L’Ukraine, c’est quoi à présent ?

L’OTAN déroule imperturbablement son projet d’asservissement de l’Ukraine :

• après avoir finan­cé, for­mé et armé les milices ultra-natio­na­listes d’o­bé­dience nazie,
• après avoir ten­té de « dérus­si­fier » le Donbass par une répres­sion qua­si-géno­ci­daire,
• après y avoir ins­tal­lé plus d’une tren­taine de labo­ra­toires bio­lo­giques mili­taires clan­des­tins,
• après y avoir pro­mu un sal­tim­banque assu­jet­ti comme Président,
les forces au Pouvoir à Kiev ont fran­chi une nou­velle étape :

faire de l’Anglais la seule langue internationale.

La dis­po­si­tion 10 de la Constitution ukrai­nienne exige que le gou­ver­ne­ment sou­tienne « l’ap­pren­tis­sage des langues de com­mu­ni­ca­tion inter­na­tio­nale », ce qui se conçoit aisé­ment eu égard à l’ab­sence totale de réson­nance inter­na­tio­nale de la langue ukrai­nienne. Le vice-ministre de la Culture, Rostislav Karandeev, a décla­ré ce ven­dre­di lors d’une confé­rence de presse, qu’un pro­jet de loi dési­gne­ra l’an­glais comme « langue de com­mu­ni­ca­tion inter­na­tio­nale pri­vi­lé­giée ». et pour­ra être uti­li­sée dans « cer­tains domaines de la vie publique » [source].

Ainsi donc le Pouvoir en place à Kiev s’ap­puie sur des milices les plus natio­na­listes qui inter­disent aux Ukrainiens rus­so­phones de par­ler leur propre langue et celle de leurs ancêtres pour la rem­pla­cer par le glo­bish ! Ukraine-nazis-Stephan-Banderajpg

Les Nazis du bataillon Azov ou de Secteur droit n’y trouvent rien à redire ?

Ils étaient pour­tant bien prompts à mas­sa­crer et tor­tu­rer les Ukrainiens rus­so­phones du Donbass qui n’a­vaient jamais par­lé ukrai­nien, à éra­di­quer tout ce qui rap­pe­lait de près ou de loin leurs liens étroits avec la Russie. Et puis là, l’Anglais doit deve­nir la deuxième langue du pays. Où sont pas­sés ces ultra-natio­na­listes ? Où sont les gros bras tatoués de croix gam­mées ? Pourquoi ne s’é­rigent-ils pas contre ces mesures de nor­ma­li­sa­tion mondialiste ?

C’est qu’ils font partie du jeu

On ne com­prend bien ce qu’il se passe en Ukraine qu’en inté­grant que ces milices nazies sont ins­tru­men­ta­li­sées par l’OTAN pour guer­royer contre la Russie et ali­gner Kiev sur l’Occident atlan­tiste. Nous y sommes.

Georges Gourdin

Les articles du même auteur

Georges Gourdin

2 Commentaires 

  1. Il est clair éga­le­ment que les USA, grâce a l’OTAN, sou­mettent de par leurs conflits, les pays qu’ils aime­raient séduire ou désta­bi­li­ser, leur culture de sau­vages impo­sée dans leur nou­veau monde en quit­tant l’Europe et que les diri­geants au pou­voir aime­raient bien conqué­rir à pré­sent pour fer­mer la boucle.
    Les peuples sont des jouets aux mains de ces poli­tiques qui s’a­musent à jouer le chaud et le froid sui­vant leur humeur.

    Répondre
  2. L’Ukrainien n’est pas une langue comme le Français ou le Russe. C’est un patois amé­lio­ré. L’Anglais leur per­met­tra de mieux com­mu­ni­quer avec leurs maîtres. L’Ukraine c’est quoi à pré­sent et sur­tout après. Ce sera la métro­pole de Kiev, au mieux, et tous ses ter­ri­toires revien­dront aux pays concer­nés, Roumanie, Pologne et Russie notam­ment. La pouf­fiasse de Zelensky a fait du bon boulot !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

soixante-dix cinq −  = soixante-dix