Le triomphe des gamelins

17 août 2022 | 2 Commentaires 

Il est des noms propres qui entrent dans le voca­bu­laire en mémoire de leur inven­teur : il en est ain­si du pré­fet de Paris Eugène Poubelle, de l’empereur Vespasien, ou encore de l’ar­tiste César. Le géné­ral Cambronne l’a échap­pé belle.

Poubelle Paris autrefois Vespasienne Paris autrefois César trophée
Poubelle Vespasienne César

Le chro­ni­queur Xavier Moreau uti­lise dans ses chro­niques sur Stratpol(1) le mot « game­lin » en réfé­rence au géné­ral Maurice Gamelin. Hélas pour lui, ce géné­ral est atta­ché à la débâcle de 1940 par des appré­cia­tions lour­de­ment erronées.

Général Gamelin

Maurice Gamelin intègre Saint-Cyr le 31 octobre 18912 et en sort major de pro­mo­tion en 1893. En 1916 c’est lui qui rédige à l’at­ten­tion du géné­ral Joffre, les ins­truc­tions qui condui­ront à la vic­toire de la bataille de la Marne.
Il est Généralissime en 1940 et sa stra­té­gie condui­ra à la débâcle de l’Armée fran­çaise. Le pré­sident du Conseil, Paul Reynaud, le limoge. Il est arrê­té le 6 sep­tembre 1940 par le nou­veau régime de Vichy, puis incul­pé au pro­cès de Riom en février 1942, aux côtés de Léon Blum, Édouard Daladier et… Paul Reynaud ! Il faut bien trou­ver des cou­pables.
Il n’en demeure pas moins que ses erreurs sont lourdes et ont coû­té cher :
• une faible capa­ci­té à mener les hommes ain­si qu’à les orga­ni­ser, et un manque de cha­risme géné­ral,
• des concep­tions obso­lètes de l’emploi de l’a­via­tion, des chars, des élé­ments moto­ri­sés, de l’ar­tille­rie, des for­ti­fi­ca­tions,
• un com­man­de­ment pri­vi­lé­giant les contacts avec les hommes poli­tiques pari­siens,
• une vision du théâtre d’o­pé­ra­tions qui lui fai­sait regar­der le sec­teur des Ardennes comme impé­né­trable. [source]

Son patro­nyme — hélas pour lui et tous ceux qui le portent — est depuis lors atta­ché à : « mili­taire haut gra­dé cou­pé des réa­li­tés du ter­rain ». Un game­lin porte un képi mais il n’y a plus rien en des­sous, gui­dé par ses seules pré­oc­cu­pa­tions de car­rière (voir Les Gamelins sur Réseau International).

Xavier Moreau ren­contre un franc suc­cès avec sa rubrique « Le game­lin de la semaine ». Le chro­ni­queur, lui-même ancien saint-cyrien, ancien offi­cer para­chu­tiste, démonte sans pitié les inter­ven­tions des géné­raux qui sont invi­tés sur les pla­teaux de télé­vi­sion et qui font montre d’une incom­pé­tence crasse, ou alors d’une sou­mis­sion totale à la Police de la Pensée dic­tée par l’OTAN. Pour Xavier Moreau, tous ces géné­raux média­ti­sés par le Système qui en a besoin, sont des gamelins.Xavier Moreau - Gamelins

Ce qui est vrai pour les affaires mili­taires, l’est aus­si dans tous les domaines. Les game­lins sont partout.

Nous avons par exemple nos game­lins pour la san­té et nous l’a­vons bien vu pen­dant la plan­dé­mie orches­trée par le Système. Les méde­cins game­lins se suc­cé­daient sur les pla­teaux de télé­vi­sion pour nous apeu­rer et nous conduire à la vac­ci­na­tion, et donc au passe sani­taire puis au pas­se­port numérique.

Certains de ces game­lins font un coming-out et avouent avoir été mani­pu­lés. C’est le cas de Martin Blachier qui fut le pre­mier à refu­ser la gamelle.

Le doc­teur Jean-François Delfraissy, pré­sident du conseil scien­ti­fique, n’a pas vou­lu ter­mi­ner comme un game­lin et il a retour­né sa veste à temps. Suivi d’Alain Fischer.

N’en vou­lons pas à ces der­niers. N’est pas qui veut Louis Fouché, Didier Raoult, Alexandra Henrion-Caude, Christian Perrone ou Jean-Bernard Fourtillan. Les pre­miers repen­tis font preuve de cou­rage car il est tou­jours dif­fi­cile de recon­naître que l’on s’est trom­pé. En outre ils subissent d’é­normes pres­sions pour res­ter dans le rang mais ont le cou­rage d’en sortir.

Ce qui n’est pas le cas de toute notre classe diri­geante, jour­na­listes, poli­ti­ciens, grands patrons, syn­di­ca­listes, artistes, spor­tifs de renom, tous game­lins ! Cela se conçoit aisé­ment lorsque l’on a com­pris que le pre­mier des game­lins est le pré­sident de la République. Il s’en­toure de game­lins et, de proche en proche, toute notre struc­ture sociale s’ap­puie sur des gamelins.

Qui se ressemble s’assemble

C’est pour cela que ça va mal

Georges Gourdin


(1) Nous invi­tons nos lec­teurs à suivre les remar­quables chro­niques de Xavier Moreau sur son site Strapol.
[Note com­plé­men­taire du 20 août 2022] Xavier Moreau désigne le géné­ral Michel Yakovleff comme « game­lin psy­chia­trique » dans son der­nier bulletin :Xavier Moreau - Bulletin 96 - Gamelin psychiatrique

Les articles du même auteur

Georges Gourdin

2 Commentaires 

  1. Il n’y a pas loin du game­lin à la gamelle.

    Répondre
    • Excellente remarque !

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *