Un « pognon de dingue » en sondages pour l’Élysée

7 juin 2021 | 3 Commentaires 

L’Obs, Libé, et Valeurs Actuelles nous livrent un enquête fouillée sur les mil­lions dépen­sés en son­dages pour le compte de l’Élysée depuis que Jupiter, alias Emmanuel Macron, en est deve­nu le loca­taire. Ces organes de presse ne ménagent pas celui qu’ils ont fait roi : « Des mil­lions d’euros pour des son­dages : l’exécutif et sa com­mu­ni­ca­tion “quoi qu’il en coûte” », titre L’Obs ; « L’exécutif et le “pognon de dingue” des son­dages », ren­ché­rit Libé. La dent est dure !

Et le détail laisse pan­tois : un son­dage toutes les qua­rante heures de mars à mai 2020 ! Nicolas Sarkozy, friand de cette pra­tique et tenant du record jusqu’à pré­sent, se trouve bat­tu à plate cou­ture : « Dans l’histoire de la Ve République, on n’a jamais vu une si grande pro­fu­sion de “baro­mètres” et d’études “qua­li­ta­tives” ou “quan­ti­ta­tives” », écrit Mathieu Aron, auteur de l’article. L’addiction d’Emmanuel Macron, c’est du jamais vu. Une dérive dans laquelle il a som­bré dès le début de son quin­quen­nat : réforme de la SNCF (20 son­dages en 60 jours !), Gilets Jaunes, réforme des retraites et sur­tout, crise du Covid…

Le chichon à Macron, c’est l’enquête d’opinion !

Rappelons que, depuis l’affaire des son­dages de l’Élysée, sous la pré­si­dence Sarkozy, laquelle avait abou­ti au ren­voi en cor­rec­tion­nelle de quatre anciens conseillers du Président, les enquêtes d’opinions ne dépendent plus du bud­get de l’Élysée. Elles sont désor­mais du res­sort du ser­vice d’information du gou­ver­ne­ment (SIG) cha­peau­té par Matignon. Hélas, l’opacité reste de mise et les vilaines pra­tiques auraient la vie dure, selon les révé­la­tions de L’Obs au terme d’une enquête minu­tieuse. Ainsi, le bud­get alloué au SIG a explo­sé pas­sant de 14 mil­lions d’euros, en 2020, à 28 mil­lions ! Le gou­ver­ne­ment ferme des lits d’hôpital, mais com­mande des son­dages et ins­talle un numé­ro vert. Comme disait Coluche : « Dites-nous de quoi vous avez besoin, on vous expli­que­ra com­ment vous en, pas­ser » ! D’ailleurs, la cari­ca­ture n’est pas si éloi­gnée. En effet, la dépu­tée LR Marie-Christine Dalloz, rap­por­teur spé­cial de la com­mis­sion des Finances de l’Assemblée natio­nale, ayant dénon­cé ces dérives « hors de pro­por­tion », s’est vu répondre qu’elles avaient ser­vi à mettre en place « des outils néces­saires pour répondre aux pré­oc­cu­pa­tions des conci­toyens ».Stéthoscope

Emmanuel Macron a donc dépen­sé sans comp­ter pour sur­veiller la popu­la­tion et peau­fi­ner sa com­mu­ni­ca­tion. Une veille 24 heures sur 24 sur les réseaux sociaux pour ana­ly­ser la « conver­sa­tion sociale publique » confiée à une socié­té spé­cia­li­sée dont les frais s’élevaient à un demi-mil­lion d’euros en 2017 pour atteindre 2,8 mil­lions en mars der­nier ! Des cam­pagnes de com­mu­ni­ca­tion et des frais d’encarts publi­ci­taires pour un coût s’élevant à plus de 300 mil­lions ! La mise en appli­ca­tion de la « nudge theo­ry » – en clair : influence des com­por­te­ments à l’aide de moyens sub­li­mi­naux –, très pri­sée par Emmanuel Macron, coûte aus­si beau­coup aux contri­buables qui se laissent mani­pu­ler avec leur pognon sans s’en rendre compte !

L’exécutif explique sans ver­gogne que ces dépenses incon­si­dé­rées sont pour notre bien. Ben voyons ! Brice Teinturier, le direc­teur d’Ipsos, un des pres­ta­taires favo­ris de Jupiter, jus­ti­fie sans rire ces déra­pages dignes des pires régimes tota­li­taires par ces mots : « Que pré­fère-t-on, un gou­ver­ne­ment sourd qui, quelles que soient les cir­cons­tances, demeure droit dans ses bottes, ou bien un pou­voir qui prend régu­liè­re­ment le pouls de l’opinion pour gui­der son action ? » Évidemment, dit comme ça…

Mais c’est tout le contraire !

En réa­li­té tous ces son­dages n’ont qu’un but : mesu­rer jus­qu’où Macron peut aller pour faire ava­ler les cou­leuvres au Peuple tout en pré­pa­rant en même temps sa réélection.

Charles ANDRÉ

« L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réflé­chir. »

3 Commentaires 

  1. Macron ne sait plus quoi inven­ter, en atten­dant c’est le pognon des Français qui sert pour ses extravagances

    Répondre
  2. Montjoie ! Saint-Denis !

    Répondre
  3. La cra­pule ins­tal­lée à l’Elysée (par Dominion) se voit dénon­cé par ceux à qui il a filé, de notre pognon de dingue, 2,666 mil­liards de ral­longe en 2020. Comme c’est bizarre ! Comme on dit entre enc.… il n’y a pas de doublure !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

7 + 1 =