Vous avez dit… « antisémite » ?

13 août 2021 | 4 Commentaires 

Samedi 7 août, troi­sième grosse vague de mani­fes­ta­tions dans tout le pays contre le passe sani­taire. Même la presse aux ordres recon­naît que le nombre des mani­fes­tants ne fait qu’aug­men­ter de semaine en semaine, et que mal­gré les vacances, la vague de décroît pas. Le Pouvoir, qui ne veut et ne peut pas céder, lié par ses contrats secrets avec les grands labos, cherche bien enten­du à décré­di­bi­li­ser le mou­ve­ment, et pour cela, comme chaque fois, tous les moyens sont bons.

Et c’est la bonne vieille recette de l’antisémitisme qui nous est resservie

Une pan­carte por­tée par une jeune ensei­gnante Cassandre Fristot (notez comme on a tout de suite su com­ment elle s’ap­pe­lait !) énu­mé­rait quelques noms de ceux qu’elle sem­blait rendre res­pon­sables de l’af­faire sani­taire en cours : tels que Fabius, Attali, Buzyn, Attal, Véran, etc… taxés de traitres. Au milieu de cette liste, en lettres rouges la for­mule « mais qui ? ». Formule que l’on trouve de plus en plus fré­quem­ment sur des pan­cartes lors des mani­fes­ta­tions, sans jusque là émou­voir la police de la pensée.Anti-pass Metz - Pancarte antisémite

Cette for­mule, ou même tout sim­ple­ment le mot « QUI » inter­ro­ga­tif, nous vient d’un « jour­na­liste » tout à fait incon­nu, Claude Posternak, qui, lors de l’in­ter­view d’un des géné­raux auteurs de la fameuse lettre du prin­temps, cher­chait avec hargne et insis­tance à lui faire dire ce qu’il enten­dait par « meute média­tique occi­den­tale dont nous savons tous QUI la contrôle ». Pas plus. Aucune accu­sa­tion per­son­nelle, aucun nom cité. Ce qui n’empêcha pas Morandini de mettre un terme à l’in­ter­view d’une manière bru­tale, pré­tex­tant qu’on ne pou­vait pas conti­nuer ainsi.

Ce « QUI » sur la pan­carte de la jeune fille fut immé­dia­te­ment exploi­té et même sur-exploi­té. On atten­dait une faille, on la tenait, on n’al­lait pas la lais­ser filer. Ce fut donc la foire aux cris d’ef­froi bien orches­trée comme d’ha­bi­tude (rap­pe­lez-vous le « détail », Carpentras, j’en passe et des meilleures). La grosse machine média­tique se met­tait en marche. La jeune fille iden­ti­fiée rapi­de­ment était dénon­cée en tant que pro­fes­seur par son ministre de tutelle, qui invi­tait le rec­teur à la virer de l’en­sei­gne­ment sur le champ. Garde à vue immé­diate, fouille de son appar­te­ment au cas où l’on y trou­ve­rait une édi­tion de Mein Kampf, (ça s’est déjà vu il n’y a pas si long­temps…). Les jour­naux télé­vi­sés, qui n’an­non­çaient même pas les mani­fes­ta­tions, trou­vèrent là du grain à moudre. Certains ministres, y com­pris depuis Pôle Emploi comme Valls, y sont allés de leur com­men­taire, fus­ti­geant la « haine » et rap­pe­lant les-heures-les-plus-sombres-de-notre-his­toire (refrain connu).

À quel titre ? Jamais le mot « juif » n’a été pro­non­cé. Ni dans l’in­ter­view du géné­ral, ni sur la pan­carte incri­mi­née. Alors pour­quoi par­ler d’an­ti­sé­mi­tis­meÿ ? Les noms cités ne sont pas tous juifs (Macron, Véran…), et per­sonne n’a jamais por­té d’ac­cu­sa­tion sur la com­mu­nau­té…
Alors de deux choses l’une :
• ou bien cette pan­carte est anti­sé­mite et dénonce des per­son­na­li­tés res­pon­sables du désastre sani­taire parce que juives, ce qui n’est pas écrit,
• ou bien le Pouvoir démontre impli­ci­te­ment et mal­adroi­te­ment que ladite com­mu­nau­té n’y est pas étran­gère.
Je pense qu’un bon avo­cat sau­ra tirer par­ti de cette ambigüi­té au pro­cès de Cassandre pré­vu, je crois, pour septembre.

Mais, au-delà du déchaî­ne­ment média­tique rela­tif au mes­sage, l’ob­jec­tif est bien de jeter un dis­cré­dit total sur le mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion anti-pas­se­port numé­rique. On sait bien que l’ac­cu­sa­tion d’an­ti­sé­mi­tisme tue, et l’on a bien vu depuis des par­ti­sans chan­ger de camp pour cri­ti­quer le mou­ve­ment deve­nu pour eux « infré­quen­table ». C’est le cas de Julien Rochedy, ancien du FN, deve­nu depuis dis­pen­sa­teur d’une for­ma­tion poli­ti­co-catho­lique, qui traite les por­teurs de telles pan­cartes selon la vielle for­mule de Lénine « d’i­diots utiles » du gou­ver­ne­ment. Encore un qu’on ne ver­ra plus dans les manifs, si tou­te­fois il y est déjà allé. Tout ce bruit pour pas grand chose va donc faire fuir quelques mani­fes­tants qui se reti­re­ront outrés, iront peut être se faire vac­ci­ner dou­ble­ment contre la Covid et le retour de la bête immonde. Mais je pense que l’im­mense majo­ri­té des mani­fes­tants seront encore pré­sents dans les mani­fes­ta­tions à venir, et pro­ba­ble­ment encore plus nombreux.

La suite ? Et bien le gou­ver­ne­ment ten­te­ra autre chose. Rappelez-vous les Gilets Jaunes… une incrus­ta­tion par les par­tis (France Insoumise) et les syn­di­cats sub­ven­tion­nés (CGT), puis les anti­fas écer­ve­lés qui com­mencent à baver sur leur polo Lacoste dès qu’on leur parle de nazillons. Et si cela ne suf­fit pas, il res­te­ra tou­jours les bien utiles Black-Blocs pour cas­ser les vitrines des com­mer­çants, en y lais­sant des mes­sages anti-col­la­bo, et pour brû­ler des voi­tures. Alors les CRS entre­ront en action, lacry­mo­gè­ne­ront les mani­fes­tants, les images tour­ne­ront en boucle dans les médias gras­se­ment sub­ven­tion­nés, et le mou­ve­ment mour­ra de sa belle mort. Il ne res­te­ra alors plus qu’à vac­ci­ner les der­niers résis­tants contre toute ten­ta­tive de récidive.

Il est donc de plus en plus impor­tant de bien com­prendre la situa­tion dans toutes ses dimen­sions afin de ne pas se lais­ser entraî­ner dans cette spi­rale d’a­néan­tis­se­ment. Souhaitons que la volon­té de gar­der nos liber­tés touche au plus pro­fond la conscience et la déter­mi­na­tion des Français.

Le com­bat doit conti­nuer en évi­tant tous les pièges que le Pouvoir lui tend.

Patrice LEMAÎTRE

4 Commentaires 

  1. Très bel article, qui met à plat les argu­ments nau­séa­bonds de tous ces mer­dias, merci.

    Répondre
  2. C’est deve­nu impos­sible de ne pas citer de per­son­na­li­tés juives à pro­pos de n’im­porte quelle orga­ni­sa­tion publique ou pri­vée. D’autant que ces célé­bri­tés ont mis un point d’hon­neur depuis une décade à reven­di­quer leurs racines hébraïques et à les bran­dir en éten­dard. Ils et elles ont eu d’autre part la mis­sion d’oc­cu­per tous les lieux de Pouvoir et de contre-Pouvoir avec ou sans double (ou triple) natio­na­li­té en infil­trant toutes les orga­ni­sa­tions. Pour la coop­ta­tion, ils sont imbat­tables et les Français, il faut invo­quer Léo Ferré, reven­di­qué lui comme juif alle­mand de music-hall pour savoir à quelle pra­tique ils sont deve­nus imbat­tables. En plus, être cri­ti­qué voire haï, c’est la ran­çon de la gloire. On ne peut pas plaire à tout le monde, n’est-ce pas, mais il faut arrê­ter main­te­nant d’en faire un fro­mage à chaque fois. C’est indigne de leurs qua­li­tés ! Habermas, reviens ! Le gou­ver­ne­ment mon­dial était une chi­mère. Reviens, mais rembourse !

    Répondre
  3. On s’af­fole sur une pan­carte pour dis­cré­di­ter le peule qui est contre Macron et sa poli­tique déplo­rable voire presque assas­sine de la ges­tion du Covid.
    On oublie un peu trop vite qu’il y a 1,8 mil­liards de musul­mans dans le monde qui rêvent tous ou une grande majo­ri­té d’é­li­mi­ner les juifs de la Palestine et de la Terre. La majo­ri­té des atten­tats en France ont été com­mis par des musul­mans, pas par des ensei­gnantes qui ont l’é­norme cou­rage de sup­por­ter dans les classes ces élèves anti-blancs et anti-chrétiens

    Répondre
    • Ils pré­tendent vou­loir nous sau­ver du covid contre notre volon­té, alors que tous les jours ils encou­ragent — par l’im­pu­ni­té — le viol, l’as­sas­si­nat, la déca­pi­ta­tion, l’im­mo­la­tion, etc. j’en passe et des meilleures, éga­le­ment contre notre volon­té.
      Et je ne parle pas du sac­cage et de la des­truc­tion des églises.

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *