Que cela fut beauuuuu…

par | 21 jan­vier 2022 | Aucun com­men­taire

Progrès oblige et ter­reur sani­taire aidant, la convi­via­li­té des fêtes dis­pa­raît. La proxi­mi­té est par­tout rem­pla­cée par la com­mu­ni­ca­tion. En cette période elle s’ex­hibe avec force réver­bères-guir­landes lumi­nes­centes…
Certaines de ces déco­ra­tions sont éphé­mères, d’autres res­tent en place des mois durant, au rythme lent des sai­sons. Je me suis posé la ques­tion de savoir si les enfants levaient les yeux vers ces lumières ?
Mais là n’est pas le but de mon pamphlet.

Avez-vous remarqué ou alors suivi les mouvements des agents municipaux qui posent et déposent ce genre de déco annuelle ?

Moi oui ! Vous allez me dire : « Mais tu n’as que ça à foutre ? » Bin oui, je sur­veille où vont mes deniers. Car, là où le comique rejoint l’agréable vision de ces lumières étin­ce­lantes est, qu’il ne faut pas moins de deux équipes pour poser et dépo­ser…
Je m’explique. La mai­rie qui dili­gente ces agents payés par nos impôts ou autres moyens d’extorsions léga­li­sés par ceux qui nous volent, envoie en pre­mier lieu une équipe pour poser les décos. Puis deux ou quatre jours après, une deuxième équipe passe pour faire le bran­che­ment…
Puis la fin de la récréa­tion des fes­ti­vi­tés ayant son­né, vous avez exac­te­ment la même pro­cé­dure qui se repro­duit, à l’en­vers.
Une pre­mière équipe passe dans les rues pour débran­cher les guir­landes…
Puis quelques jours après, une deuxième équipe fait son appa­ri­tion pour enle­ver la dite déco…Guirlande Noël - Saint Laurent du Var
Alors ma réflexion est la sui­vante : la pre­mière équipe est-elle non habi­li­tée à dépo­ser les décos ?…
De même la deuxième équipe est-elle non habi­li­tée à débran­cher ces dites décos ?…
Les ques­tions sont les mêmes pour la pose…
Mais alors com­bien cela coûte aux contri­buables ? De plus par­lons pol­lu­tion, du fait des mou­ve­ments inutiles des véhi­cules muni­ci­paux. Ne serait-il pas plus sérieux de faire une équipe pour ‘’débran­cher, dépo­ser et hop’’… ?
Mais à quoi pensent nos élus cen­sés gérer les deniers publics en « bon père de famille » ?
Je pro­pose tout sim­ple­ment que, lorsque les fes­ti­vi­tés revien­dront comme tous les ans, ce soit les citoyens qui décorent eux mêmes leurs quar­tiers :
• on retrou­ve­rait ain­si la convi­via­li­té et la proxi­mi­té per­dues,
• on ferait des éco­no­mies sub­stan­tielles,
• les agents muni­ci­paux s’oc­cu­pe­raient de la pro­pre­té de la ville.

Phylippe Marécaux

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

quatre + deux =