Bientôt le printemps, on rebadigeonne les extérieurs à l’ancienne

Passés les fri­mas, vous allez effa­cer les mor­sures de l’hi­ver sur vos boi­se­ries ? Faites-le dans les règles de l’art. Morgane Brocéliande, déco­ra­trice et res­tau­ra­trice, nous pro­pose cette fiche tech­nique de bon aloi. Cela s’ap­pelle de la pein­ture sué­doise ou à la farine.

Voici une tech­nique de pein­ture natu­relle que j’ai ensei­gnée dans le cadre de la res­tau­ra­tion du patrimoine.

Cette tech­nique est tou­jours uti­li­sée en Suède.

Mais elle était déjà employée au Moyen Âge sur les boi­se­ries, portes, volets et barrières.

Elle per­dure dans le temps, éco­no­mique, éco­lo­gique et sur­tout facile à réa­li­ser.
Le sul­fate de fer pro­tège le bois des moi­sis­sures et des insectes.

Ma recette :
300 g de farine
3 l d’eau
500 g de pig­ment natu­rel
300 ml de huile de lin
100 g de sul­fate de fer

Pigments-naturels-pour-enduits-decoratifs-muraux
Huile lin
Sulfate fer
Pour un résul­tat et un ren­du superbes, à vos rouleaux !
Porte ancienne repeinte

Halte aux sol­vants et autres pro­duits chi­miques dans les pein­tures com­mer­ciales, sus au consu­mé­risme !
Avec ma recette, 3 €/​litre, prix moyen ailleurs : 30 €/​litre

Morgane Brocéliande

1 commentaire

  1. Merci pour cette recette utile. Il faut bien sûr cuire et faire un peu réduire le mélange, pen­dant bien 30 minutes. Et ajou­ter une poi­gnée de gros sel si vous vou­lez le conserver.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

+ dix-huit = vingt