Un putsch sans soldats

9 mai 2021 | Politique | 7 Commentaires 

À l’heure où la « lettre des géné­raux » ébranle le Pouvoir qui s’i­ma­gi­nait s’ap­puyer sur la léthar­gie ou la niai­se­rie des mili­taires, il est bon de rap­pe­ler que le géné­ral Henri Roure écri­vait une autre lettre, le 27 mai 2017, quelques jours à peine après le putsch sans sol­dat de Macron (publiée dans le maga­zine suisse Arrêt sur info).
Nous relayons volon­tiers cette lettre qui vient confor­ter celles qui cir­culent en ce moment au sein des Armées.

L’élection présidentielle, qui a amené M. Macron à la présidence, est le fruit vénéneux d’un déni de démocratie.

Il s’agit d’une spo­lia­tion, résul­tat d’un rejet mas­qué de l’idéal démo­cra­tique. La mani­pu­la­tion vient de loin. Elle est pro­ba­ble­ment la forme la plus éla­bo­rée du coup d’État car elle ne refuse pas le prin­cipe des élec­tions sur lequel repose l’expression de la volon­té popu­laire, mais, sciem­ment – j’allais écrire scien­ti­fi­que­ment – elle per­ver­tit, oriente, sculpte l’opinion publique. Elle repose sur l’énorme puis­sance d’un sys­tème qui a l’ambition de s’imposer au monde, à com­men­cer par ce que nous appe­lons, aujourd’hui, impro­pre­ment, l’Occident. Ses moyens sont, à l’évidence, considérables.

Nous sommes confron­tés à un monstre que cer­tains ont bap­ti­sé l’internationalisme finan­cier, ou l’ultralibéralisme, mais qui, en tout état de cause, est inti­me­ment lié à la puis­sance état­su­nienne. Il s’agit de l’avatar le plus ingé­nieux de l’impérialisme état­su­nien relayé par son allié fidèle l’Union Européenne.

La vraie démo­cra­tie est trop dan­ge­reuse pour la finance inter­na­tio­nale, car elle peut ame­ner au Pouvoir des per­sonnes véri­ta­ble­ment choi­sies par le Peuple avec des idées aus­si sau­gre­nues que la défense des inté­rêts natio­naux, la patrie, la pro­tec­tion sociale, la morale, l’éducation et la culture, le ser­vice public ou encore l’État de droit. Ce risque ne peut être accep­té quand il s’agit de glo­ba­li­ser ou plus exac­te­ment d’américaniser et de subor­don­ner les Peuples au puis­sant réseau poli­ti­co-ban­caire pilo­té par Washington. Il est donc néces­saire de tendre vers une pen­sée unique.

Difficile cepen­dant de s’affranchir des élec­tions… Dès lors il faut les tru­quer à l’aide de la dés­in­for­ma­tion abou­tis­sant à la mani­pu­la­tion de l’opinion publique ; c’est tel­le­ment plus simple et moins ris­qué puisque le Système est pro­prié­taire des médias et des ins­ti­tuts de son­dage et peut s’appuyer sur quelques diri­geants, intel­lec­tuels ou bobos, bien pla­cés et convain­cus. Il ne faut pas s’étonner, ain­si, de l’assassinat poli­tique de François Fillon, dont le pro­gramme trop judi­cieux et natio­nal pou­vait éloi­gner la France de cette subor­di­na­tion. L’astuce fut de l’accuser de ce que l’immense majo­ri­té des par­le­men­taires fait, en toute léga­li­té, mais qui, pour lui, fut pré­sen­té, dans un achar­ne­ment média­tique sans limite, comme de la cor­rup­tion. Aucun jour­na­liste ne s’éleva pour regar­der les faits avec objec­ti­vi­té. Et pour cause, tous dépendent du Système…

Aude Lancelin, ancienne rédac­trice en chef adjointe de l’Obs le dit clai­re­ment : « L’ensemble des médias est sous la coupe du CAC 40 ».
En asso­cia­tion avec eux quelques juges hai­neux trop liés à un Pouvoir dési­reux de se sur­vivre à lui même et inti­me­ment impli­qué dans le réseau.

La suite se pré­sen­tait d’évidence. Face à un écla­te­ment consom­mé des par­tis tra­di­tion­nels, résul­tat de pri­maires ins­pi­rées de la vision état­su­nienne de la sélec­tion des can­di­dats et inadap­tées à la culture poli­tique fran­çaise, un incon­nu, issu direc­te­ment du milieu ban­caire, et pré­sen­tant l’image de la nou­veau­té, pu être pro­pul­sé dans le pseu­do débat. Le Système, alors, n’a même pas cher­ché à se dis­si­mu­ler sous les atours d’une appa­rente objec­ti­vi­té. Les médias aux ordres n’eurent qu’à relayer l’habituelle hys­té­rie anti Front National en uti­li­sant tous les vieux pro­cé­dés pas­sant de l’association d’images aux cita­tions hors contexte et à l’insinuation. Il fal­lait faire « bar­rage » sans que qui­conque sache vrai­ment pour­quoi, ou, plus jus­te­ment, de crainte que le constat devienne trop clair que ce par­ti avait récu­pé­ré les idées gaul­listes, impru­dem­ment aban­don­nées par la droite classique.

Le matra­quage, cette fois, fit l’éloge du néo­phyte et, toute honte bue, ceux qui auraient dû res­ter neutres ou au moins dis­crets, affir­mèrent péremp­toi­re­ment qu’il fal­lait voter pour lui.

Libération Votez Macron 6-7 mai 2017

Nice Provence Info aime bien cette une de Libération qui en dit long avec quelques mots seulement

Preuve suprême de cet inter­na­tio­na­lisme bien loin d’être pro­lé­ta­rien, l’étatsunien Obama appor­ta bruyam­ment son sou­tien, Merkel de même et l’inénarrable Junker don­na sa contri­bu­tion. Des étran­gers inter­ve­naient dans une élec­tion fran­çaise ! Personne n’y vit un scandale…

Dans un panorama politique trafiqué et disloqué, le banquier fut élu

Il le fut avec les voix d’électeurs qui, par oppo­si­tion, vis­cé­rale et entre­te­nue, à l’autre can­di­dat, celui de la néga­tion abso­lue de ce Système, se sont pié­gés. Comment faire désor­mais pour se sépa­rer de celui qu’ils ont, de fait, contri­bué for­te­ment à por­ter à la magis­tra­ture suprême ?

Ajoutons que l’opération était tel­le­ment bien mon­tée que le nou­veau pré­sident a été élu alors que l’immense majo­ri­té du corps élec­to­ral lui était, sinon hos­tile, du moins oppo­sée. Qui le dit ? Regardons les chiffres sous un angle par­ti­cu­lier. La par­ti­ci­pa­tion a été de 74,56% soit 25% d’abstentions. Il y a eu 66% de suf­frages expri­més, c’est à dire 34% de nuls ou blancs. Si, à ce chiffre, nous ajou­tons les 34% qui ont voté Le Pen, nous consta­tons que 68% des per­sonnes qui se sont dépla­cées jusqu’aux urnes n’ont pas voté pour Macron. Dans cette élec­tion nom­breux sont ceux qui se sont abs­te­nu par hos­ti­li­té aux fina­listes. En mino­rant leur nombre par­mi les non-votants, nous pou­vons les esti­mer à 6 ou 7%. Ce qui fait un total inter­mé­diaire voi­sin de 75% qui ont refu­sé Macron. Si nous ajou­tons à ce der­nier chiffre ceux qui ont voté Macron par oppo­si­tion à le Pen, mais pas par adhé­sion à ses idées, nous abou­tis­sons, pro­ba­ble­ment, à 85% du corps élec­to­ral qui ne sou­tient pas le nou­vel « élu »

Le nou­veau pré­sident est peut être légal aux termes de la Constitution, mais illé­gi­time au regard de la morale poli­tique. Au bilan, Macron est un usur­pa­teur. En réa­li­té, la démo­cra­tie fran­çaise d’aujourd’hui n’est qu’une dic­ta­ture qui se déguise. Elle est deve­nue le pire des régimes comme tous les autres. J’ose espé­rer que per­sonne par­mi ces pro­fi­teurs, qui vont suivre Macron, ne pro­fé­re­ra la moindre cri­tique sur la façon dont nos amis afri­cains voient la démocratie…

Je ne suis donc pas en oppo­si­tion mais en résis­tance, tout en sachant que le com­bat sera long et dif­fi­cile. Je débute ma marche…

Général Henri Roure
Secrétaire natio­nal pour les ques­tions de défense au CNIP (Centre National des Indépendant et Paysans)

7 Commentaires 

  1. Les élec­tions Régionales sont bien­tôt là et des bro­chures trou­vées dans ma boîte aux lettres, aucune n’é­voque les pro­blèmes de géno­cide qui se pré­pare, demain nos enfants y passent, l’Europe impose aux États de se pas­ser du consen­te­ment des parents.

    Moi je dis qu’il faut bou­ger, les Américains ont com­men­cé leur épu­ra­tion après la consta­ta­tion de la fraude élec­to­rale. Ils ont mis à jour l’incroyable pré­pa­ra­tion du plan viral, que les solu­tions décou­vertes par nos pro­fes­seurs fran­çais, Raoult, Peronne et d’autres étaient viables et avaient été écar­tées sciem­ment par nos gouvernants.

    Le temps que l’on va mettre la même chose en place, com­bien il y aura de perte. Je suis révol­té et je veux voir bou­ger les choses. Certes, il y a des tas de forums de dis­si­dents, com­plo­tistes, conspi­ra­teurs, révé­la­teurs de véri­té. Ils parlent beau­coup mais ne savent pas quoi faire. Nos sol­dats numé­riques comptent sur les Américains parce qu’ils voient que cela bouge là-bas, mais je ne veux pas que mes petits-enfants soient vic­times d’une culture impo­sée comme nous y avons eu droit dans notre enfance. C’est à nous de bou­ger, nous ne refu­se­rons pas leur aide. Mais nous devons être sur un même pied d’égalité.

    Et notre Armée, garante de la sau­ve­garde de la popu­la­tion a‑t‑elle pré­vue de bouger… 

    Nous ne sommes pas des mou­tons ! Nous avons com­pris le plan pré­vu pour nous manipuler.

    A nous le Grand Reset, nous exi­geons :
    1) Fin du pro­gramme de vac­ci­na­tion Covid, retour aux thé­ra­pies qui soignent
    2) Contrôle des fron­tières et sur­veillance des trans­ferts de mon­naie
    3) Annulation des élec­tions Régionales, pré­pa­ra­tion d’un réfé­ren­dum
    4) Destitution du gou­ver­ne­ment, Sénat et Chambre des dépu­tés
    5) Appel à l’Armée garante de la pro­tec­tion du Peuple fran­çais
    6) Mise en place d’un gou­ver­ne­ment pro­vi­soire sélec­tion­né par tirage au sort
    7) Fin pro­vi­soire des rela­tions avec cette Europe cor­rom­pue
    8) Nationalisation des banques et anciennes entre­prises de ser­vice public
    9) Constitution de tri­bu­naux mili­taires pour tra­hi­son et crimes contre l’humanité
    10) Révision de la Constitution pour une nou­velle République

    Liberté, Équité, Fraternité
    Pour une France démo­cra­tique Une et Indivisible
    Inspirons nous des États Généraux de 1945

    Répondre
  2. Tant que les Français ne se seront pas fait taper suf­fi­sam­ment sur la tronche, ils ne se réveille­ront pas.
    À ceci je ne vois qu’une solu­tion : en remettre une louche pour 5 ans avec Macron.
    En effet ces gens sont tel­le­ment mau­vais, c’est une vraie chance pour la France !
    Rendez-vous compte : en deux ans ils nous ont ser­vi les gilets jaunes. Aujourd’hui les bérets verts. Demain le pass sani­taire. Puis la guerre civile.
    Encore 6 ans de plus avec LREM et la ripou­blique pour­ra défi­ni­ti­ve­ment être enter­rée.
    Ces minables font le bou­lot à notre place. Ce serait vrai­ment dom­mage de s’ar­rê­ter en si bon che­min. Vous ne pensez-pas ?

    Répondre
  3. Désolé mais le chiffre de 34% de nul ou blanc est com­plè­te­ment faux. Il inclut les 25.44% d’abs­ten­tion. 25.44% d’abs­ten­tion, 6.35% de blancs et 2.24% de nuls. Il y a 66% des ins­crits qui ont expri­mé un suf­frage. Dommage car ça plante tout le rai­son­ne­ment. Un mini­mum de rigueur de la part d’un géné­ral serait la bien­ve­nue. Espérons pour notre pays qu’il ne gère pas ses troupes et son bud­get ainsi.

    Répondre
  4. La démons­tra­tion chif­frée est arith­mé­ti­que­ment juste sauf que si Le Pen était pas­sée, on aurait assis­té à la même démons­tra­tion chif­frée du fait de la très impor­tante abs­ten­tion (pour des pré­si­den­tielles). Cela pour dire que ce scru­tin a été d’une fra­gi­li­té inouïe. Était-ce Fillon le plus légi­time pour être élu ? Beaucoup le pensent mais quand il disait qu’il ne fal­lait sur­tout pas voter Le Pen, il s’est auto­ma­ti­que­ment dis­cré­di­té. Si l’an­née pro­chaine, les choses se pré­sentent de la même façon, il faut craindre le pire ie la réélec­tion de Macron.

    Répondre
  5. Très per­ti­nente ana­lyse du Général.

    Répondre
  6. Ce cher mon­sieur oublie les machines à votes Dominion alors en embus­cade au minis­tère de l’in­té­rieur confor­tées par les son­dages tru­qués. Pourquoi Attali le vilain se per­met de pré­dire qui sera pré­sident ? D’ailleurs Ouest France affirme à 20H45 QUE MACRON NE RECUEILLAIT QUE 1% DE VOIX AU PREMIER TOUR ET FILLON (l’es­croc) PAS MIEUX. Tout est pour­ri et c’est cela les valeurs de la répu­blique ban­caire et franc-maçonne !
    Ils mentent, ils volent , ils violent, ils tuent et le mou­ton vote ! Le Peuple est sou­ve­rain et ces chiens ne sont rien si ensemble nous nous levons pour le Bien Commun !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *