Ma semaine d’observation de l’info (26 septembre 2021)

26 sep­tembre 2021 | Aucun com­men­taire

Dimanche 19 septembre 2021

Il n’y a pas de « petite » vic­toire… La preuve : cette ordon­nance en réfé­ré ren­due par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Nîmes annu­lant l’obligation du passe sani­taire impo­sée par cir­cu­laire à tous les fonc­tion­naires muni­ci­paux de Saint-Laurent-Aigouze, dans le Gard.

Passe sanitaire- Saint-Laurent-Aigouze

Cliquer sur l’i­mage pour l’agrandir

Comme vous pou­vez le lire dans le docu­ment ci-des­sus, le juge du réfé­ré n’a pas hési­té à sus­pendre cette demande abu­sive d’un maire de voir tout le monde pré­sen­ter un passe sani­taire alors même que la loi ne le pré­voit pas.
L’extension du passe sani­taire déci­dée par le maire consti­tue donc une « atteinte grave et mani­fes­te­ment illé­gale au droit des inté­res­sés, au res­pect de leur vie pri­vée et à leur droit au tra­vail ».
Une sai­sie des tri­bu­naux de pre­mière ins­tance, (admi­nis­tra­tif, prud­hommes…) est un acte simple qui peut rap­por­ter gros… N’hésitez pas à le faire, notam­ment les fonc­tion­naires sous l’emprise d’une hié­rar­chie par­fois trop zélée !
C’est ici : Gratuit : le réfé­ré-type des fonc­tion­naires contre la sus­pen­sion impo­sée par l’employeur !

Lundi 20 septembre 2021

Nous ne sommes pas encore en automne, cela n’ar­ri­ve­ra que mer­cre­di soir astro­no­mi­que­ment par­lant, même si météo­ro­lo­gi­que­ment par­lant, la sai­son a com­men­cé avec le début du mois de sep­tembre.
Toujours est-il que le gou­ver­ne­ment a encore trou­vé un point de chi­cane avec les auto­mo­bi­listes. Que l’on se com­prenne bien : il ne s’a­git pas d’at­ta­quer la mesure dans sa sub­stance, mais dans son appli­ca­tion !
Je veux par­ler de l’o­bli­ga­tion pour les habi­tants de 48 dépar­te­ments de rou­ler à par­tir du 1er novembre en pneus hiver ou quatre sai­sons. C’est la consé­quence de la Loi Montagne votée en décembre 2016.
Dans le fond, cette demande n’est pas blâ­mable, et nous qui sommes habi­tués à uti­li­ser les routes de mon­tagne toute l’an­née, savons bien que les voi­tures non-équi­pées sont sou­vent la source de gros blo­cages sur les routes ou les auto­routes, et je ne parle pas des tou­ristes qui viennent en sta­tion…
Mais une fois de plus, il n’y a pas de demi-mesure ! Pourquoi l’o­bli­ga­tion est-elle la même pour les habi­tants de Haute Savoie et pour ceux du Var ? Je ne vois pas l’in­té­rêt d’o­bli­ger un habi­tant de Toulon à rou­ler en pneus neige tout l’hi­ver… sauf à appli­quer la fumeuse théo­rie du « en même temps » de notre président…Pneus hiver

Mardi 21 septembre 2021

Hier, l’as­so­cia­tion de consom­ma­teur UFC-Que Choisir a annon­cé pour début 2022, une hausse du tarif régle­men­té de vente d’élec­tri­ci­té de près de 10%, pas moins !
Cette hausse, qui s’a­joute aux mul­tiples autres (+60% depuis 2007), est la consé­quence de deux élé­ments. Tout d’a­bord l’ou­ver­ture à la concur­rence, qui a fait bon­dir les prix non seule­ment de l’élec­tri­ci­té mais aus­si du gaz, consé­quence de la libé­ra­li­sa­tion des tarifs impo­sée par Bruxelles.
Mais aus­si, et c’est plus récent, les lubies gou­ver­ne­men­tales impo­sées par les khmers verts au sujet des éner­gies dites « renou­ve­lables ». La fameuse tran­si­tion éco­lo­gique, très à la mode, a mal­heu­reu­se­ment un coût éle­vé, que prin­ci­pa­le­ment les plus modestes vont devoir sup­por­ter. Réduire le nucléaire pour le rem­pla­cer par des éoliennes ça coûte plus cher, les « éco­los » ne veulent pas en démordre.
Et à la fin, c’est le contri­buable qui paie.
Faites des éco­no­mies, virez l’UE et les Verts !Prix électricité

Mercredi 22 septembre 2021

Le 19 décembre 2020, April Benayoum, fraî­che­ment élue Miss Provence, décla­rait, très inten­tion­nel­le­ment : « J’ai moi-même des ori­gines assez variées : ma mère est serbe-croate, et mon père israé­lien-ita­lien. » Histoire de nous assé­ner que la France est une terre d’im­mi­gra­tion.
Cette phrase déclen­chait aus­si­tôt une vague de haine sur les réseaux sociaux : plus de 500 mes­sages d’in­sultes ont été recen­sés, dont cer­tains fai­saient réfé­rence à Hitler ou à la Shoah.
C’est aujourd’­hui que huit per­sonnes sont jugées pour ces mes­sages : quatre hommes et quatre femmes, entre 20 et 60 ans. Tous bien insé­rés dans la socié­té et appa­rem­ment bien édu­qués. Tous bache­liers, un pédi­cure, un élu, un licen­cié en his­toire, bref pas des pro­fils de petites racailles de ban­lieues. Seul point com­mun : la reli­gion musul­mane. « Les huit s’en reven­diquent, soit qu’ils soient pra­ti­quants ou non pra­ti­quants. » La ques­tion leur a été sys­té­ma­ti­que­ment posée pen­dant les entre­tiens pré­cé­dant le pro­cès.
Quand les médias parlent d’an­ti­sé­mi­tisme, les gens mal infor­més pensent aus­si­tôt « extrême droite », ce qui est un peu logique après des décen­nies de pro­pa­gande qui assi­mi­lait tout ce qui se trou­vait à la « droite de Chirac » aux nazis ou presque.
Mais aujourd’­hui, la façon de voir les choses a chan­gé, et le vrai visage de l’an­ti­sé­mi­tisme se montre sous les traits de l’im­mi­gra­tion musul­mane. Un anti­sé­mi­tisme qui n’est pas eth­nique comme au temps du chan­ce­lier alle­mand, mais géo­po­li­tique, en marge du conflit israé­lo-pales­ti­nien.
On attend le verdict…April Benayoum - Miss Provence 2021

Jeudi 23 septembre 2021

Nous sommes à cinq jours de la grande finale verte entre Yannick Jadot et Sandrine Rousseau pour le choix du can­di­dat EELV à l’é­lec­tion pré­si­den­tielle.
Un choix entre le can­di­dat d’une éco­lo­gie « de gou­ver­ne­ment », et la can­di­date d’une éco­lo­gie « radi­cale ». On sait que de nom­breux élec­teurs venus de la droite de la droite ont « trol­lé » l’é­lec­tion en votant pour elle, espé­rant que sa radi­ca­li­té effraie­rait ensuite les futurs élec­teurs…
Les deux concur­rents se sont donc retrou­vés avec des scores très proches (27,7% pour lui, 25,14% pour elle). Les deux sui­vants (Batheau et Piolle) res­tant dans un mou­choir de poche à plus de 22%, étant assu­ré­ment les arbitres de ce second tour.
Les deux fina­listes ont pour points com­muns de vou­loir mettre fin à l’in­dus­trie nucléaire, aux pes­ti­cides, de léga­li­ser le can­na­bis, de favo­ri­ser le bien-être ani­mal et l’a­gri­cul­ture bio et de mettre une impo­si­tion plus forte pour les plus riches.
Mais pour Sandrine Rousseau (qui déplo­rait il y a peu, le décès de Jean Pierre Belmondo) la prio­ri­té est la lutte pour l”« inter­sec­tion­na­li­té », c’est-à-dire la mise en avant de tout ce que la France peut comp­ter de « mino­ri­tés » for­cé­ment gau­chistes : hyper-fémi­nistes, blacks, LGBT, etc. Ce qu’elle avait déve­lop­pé chez « La France insou­mise » cet été. Selon elle la France « s’est nour­rie de trois pré­da­tions majeures, à savoir celle du corps des per­sonnes noires, des femmes et de la nature ».
À côté d’elle, Jadot fait figure de ché­ru­bin, reje­tant le « radi­ca­lisme » de sa col­lègue.
L’ancien pré­sident de Greenpeace France lui oppose une autre ver­sion : « La radi­ca­li­té ce ne sont pas des mots : ça fait 30 ans que je suis éco­lo, j’ai été avec les pay­sans pour lut­ter contre le libre-échange, j’ai été avec les femmes oppri­mées au Bangladesh, j’ai été espion­né par EDF, j’ai arra­ché des OGM. »
Résultats mar­di soir…Sandrine Rousseau - Yannick Jadot

Vendredi 24 septembre 2021

C’était l’af­fiche télé­vi­suelle de la soi­rée : le débat Mélenchon-Zemmour. On pro­met­tait du punch, ça allait sai­gner, com­bat de coqs, match de boxe, tout avait été dit. En fait nous avons assis­té à un bon débat, audible, les pro­ta­go­nistes lais­sant cha­cun glo­ba­le­ment par­ler son adver­saire. Quelques invec­tives évi­dem­ment quand le « grand timo­nier » Mélenchon traite Zemmour de « petit bon­homme ». Sans sur­prise, la France idéale de cha­cun des deux bate­leurs était par­fai­te­ment dif­fé­rente.
D’un côté la « créo­li­sa­tion » mon­dia­liste du patron de LFI, contre une France sou­ve­raine et iden­ti­taire pour l’ex-chro­ni­queur de CNews. Versions incon­ci­liables s’il en est. Le seul point de conver­gence se situant au niveau de l’OTAN, « machin » inutile et obso­lète pour les deux hommes.
À noter que BFM, la télé macro­niste, a réus­si un bon coup avec la trans­mis­sion de ce débat, puisque 3,8 mil­lions de télé­spec­ta­teurs l’ont regar­dé dont une forte pro­por­tion de jeunes, une fois n’est pas cou­tume. La pauvre Valérie Pécresse qui débat­tait à la même heure sur France 2 avec le ministre de l’in­té­rieur Darmanin, ne se conten­tant que d’un petit 1,05…
Zemmour est deve­nu une valeur sûre, au moins pour l’audimat !

Samedi 25 septembre 2021

Jamaïque, Mickey Mouse, Feux tri­co­lores, R2G ou Kénya. ? Ça vous parle ?
Si l’on vous pro­po­sait ces cinq can­di­dats pour une élec­tion, vers lequel seriez-vous le plus atti­ré ?
C’est un peu (avec une once d’i­ro­nie) ce que l’on pro­pose aux élec­teurs alle­mands demain pour élire le nou­veau Reichstag, qui met­tra à la tête du pays, le suc­ces­seur de Mutti Merkel.
Le sys­tème élec­to­ral alle­mand fait en sorte qu’une majo­ri­té abso­lue est qua­si­ment impos­sible et donc une coa­li­tion obli­ga­toire.
Si on passe en revue les par­tis poli­tiques pou­vant éven­tuel­le­ment se qua­li­fier, on note :
Le SPD (par­ti social démo­crate), légè­re­ment favo­ri, de cou­leur rouge comme « die Linke »
Le FDP (libé­raux), de cou­leur jaune
La CDU (conser­va­teurs) d’Angela Merkel de cou­leur noire
Les verts (éco­los) bien enten­du de cou­leur… verte !
Le par­ti AFD (droite)… sans cou­leur
Si on asso­cie dans une coa­li­tion divers par­tis pris par­mi ceux-ci, on obtient un « tableau » consti­tué de diverses cou­leurs… que les Allemands ont sur­nom­més :
Jamaïque, Mickey Mouse, Feux tri­co­lores, R2G ou Kenya.
À vous de les reconstituer…

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…
Patrice LEMAÎTRE

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

73 − 72 =