7 décembre 1941 : Pearl Harbor

7 décembre 2021 | 3 Commentaires 

La majorité des historiens vous le diront : les États Unis, grande puissance pacifique, furent lâchement agressés par les odieux japonais à Pearl Harbour. C’est établi !

Oui, mais… ce n’est pas aus­si simple. Un his­to­rien, Daryl S. Borgquist, a ana­ly­sé il y a quelques années le brouillon du dis­cours pro­non­cé le len­de­main de l’at­taque japo­naise par le pré­sident Roosevelt. Et il a ain­si décou­vert que ce docu­ment fut en fait écrit par une équipe de diplo­mates, diri­gée par le secré­taire d’État Adolph Berle, entre 8h30 et 12h30, le same­di 6 décembre, soit la veille de l’at­taque !

L’attaque ne fut donc pas une surprise

Il appa­raît que Roosevelt sou­hai­tait lan­cer les USA dans la guerre, contre l’a­vis de la popu­la­tion et contre la tra­di­tion iso­la­tion­niste amé­ri­caine, et qu’il était par­fai­te­ment au cou­rant de la pré­pa­ra­tion de l’at­taque japo­naise sur Pearl Harbor. Pire, il sem­ble­rait qu’il soit à l’o­ri­gine des déci­sions poli­tiques qui ont conduit à ce désastre.Robert Stinnet - Jour de tromperie - Day of deceit

Un ancien com­bat­tant de la seconde guerre mon­diale Robert S. Stinnett a démon­tré dans un livre « Day of deceit, the truth about FDR and Pearl Harbor » que le pré­sident amé­ri­cain a tout fait pour pous­ser l’Amérique à entrer en guerre contre le Japon. Un plan avait été éla­bo­ré, conte­nant 8 pro­vo­ca­tions devant conduire le Japon à décla­rer la guerre :

1) S’arranger avec l’Angleterre pour uti­li­ser les bases bri­tan­niques dans la Pacifique en par­ti­cu­lier Singapour.
2) Conclure un accord avec la Hollande afin de dis­po­ser de leurs bases et obte­nir d’eux du ravi­taille­ment en Indonésie.
3) Poursuivre l’aide au gou­ver­ne­ment chi­nois, enne­mi juré des Japonais.
4) Déployer une divi­sion de croi­seurs aux Philippines et à Singapour.
5) Envoyer deux flot­tilles de sous-marins en orient.
6) Maintenir le gros de la flotte US à Pearl Harbor.
7) Convaincre les Hollandais de refu­ser toute demande japo­naise notam­ment en ce qui concerne le pétrole, indis­pen­sable à l’in­dus­trie nip­pone.
8) En col­la­bo­ra­tion avec le gou­ver­ne­ment bri­tan­nique, impo­ser un embar­go com­mer­cial total avec le Japon.

La clé de l’o­pé­ra­tion rési­dait sur les points 2, et 7, qui devaient mettre le Japon à genoux et le contraindre à la guerre.

Roosevelt a ain­si déclen­ché déli­bé­ré­ment une guerre éco­no­mique contre le Japon, met­tant en péril la sur­vie même de l’Empire nip­pon. De deux choses l’une, le Japon pou­vait ne pas répondre pas à cette ultime pro­vo­ca­tion, et dans ce cas, il s’é­crou­lait éco­no­mi­que­ment et stop­pait ain­si tout pro­jet d’ex­pan­sion. Ou alors, il réagis­sait en accep­tant de décla­rer la guerre, et dans ce cas, Roosevelt tenait son casus-bel­li, tout en deve­nant une « vic­time » de l’im­pé­ria­lisme japo­nais aux yeux de l’o­pi­nion publique.

La pro­po­si­tion 6 du plan offrait au Japon une occa­sion rêvée, une cible facile et sans risque. La flotte amé­ri­caine lui était ser­vie sur un pla­teau. Il se déci­da donc pour la guerre.

Le 7 décembre 1941, les Japonais attaquent donc la base de Pearl Harbor sans décla­ra­tion de guerre, tuent plus de 2 000 sol­dats amé­ri­cains tota­le­ment sur­pris. Ce fut le « Jour de trom­pe­rie » (Day of deceit, titre du livre).

À noter que de son côté, Churchill était éga­le­ment par­fai­te­ment au cou­rant, puisque le code naval japo­nais avait été per­cé bien avant la date offi­ciel­le­ment admise.Trahison Pearl Harbor -Rusbridger - Nave

Les Britanniques connais­saient les mes­sages japo­nais qui étaient trans­mis au pre­mier ministre. Il sem­ble­rait que celui-ci connais­sait par­fai­te­ment le lieu et la date de l’at­taque japo­naise. S’il ne pré­vint pas Roosevelt, c’est parce que cette attaque sur­prise pous­se­rait inévi­ta­ble­ment les Américains dans la guerre, igno­rant que son allié était par­fai­te­ment au cou­rant aus­si.
La suite est connue.….

Pearl Harbour - 7 décembre 1941 (2)

Ci-des­sus, un mes­sage du 28 novembre 1941 annon­çant le risque de guerre aux com­man­dants des flottes paci­fiques (Hawaï) et d’Asie (Manille). Il est signé par le chef d’é­tat major de la Marine, l’a­mi­ral Stark. Ce télé­gramme contient la phrase (enca­drée) : « Les États Unis dési­rent que le Japon com­mettent le pre­mier acte du guerre ».

Roosevelt vou­lait contraindre les Japonais à atta­quer, pour pou­voir ensuite enga­ger son pays contre l’Allemagne.

Patrice LEMAÎTRE

3 Commentaires 

  1. Si NP Info s’o­riente vers une ligne édi­to­riale incluant la géos­tra­té­gie et la géo­po­li­tique mon­diale, j’ap­plau­dis des deux mains.
    Bravo à vous de nous don­ner un éclai­rage plus juste de l’Histoire qui, comme cha­cun le sait, est écrite par les vain­queurs. C’est très long avant de consi­dé­rer la véri­té dans le contexte. Encore bra­vo et tous mes encou­ra­ge­ments pour cette voie.

    Répondre
  2. Tout à fait d’ac­cord avec vous.

    Répondre
  3. C’est comme le World Trade Center, ceux qui croient encore que c’est Ben Laden qui a fait péter le décor sont à la ramasse, c’est comme le nuage de Tchernobyl, blo­qué à la fron­tière en 86, c’est comme Notre Dame incen­diée à cause d’un mégot… vrai­ment ? Ou encore l’as­sas­si­nat de Kennedy ou encore la guerre en Irak, l’autre agite une fiole et boum des mil­lions de civils tués, ou encore la mort de Coluche, etc., etc. Ils croient qu’on ne remarque pas la super­che­rie, le men­songe ? Nous bai­gnons dans le men­songe et la mani­pu­la­tion du ber­ceau au tom­beau… Voilà pour­quoi ils ins­taurent leur cré­dit social 2.0, pour mieux repé­rer les dis­si­dents et ensuite quoi ? Et bien empri­son­ne­ment ou éli­mi­na­tion pure et simple, c’est ça le Grand Reset, c’est le cou­teau suisse du par­fait mondialiste…

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.