Bien-Pensance défi­le­ra, comme à son habi­tude, en affir­mant que « Tout le monde est Prof ». Comme elle a pré­ten­du que tout le monde était « Charlie ». Après chaque drame du genre, tout le monde « est vic­time » mais tout le monde, dès la pro­chaine élec­tion et dans une même una­ni­mi­té, « fera bar­rage » à ceux qui dénoncent depuis tou­jours l’immigration sau­vage et l’expansionnisme musul­man. Réflexe pav­lo­vien de cette France pleutre qui s’est lais­sé per­sua­der que le Rassemblement National est plus à craindre que l’intégrisme isla­mique.

Aujourd’hui, la classe politique semble tétanisée. Son monde bisounours du vivre-ensemble s’écroule.

Nonobstant, le seul mot qui sort de la bouche bée des acteurs poli­tiques est « République ».

Encore et encore « République » ! Et jamais « France » ou « Français » : ces mots-là sont deve­nus tabous !

Notre Président, grand va-t-en-guerre à la Don Quichotte, déclare : « Ils ne pas­se­ront pas ! » – comme les répu­bli­cains espa­gnols face aux troupes fran­quistes chan­taient « No pasaràn » -. Magnifique Macron ! (lire Conflans, et après ?) Quant à Gérald Darmanin, il a trou­vé le cou­pable : les réseaux sociaux ! Et, dans la fou­lée, il ferme tem­po­rai­re­ment la mos­quée ayant relayé la vidéo de Hajj Brahim appe­lant au lyn­chage de Samuel Paty. Magnifique, lui aus­si ! Et tous appellent à un arse­nal juri­dique « plus fort » pour rendre l’exécutif capable de mener la guerre contre l’islamisme. À l’exemple de Xavier Bertrand qui n’a rien trou­vé de mieux que de pro­po­ser de ren­for­cer encore la laï­ci­té.

Vraiment, tous magnifiques… s’ils n’étaient pathétiques !

D’autant plus pathé­tiques qu’eux-mêmes et leurs pré­dé­ces­seurs se sont employés à lier les mains et les pieds du sys­tème légis­la­tif fran­çais. Le Conseil d’État et le Conseil consti­tu­tion­nel – qui se prend désor­mais pour une sorte de Cour suprême à l’américaine – se sont éri­gés en cen­seurs pour faire bar­rage à toute entre­prise un peu éner­gique cher­chant à faire oppo­si­tion à l’islam conqué­rant. Rappelons, à titre d’exemple, que lorsque Raymond Barre Premier ministre avait déci­dé de mettre fin au regrou­pe­ment fami­lial, le Conseil d’État avait illi­co inva­li­dé sa déci­sion. Aujourd’hui, n’importe quelle loi qui tente de s’attaquer au com­mu­nau­ta­risme musul­man se voit reto­quée par le Conseil consti­tu­tion­nel. Quant aux déci­sions de jus­tice, lorsque mira­cu­leu­se­ment elles inter­viennent, notam­ment celles qui touchent à la natio­na­li­té, elles se trouvent imman­qua­ble­ment cas­sées par la Cour euro­péenne des Droits de l’Homme.

Notre pays de lâches a minutieusement tressé la corde qui est en train de le pendre

Le plus révol­tant dans ce chœur d’hypocrites, c’est le sur­saut des idéo­logues tota­li­ta­ristes qui exploitent cet effroyable fait divers pour ten­ter de relan­cer la loi Avia. Ceux-là pré­tendent sau­ver la liber­té d’expression, dont Samuel Paty est deve­nu un sym­bole, en remet­tant sur les rails une loi des­ti­née à limi­ter cette liber­té ! Une loi qui, dans son inven­taire des « idéo­lo­gies hai­neuses », citait tex­tuel­le­ment « l’islamophobie » ! Ce qui fait que, si l’on s’en tient stric­to sen­su à ces cri­tères et à la logique du pro­jet, Samuel Paty se serait retrou­vé sur le banc des accu­sés pour avoir « véhi­cu­lé une idéo­lo­gie hai­neuse ». Au pré­texte de lut­ter contre les radi­ca­li­sés, les isla­mo-gau­chistes tentent de réta­blir la cen­sure des lan­ceurs d’alerte. Fallait oser. Destruction de nos repères iden­ti­taires oblige, ils n’ont pas hésité.

En fin de compte, toutes les belles décla­ra­tions de nos poli­tiques, y com­pris celles qui semblent les plus volon­ta­ristes, ne dépassent pas le stade du sym­bo­lisme ver­bal. Surtout quand elles prônent un ren­for­ce­ment de la laï­ci­té. Car, on ne gagne pas une guerre à coups d’« État de droit ». On ne la gagne pas non plus en clouant des plaques à la mémoire des vic­times du ter­ro­risme dans les squares comme celle, scan­da­leu­se­ment sté­ri­li­sée, récem­ment dévoi­lée à la mémoire du gen­darme Beltrame « Mort vic­time de son héroïsme » ! Où l’on découvre avec effa­re­ment que l’héroïsme est deve­nu une plaie mor­telle. Mais qui s’en éton­ne­ra dans un com­bat où la lâche­té est une règle de comportement.

On gagne une guerre avec des armes et non pas à coups d’« État de droit ». Au gou­ver­ne­ment, on ne s’est tou­jours pas déci­dé à fait ce choix… Lâcheté, quand tu nous tiens !

Charles André

(1) Kiffe la France et Tarek une chance pour la France ?

Jean-François Chemain - Kiffe la France Jean-François Chemain - Tarek une chance pour la France

[NDLR] Notre illus­tra­tion à la une : illus­tra­tion du clip du rap­peur Nick Konrad pour son clip « Pendez les blancs ! » pour lequel il avait été condam­né en jan­vier 2019 à 5 000 euros d’a­mende avec sur­sis. L’artiste, puis­qu’il se nomme ain­si, avait fait appel de cette déci­sion extra­or­di­nai­re­ment sévère.

2 Commentaires 

  1. Comme tou­jours, excellent article.
    Extrait du Coran, sou­rate 9–29 : « Tuez les Juifs et les Chrétiens jusqu’à ce qu’ils s’humilient et vous versent la dhim ». Selon la plu­part des Écoles juri­diques sun­nites les der­nières sou­rates (chro­no­lo­gi­que­ment) abrogent les pre­mières (plus clé­mentes à l’en­droit « des gens du Livre », qui devien­dront, après l’hé­gire (l’é­mi­gra­tion de Momo) les « hypo­crites » et les « infi­dèles », les khouf­fars).
    La plu­part des maho­met­tants ignorent à peu près tout de l’Islam ; c’est lorsqu’ils s’y inté­ressent vrai­ment qu’ils deviennent isla­mistes, ou qu’ils se bri­colent leur propre secte (comme tant d’autres d’ailleurs, chaque imam, pas­teur, rab­bin), ou qu’ils se réclament de l’a­théisme (absur­di­té proche du nihi­lisme, et d’un scep­ti­cisme pré socra­tique où l’a­depte fini­ra par s’in­ter­ro­ger sur sa propre réa­li­té…) ou qu’ils se conver­tissent à la vraie Religion Catholique. 

    Le Christ étant le seul homme au monde imma­cu­lé de tout péché, annon­cé par les Prophètes de l’Ancien Testament, pour­quoi Dieu aurait-il envoyé un Mohamed dont les Haddiths (faits et gestes du Prophète) nous révèlent qu’il n’hésita ni à exter­mi­ner cer­taines tri­bus (juives), ni à réduire à l’esclavage des femmes et des enfants, ni… C’est l’antithèse du Christ. Et puis ne juge t’on pas un arbre à ses fruits ? Quels sont ceux de l’Islam ? L’État Islamique, al-Quaïda, Al-Nosra, Bokoahram, etc… Où est la civi­li­sa­tion ?
    « Le camp répu­bli­cain » s’est une fois de plus vau­tré dans la col­la­bo­ra­tion, autre­fois avec les com­mu­nistes et les nazis ; et dès le début avec leur propre folie : La Terreur répu­bli­caine.
    Il fau­dra attendre la Loi de 1905, pour que la construc­tion de la pre­mière mos­quée soit envisagée.

    Répondre
  2. On ne peut rien com­prendre à notre situa­tion si on n’in­tègre pas l’ac­tion très influente de cer­taines loges maçon­niques anti-chré­­tiennes. Cela remonte au 18° siècle, que l’on devrait appe­ler le Siècle des Ténèbres.
    Depuis une cin­quan­taine d’an­nées, ces loges ont encou­ra­gé l’im­mi­gra­tion mas­sive musul­mane dans le but d’en finir avec la reli­gion chré­tienne selon l’a­dage « les enne­mis de mes enne­mis sont mes amis ».
    Le résul­tat est là. Mais qui ose­ra en révé­ler la cause pro­fonde ?
    Même Zemmour n’ose pas le dire.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

42 +  = 46