Taxe sur les vélos

30 décembre 2020 | 1 com­men­taire

L’histoire de la « petite reine » accompagne l’histoire de France

Draisienne en 1817, vélo­ci­pède en 1860, grand-bis 1870 et enfin dans les années quatre-vingt (du XIXe siècle) le vélo moderne. Tout y est : les pédales, la chaine, le pneu de caoutchouc. Histoire bicyclette

1893 : il ne man­quait plus que la touche finale admi­nis­tra­tive à la fran­çaise. L’origine de la plaque de vélo fran­çaise est la loi du 28 avril 1893 selon laquelle les pos­ses­seurs de vélo­ci­pèdes sont rede­vables d’une taxe annuelle de 10 francs pour chaque bicy­clette ou appa­reil ana­logue, tan­dem et même motocyclette.Plaque vélo

1940 : les plus anciens se sou­viennent de ces heures sombres de notre Histoire. Durant l’oc­cu­pa­tion, chaque bicy­clette de la capi­tale et de la ban­lieue était imma­tri­cu­lée, et donc affu­blée d’une plaque et d’une carte grise déli­vrée par la pré­fec­ture de police. Bicyclette vintage Occupation

2021 : il n’en fal­lait pas moins pour que notre gou­ver­ne­ment se sai­sisse de l’op­por­tu­ni­té de col­ler une obli­ga­tion de plus à cet engin qui échap­pait depuis trop long­temps au fichage, à la ver­ba­li­sa­tion et aux taxes. Le 1er jan­vier 2021, les vélos neufs devront être ven­dus avec un numé­ro d’i­den­ti­fi­ca­tion. Ce dis­po­si­tif de pro­prié­té des­ti­né à lut­ter contre les vols (ben voyons !) sera éten­du aux cycles d’oc­ca­sion en juillet prochain. Marquage bicycode

On se rap­pelle que Cagnes sur Mer s’é­tait illus­tré mon­dia­le­ment dans le domaine de la ver­ba­li­sa­tion des cyclistes. Les radars auto­ma­tiques à vélo sur les pistes cyclables, c’est pour demain.

À quand les trot­ti­nettes, les patins à rou­lettes et pour­quoi pas les semelles de chaus­sures ? Vous avez com­pris ? Non ? Je conti­nue d’ex­pli­quer :
Dans ce domaine, nul doute que les archi­tectes de Bercy ont encore de nom­breuses autres bonnes idées dans leurs car­tons. Il y en a bien un, par exemple, qui rêve de remettre l’im­pôt sur les portes et fenêtres. Une inven­tion de cette mer­veilleuse Révolution fran­çaise qui est res­tée en place de 1798 à 1926.Impôt portes fenêtres

On s’emmurait, déjà confi­nés pour payer moins d’impôts.

Accompagner Paulette à bicy­clette sur les che­mins res­te­ra bien une gageure.

Michel Lebon

1 commentaire

  1. Excellent article ser­vi par un sou­ci péda­go­gique ajus­té. Même si il faut s’at­tendre à une baisse signi­fi­ca­tive du vol, par­don, de« l’emprunt » de bicy­clettes, ces machines vont trou­ver, elles aus­si, un régle­men­ta­tion quant à l’u­sage des dif­fé­rents lieux uti­li­sés ou emprun­tés, que ce soit des lieux dédiés ou par­ta­gés avec d’autres moyens de trans­port y com­pris la simple paire de bas­kets, la trot­ti­nette moto­ri­sée ou non, pous­settes sur­ement bien­tôt assis­tées .… J’ai, depuis long­temps, trou­vé irres­pon­sable que ce moyen de trans­port, aujourd’­hui éga­le­ment assis­té élec­tri­que­ment, ne pro­cède à aucun for­ma­tion pra­tique. Les auto­ri­tés com­pé­tentes font le pari, pour moi dan­ge­reux, que les com­pé­tences du code de la route éga­le­ment étaient innées pour un usage secure de ce moyen de trans­port. J’en veux pour étayer mes pro­pos vous invi­ter à l’ob­ser­va­tion des pistes cyclables réthaise mi-août …
    Bien cordialement

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

soixante cinq −  = cin­quante cinq