Mauricette entre dans l’Histoire, après Joseph Meister

28 décembre 2020 | 3 Commentaires 

UN DIMANCHE HISTORIQUE, titre la presse

Histoire. Le 6 juillet 1885, on amène à Pasteur, un petit Alsacien Joseph Meister, mor­du par un chien qu’on pen­sait enra­gé. Il n’y a pas de rage décla­rée chez le gar­çon. Pasteur, étant chi­miste et non méde­cin, ne peut tes­ter son vac­cin sur l’en­fant de neuf ans. L’assistant de Pasteur dans ses recherches sur la rage, refuse for­mel­le­ment de par­ti­ci­per à l’in­jec­tion. Heureusement, deux émi­nents méde­cins kami­kazes, Alfred Vulpian et Jacques-Joseph Grancher, (genre Olivier Véran ou Martin Blachier) estiment que le cas est suf­fi­sam­ment sérieux pour jus­ti­fier la vac­ci­na­tion et la font pra­ti­quer sous leur res­pon­sa­bi­li­té.
La vac­ci­na­tion est née, la suite on la connait. La France de la Couverture-Mutuelle-Universelle se reven­dique être pre­mière dans ce domaine et entend bien gar­der son titre. Cocorico !Le Grelot - Pasteur - Rage

Le 27 décembre 2020, c’est à Mauricette d’en­trer dans l’Histoire, nul doute qu’elle aura son Wikipédia comme son illustre pré­dé­ces­seur Joseph Meister. Comme pour celui-ci, la mise en scène est bien orchestrée :

C’est devant un feu nour­ri de flashs et de jour­na­listes que Mauricette a reçu sa dose de potion magique gau­loise anti Covid-19. Elle devient une héroïne fran­çaise à grands ren­forts média­tiques dans ce pays pré­cur­seur aux 11 vac­cins obli­ga­toires Agnès Buzun. À peine nés, on nous refile onze mala­dies dans le buf­fet. Merci Pasteur, mer­ci les labos.

11 vaccins obligatoires

On attend les vac­cins contre la migraine fémi­nine et la chute des cheveux !

Alea jac­ta est, la France va res­ter en prière les mois à venir, accro­chés aux bul­le­tins de san­té qui vont suivre notre Mauricette cobaye de 79 ans. Meister, mort en 1940 a sur­vé­cu 55 ans à son ino­cu­la­tion, sou­hai­tons longue vie à notre héroïne natio­nale des temps modernes.
Rappelons que, contrai­re­ment à un sérum, le vac­cin ne soigne pas. L’objectif est en quelques sorte d’i­no­cu­ler la mala­die, en dou­ceur, de façon à entrai­ner le corps à s’en défendre. Rendre arti­fi­ciel­le­ment malade, curieuse méde­cine ! Si vis pacem para vac­ci­mum.

Les vac­cins ont aus­si leurs célèbres ratés, comme ici par­mi bien d’autres : en 2016, le pre­mier pro­gramme de vac­ci­na­tion uni­ver­selle contre la dengue a été lan­cé aux Philippines. Fin 2017, il a été arrê­té en catas­trophe après plu­sieurs morts.

Le Sida a qua­rante ans, mais tou­jours pas de vac­cin. Cependant on le soigne effi­ca­ce­ment aujourd’­hui. Et là, moins d’un an après, le miracle ! On a un vac­cin express pour la Covid-19. Un Corona de la famille des rhumes, juste plus méchant qu’une vilaine grippe et somme toute très peu létale, sauf à être très âgé et cumu­ler d’autres comor­bi­di­tés.
Pour l’ef­fi­ca­ci­té ? On n’en sait rien. On n’a aucun recul, tous les stades de véri­fi­ca­tions régle­men­taires ont été sup­pri­més .
Pour les effets secon­daires ? On ver­ra plus tard. Les labo­ra­toires ont fait voter des lois pour qu’ils ne soient pas pour­sui­vis pour cause d’ef­fets secon­daires. Ils prennent l’argent mais n’as­sument aucune res­pon­sa­bi­li­té (Vaccin Covid-19 : les labo­ra­toires ne seront pas res­pon­sables des effets secon­daires).

Par ailleurs, sur la nature des soins de nos « grands » malades, aucune info dans les médias. Comment est soi­gné Emmanuel Macron ? Boris Johnson, Donald Trump et bien d’autres s’en sont sor­ti sans vac­cin.

Si on reve­nait aux fon­da­men­taux de la méde­cine qui consiste à res­ter en bonne san­té pour ne pas tom­ber malade. Mais lors­qu’on est en bonne san­té, on ne consomme pas de médicaments !

Michel Lebon

3 Commentaires 

  1. LE VACCIN DE LA RAGE N EST PAS IMMUNISANT ET BIEN D AUTRES

    Répondre
  2. — Pourquoi faites vous ça alors ?
    — Je ne fais qu’o­béir aux ordres !

    Répondre
  3. Le microbe n’est rien, le ter­rain est tout.
    Professeur BECHAMPS

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

7 +  = 11