En France, presque un nouveau-né sur quatre est musulman !

15 octobre 2021 | 3 Commentaires 

Selon le très offi­ciel Observatoire de la laï­ci­té, notre pays ne comp­te­rait que 6 % de maho­mé­tans. Ce qui per­met à toute l’intelligentsia néga­tion­niste d’infirmer la théo­rie du Grand Remplacement qui, pour­tant, crève les yeux au quo­ti­dien : tou­jours plus de faciès bou­ca­nés sur les trot­toirs, accou­tre­ments ves­ti­men­taires cha­ria-com­pa­tibles, trust de la main‑d’œuvre dans le bâti­ment, les entre­prises de net­toyage, des chauf­feurs-livreurs, chez les aides-soi­gnants, dans les socié­tés ambu­lan­cières, les ser­vices de sécu­ri­té… par des allo­gènes venus de l’autre côté de la Méditerranée. Il y a des signes qui ne trompent pas.

Et des signes, il y en a par­tout. On en trouve de très forts dans la popu­la­tion car­cé­rale où la pro­por­tion d’allogènes est lar­ge­ment domi­nante. Le taux de déte­nus musul­mans y « dépasse sou­vent les 50 %, avoi­si­nant par­fois les 70 %, voire les 80 % dans les pri­sons proches des ban­lieues » selon le socio­logue d’origine ira­nienne Farhad Khosrokhavar [L’Islam dans les pri­sons, Balland]. Ce que confirme Mohamed Loueslati, aumô­nier dans les pri­sons, qui recon­naît que « deuxième reli­gion de France, l’islam est aujourd’hui la pre­mière reli­gion car­cé­rale » [L’Islam en pri­son, Bayard].

Farhad Khosrokhavar - Islam dans prisons Mohamed Loueslati - Islam prison

Ce qui explique que le nombre d’aumôniers musul­mans a été mul­ti­plié par 2,5 en moins de dix ans, pas­sant de 69 en 2006 à 176 en 2015 ! Soulignons au pas­sage que la pra­tique du culte maho­mé­tan en milieu car­cé­ral coûte au contri­buable la baga­telle de 2,4 mil­lions d’euros par an, d’après Julien Morel d’Arleux, sous-direc­teur de l’administration péni­ten­tiaire, et que l’islam wah­ha­bite – le plus radi­cal – y est allè­gre­ment pra­ti­qué. Ça fait un peu froid dans le dos.

Aujourd’hui, dans nos pri­sons fran­çaises, on dénombre 54 % de déte­nus venant d’Afrique et du Maghreb dont les pays d’origine sont essen­tiel­le­ment l’Algérie et le Maroc. Ces déte­nus magh­ré­bins sont en outre sur­re­pré­sen­tés dans toutes les caté­go­ries des crimes et délits. Avec un taux de 33 %, les pri­son­niers de natio­na­li­tés euro­péennes font figure de petits joueurs d’autant que la grande majo­ri­té d’entre eux est d’origine rou­maine du fait de la mul­ti­pli­ci­té des délits com­mis par les Roms.

La surreprésentation des étrangers en milieu carcéral est donc indiscutable

N’en déplaise à Dominique Simonnot, contrô­leuse géné­rale des lieux de pri­va­tion de liber­té qui s’indigne du sur­peu­ple­ment des pri­sons : « C’est effroyable. Aujourd’hui, les condi­tions de déten­tion sont rede­ve­nues épou­van­tables. Quel pays la France est-elle deve­nue pour sup­por­ter ça ? ». Il faut avoir une cer­taine dose de culot pour oser déplo­rer aus­si fort des effets dont on ché­rit les causes.

Jacques Audiard - Film Le prophète - 2009

Image extraite du film de Jacques Audiard, Un pro­phète (2009)

Ces chiffres alar­mants sont donc la preuve indé­niable du rem­pla­ce­ment de popu­la­tion qui est lui-même le prin­ci­pal arti­san d’une délin­quance en pro­gres­sion expo­nen­tielle : 75 % des mineurs jugés sont des mineurs étran­gers, selon Pierre-Marie Sève, direc­teur géné­ral de l’Institut Pour la Justice (IPJ), inter­ro­gé le 18 juin 2021 par Le Figaro. Cette jeu­nesse allo­gène, forte d’une totale impu­ni­té dans notre pays, est res­pon­sable de 80 % des vols à l’arraché dans les grandes villes. Une situa­tion qui génère logi­que­ment un « sen­ti­ment d’insécurité » gran­dis­sant dans la popu­la­tion. Sentiment qui n’est pas près de se dis­si­per… Comme la popu­la­tion elle-même n’est pas près de reblan­chir au cours des pro­chaines décen­nies. L’immigration incon­trô­lée, la grande fer­ti­li­té des femmes afri­caines et la réti­cence à pro­créer de plus en plus reven­di­quée chez les femmes autoch­tones engendrent un dés­équi­libre démo­gra­phique aujourd’hui par­fai­te­ment pal­pable : « La pro­por­tion des enfants immi­grés ou enfants d’immigrés d’origine extra-euro­péenne est en forte hausse depuis 30 ans » d’après France Stratégie, qui tra­vaille à par­tir de don­nées de l’INSEE. Rien que pour Paris, cette pro­por­tions est pas­sée de 22,4 % à 37,4 % entre en 1990 et 2017 avec un taux attei­gnant 43 % dans le 18e arron­dis­se­ment ! Quant à la Seine-Saint-Denis, les « chères têtes blondes » n’y sont déjà plus qu’un loin­tain sou­ve­nir puisque 55,1 % des enfants ont, au moins, un parent allo­gène. Qui plus est, de confes­sion maho­mé­tane : 21,7 % des nou­veau-nés en France ont reçu un pré­nom musul­man. Presque un sur quatre ! On réa­lise l’ampleur du désastre.

Et ce ne sont pas les Niçois qui viennent de subir une nou­velle agres­sion en l’église Notre Dame de l’Assomption(1), ce lun­di 11 octobre, qui contes­te­ront cette gla­çante évi­dence. Cette fois-ci, c’est un Tunisien clan­des­tin de 26 ans qui s’est intro­duit dans l’édifice reli­gieux en pro­fé­rant des menaces en arabe. Une pro­vo­ca­tion qui sur­vient presque un an jour pour jour après le ter­rible atten­tat, en ce même lieu, qui fit trois vic­times, le 29 octobre 2020, et qui fut sui­vi de deux autres intru­sions, le 20 mars et le 3 juillet 2021. Il faut dire que l’avenue Jean Médecin, autre­fois l’artère prin­ci­pale de la ville, qui s’enorgueillissait de ses grands maga­sins, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Située en plein centre-ville, elle tra­verse aujourd’hui un quar­tier com­plè­te­ment com­mu­nau­ta­ri­sé. On y croise une popu­la­tion métis­sée à sou­hait que même « Street view » de Google Maps ne par­vient pas à dissimuler.Nice - Avenue Jean Médecin

Avouons que Google comme témoin du Grand Remplacement, c’est plu­tôt cocasse.

Charles ANDRÉ

« L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réflé­chir. »

3 Commentaires 

  1. UNE RICHESSE POUR LA FRANCE ???????

    Répondre
  2. Laura TENOUDJI, la femme de Chritian ESTROSI est d’o­ri­gine maro­caine, voi­là la rai­son pour laquelle Nice est enva­hie par des non cau­ca­siens non euro­péens ( NCNE) qui annoncent le Grand Remplacement.

    Répondre
  3. C’est mathé­ma­tique : les femmes fran­çaises reven­diquent le droit de ne pas faire d’enfants tan­dis que les femmes allo­gènes essaient d’en faire un maxi­mum sur notre sol pour obte­nir des papiers. À la fin, qui c’est qui gagne ?

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.