Faut qu’on m’explique

par | 13 octobre 2022 | 9 Commentaires 

Il y a deux jours nous nous inquié­tions de voir notre ciel mati­nal lit­té­ra­le­ment zébré par des trai­nées blan­châtres et per­sis­tantes (lire Épandages aériens mas­sifs ce matin dans le ciel de la Côte d’Azur).

Épandages aériens - La Gaude - 11 octobre 2022

Ces trai­nées se sont dis­si­pées len­te­ment pen­dant la jour­née et ont fini par recou­vrir le fir­ma­ment d’un voile cotonneux.

Et puis ce matin, plus rien !

Épandages aériens - La Gaude - 13 octobre 2022

Il est impos­sible de me faire croire que les trai­nées blanches sont liées au tra­fic aérien COMMERCIAL.

Pourquoi, si tel était le cas :
• ces trai­nées n’ap­pa­raissent elles — de façon mas­sive — que cer­tains jours ?
qua­drillent elles le ciel de façon si géo­mé­trique ?

Faut qu’on m’explique.

Massimo Luce


Bonus : com­plé­tez votre connais­sance sur le sujet :

Les articles du même auteur

Massimo Luce

9 Commentaires 

  1. Oui, effec­ti­ve­ment, le sou­hait, ou plu­tôt « l’u­ti­li­té » de modi­fier le cli­mat a débu­té dès le 19è siècle avec les « rain­ma­kers » (fai­seurs de pluie) aux Etats-unis qui pro­po­saient leurs idées et pra­tiques pour pro­vo­quer des pluies en période de séche­resse. Et bien sûr, pro­gres­si­ve­ment et en même temps que ce genre d’o­pé­ra­tions « plu­tôt bien­ve­nues » pour les cultures, les mili­taires US se sont inté­res­sés de plus près à ces « pra­tiques » avec un œil atten­tif bien orien­té sur l’in­té­rêt de ces opé­ra­tions dans le cadre de conflits armés pour gêner l’en­ne­mi dans ses dépla­ce­ments, voire de les « para­ly­ser » en pro­vo­quant des évé­ve­ments cli­ma­tiques vio­lents ! A ce sujet j’en­gage qui­conque est inté­res­sé par le sujet de com­men­cer à lire le livre de Patrick PASIN inti­tu­lé « L’arme cli­ma­tique – la mani­pu­la­tion du cli­mat par les mili­taires » chez Studio Talma ISBN : 9791096 132324.
    Mais aus­si les 2 tomes (même édi­teur) inti­tu­lés « La pla­nète Terre, ultime arme de Guerre » (tomes 1 et 2) du Dr Rosalie BERTELL (sa bio­gra­phie https://fr-academic.com/dic.nsf/frwiki/2106305). Comme vous pour­rez le lire, elle n’était pas n’im­porte qui (prix Nobel en 1986) !
    Et pour finir, pour ceux qui n’en auraient pas enten­du par­ler, inté­­res­­sez-vous au pro­jet HAARP en Alaska diri­gé par l’ar­mée US et qui se consacre à la modi­fi­ca­tion cli­ma­tique en agis­sant sur les couches supé­rieures de l’at­mo­sphère ter­restre… lire http://sboisse.free.fr/technique/haarp.php.
    Je reste à votre dis­po­si­tion pour d’autres infor­ma­tions et réfé­rences.
    Bonne soi­rée à tous et mer­ci à Nice-Provence d’ou­vrir ce débat com­plè­te­ment occul­té par les médias.

    Répondre
  2. Enfant en Algérie, je me sou­viens de la panique pro­vo­quée à La Sénia par les pre­mières traî­nées de conden­sa­tion des Mistral et autres Vampire au-des­­sus de la base aérienne. Il n’y avait pas que les Gaulois à craindre que le ciel leur tombe sur la tête !
    Après avoir sillon­né pen­dant 40 ans la pla­nète comme pilote de ligne, je peux vous affir­mer que :
    1. L’origine des traî­nées est très pro­saïque. Wikipedia l’ex­plique pas trop mal.
    2. Leur for­ma­tion dépend essen­tiel­le­ment des condi­tions météo, qui par défi­ni­tion varient en per­ma­nence. Donc les 2 pho­tos plus haut sont tout à fait nor­males, n’im­porte quel météo­ro­logue vous l’expliquera.
    3. Les pilotes de chasse connaissent bien ce phé­no­mène. Chaque matin au brie­fing, le météo leur indique la couche alti­mé­trique à l’in­té­rieur de laquelle ils ne doivent pas voler sous peine d’être repé­rés par un enne­mi poten­tiel
    4. Les avions suivent des voies aériennes comme les voi­tures suivent les auto­routes. S’il n’y a pas de route pas­sant au-des­­sus de notre tête, il n’y aura pas de traî­nées. Si au contraire, il y a plu­sieurs voies aériennes qui se croisent (Nice par exemple au Mont Chauve), en fonc­tion de la météo, il y aura plu­sieurs traî­nées qui feront des qua­drillages iden­tiques aux des­sins des voies aériennes.
    5. Pour avoir été dans ma jeu­nesse pilote agri­cole, les épan­dages (fort coû­teux) devaient se faire pour être effi­caces à très basse alti­tude.
    Maintenant, l’Homme est tel­le­ment idiot de nature qu’il ne m’é­ton­ne­rait pas qu’il y ait ou ait eu des épan­dages de salo­pe­ries à très haute alti­tude, mais fran­che­ment, je n’en vois pas l’in­té­rêt, vu la dilu­tion qui réduit consi­dé­ra­ble­ment l’ef­fet de pro­duits nocifs.
    À vous de juger,
    cordialement

    Répondre
    • Merci beau­coup pour ces expli­ca­tions, c’est la pre­mière fois que je lis une réponse convaincante.

    • Exactement. J’ai déjà obser­vé mon ciel se faire qua­driller de façon sys­té­ma­tique en l’es­pace de 30 minutes, dans une région abso­lu­ment exempte de vols de ligne.
      La jour­née s’an­non­çait belle, grand ciel bleu à 7h. Avions et traces. A 8h les traces s’é­ta­laient déjà mas­si­ve­ment et à 9h le ciel était com­plè­te­ment opaque.

  3. Comme un pré­cé­dent com­men­taire, il y a long­temps que le « phé­no­mène » des chem­trails est connu… sauf que, dès qu’on en par­lait, on se fai­sait trai­ter de com­plo­tiste (même si ce mot n’é­tait pas uti­li­sé à l’é­poque mais ça revient au même). Laisser entendre qu » »on » nous sau­pou­drait régu­liè­re­ment de pro­duits fai­sait de vous un imbé­cile au mieux, mais plu­tôt un dan­ge­reux personnage.

    Répondre
  4. Je suis éton­né, les chem­trails sont pré­sents depuis plus de trente ans, il sem­ble­rait que l’on vienne juste de les découvrir.

    Répondre
    • Réponse à Patrick Tiso :
      Nous nous réjouis­sons que vous connais­siez les « chem­trails » depuis trente ans.
      Pour notre part c’est un sujet qui n’a pas fait l’u­na­ni­mi­té au sein de notre rédac­tion car la prise de conscience res­tait hési­tante.
      Ce sujet reste occul­té par les grands médias et toutes les orga­ni­sa­tions poli­tiques, y com­pris les éco­lo­gistes !
      Bien que ce sujet ne soit pas nou­veau, nous avons pris la déci­sion de le trai­ter dans nos colonnes car il fait par­tie de l’é­veil des consciences.
      Tout le monde n’est pas en avance comme vous. Nous ne dou­tons pas que nombre de nos lec­teurs éprou­ve­ront encore des dif­fi­cul­tés à recon­naître ce phé­no­mène. Alors nous y reviendrons.

  5. Bravo pour ce nou­vel article !
    Je vous écri­vais hier à ce pro­pos :
    « Regardez le ciel tous les jours !
    Ouvrez les yeux et éle­vez votre regard !
    Regardez le ciel et vous com­pren­drez. »
    J’ajoute :
    Levez les yeux et éle­vez votre pensée !

    Répondre
    • ILS VEULENT REFROIDIR L’ANTARTIQUE ALORS QUIL Y FAIT ACTUELLEMENT MOINS 78 DEGRÉS CELSUIS
      CLAIRE SÉVERAC Y A LAISSÉ LA VIE POUR SES DÉCOUVERTES

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *