L’illuminée de l’Assemblée

par | 20 jan­vier 2022 | 2 Commentaires 

Avertissement ! Chers lec­teurs, cet article est des­ti­né à ceux qui ont, a mini­ma, un niveau Maths sup. Désolé pour ceux qui souffrent de dyscalculie.

Élodie Jacquier-Laforge, dépu­tée MoDem, pro­fes­sion­nelle de la poli­tique, a dépo­sé en octobre 2021 un pro­jet de loi qui mérite qu’on s’y attarde un moment.Élodie Jacquier-Laforge

PROPOSITION DE LOI
visant à ren­for­cer la pari­té dans les fonc­tions élec­tives
et exé­cu­tives du bloc communal

Plus de 80 % des maires sont des hommes, 89 % des pré­si­dents d’intercommunalités sont des hommes. Ça ne peut plus durer !
Où sont les femmes, avec leurs rires pleins de charmes ♪♫
Pour que les femmes s’investissent en poli­tique, il suf­fit sim­ple­ment de leur lais­ser toute leur place, leur faire confiance, les accom­pa­gner, les encou­ra­ger… Passé ce triste constat, il convient, selon cette défen­seuse de la condi­tion fémi­nine d’é­ta­blir une repré­sen­ta­tion mathé­ma­tique de leur pré­sence dans les­dites assem­blées ter­ri­to­riales. C’est ce qui sera pré­sen­té dans l’ar­ticle 4 :

Proposition loi parité assemblées communales - Élodie Jacquier-Laforgejpg

Vous n’a­vez pas tout com­pris ? Alors nous repre­nons :
« Le nombre de vice-pré­si­dents de chaque sexe ne peut être infé­rieur au pro­duit, arron­di à l’entier infé­rieur, du nombre de vice-pré­si­dents mul­ti­plié par le quo­tient du nombre de membres en exer­cice de l’organe déli­bé­rant de ce sexe divi­sé par le nombre total de membres en exer­cice de l’organe déli­bé­rant. »

Autrement-dit, si ce n’est pas encore bien clair :
si nX est le nombre de vice-pré­si­dents hommes et nY le nombre des femmes, on a :
nX + nY = nVP
∀ nVP dans l’en­semble N+ des entiers natu­rels posi­tifs
n1.VPm NVP x 1/​NVPm = VPy arron­di infé­rieur dans N+

Quant aux membres, organes déli­bé­rants mas­cu­lins, il suf­fi­ra de les rap­pro­cher des organes déli­bé­rants fémi­nins. Comment ? Cela ne nous regarde pas. On remar­que­ra que les sexes sont ici iden­ti­fiés et gen­rés. Le pro­jet de loi ne pré­cise pas dans la for­mule la place des trans­genres et des queers. Il faut revoir cette for­mule discriminante.

1000 parlementaires, assistés de milliers d’assistants parlementaires, ces gens ne savent plus quoi inventer pour exister et justifier de leurs indemnités de dingues. Affligeant.Honoré Daumier caricature assemblée nationale

Michel Lebon


[NDLR] Notre illus­tra­tion à la une : tableau de Jérôme Bosch, Extraction de la pierre de folie, vers 1494.
Ci-des­sus, gra­vure de Honoré Daumier, Le ventre légis­la­tif, 1834.

Les articles du même auteur

Michel Lebon

2 Commentaires 

  1. C’est pour­tant simple comme équa­tion mais il man­quait en pré­am­bule la remarque, fon­dée sur l’ob­ser­va­tion incon­tes­table que, dans la nature et dans le monde réel et infal­si­fiable : « La moi­tié des hommes sont des femmes » !

    Et, puisque tous ces « gau­chiasses et autres déran­gés de la tête et d’ailleurs » pré­tendent, tous en cœur, (des pleu­reuses, je vous dis) que cha­cun peut, tout à loi­sir, à sa guise et cha­cun pour son compte, choi­sir son sexe déli­bé­ré­ment et non d’a­près sa nature bio­lo­gique, il s’en suit que l’é­qua­tion pré­sen­tée pour résoudre le pré­ten­du « pro­blème » est nulle et non ave­nue car on ne peut modé­li­ser, à quelque niveau que ce soit, un pro­blème qui ne peut exis­ter puis­qu’il est impos­sible de défi­nir ou d’at­tri­buer, de manière pérenne, le sexe réel de cha­cune des per­sonnes con-cer­­nées par ce pro­jet aus­si stu­pide qu’i­diot, à moins que ce ne soit le contraire !

    Répondre
  2. Travaux pra­tiques :
    S’agissant de la métro­pole Nice-Côte d’Azur, on y décompte 30 vice-pré­­si­­dents. 27 hommes et trois femmes (Gisèle, Isabelle et Dominique).
    Ayant le niveau mat(ernelle)-sup, je n’ai pas su appli­quer la for­mule.
    À vos règles à cal­cul !
    J’ai comme un sen­ti­ment de sur-repré­­sen­­ta­­ti­­vi­­té des vieux mâles blancs de plus de 50 ans.
    Estrosi, le pré­sident, est un macho. On veut des femmes, des gens de cou­leur, des LGBT, des sans-papiers, de toutes nos « Chances pour la France ».

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

sept + deux =