Philippe Aimar est censuré ? C’est une raison de le rencontrer

par | 13 octobre 2022 | Aucun com­men­taire

Nous avons rela­té la manière dont le groupe Cultura avait inter­dit, quelques jours à peine avant la date annon­cée, une séance de dédi­cace de Philippe Aimar de son livre « Covid 19 – Enquête sur un virus » (lire Dédicace de Philippe Aimar : la Police de la Pensée à l’œuvre du 5 octobre 2022).

Nice Provence Info est un site libre et indépendant, cela nous a incités à le rencontrer

Rendez-vous est pris ce mar­di 11 octobre à Cap 3000, à Saint-Laurent-du-Var.

Philippe Aimar n’est nul­le­ment meur­tri par ce ban­nis­se­ment. Au contraire il plaint sin­cè­re­ment la librai­rie qui com­met de telles bêtises. L’auteur n’a pas besoin de Cultura pour bien vendre son livre qui en est à sa sixième édi­tion. C’est dom­mage pour ses lec­teurs, ajoute t‑il, car en effet, Philippe Aimar vaut d’être ren­con­tré. Dans notre article Covid-19 : enfin une enquête ! Une vraie, nous écri­vions : « Il reste encore des jour­na­listes qui enquêtent vrai­ment ! Philippe Aimar en est un. Ce grand repor­ter s’est lan­cé dans une mis­sion impos­sible : enquê­ter sur le virus Covid-19. » Nous ren­con­trons en effet un grand repor­ter qui a pas mal bourlingué.

Philippe Aimar a tra­vaillé pen­dant 10 ans aux États-Unis au sein de l’a­gence Sipa Press qui est d’a­bord une agence pho­to­gra­phique. Écoutons le : Lorsque vous faites de la radio, vous pou­vez la faire de n’im­porte où, vous n’êtes pas obli­gé d’être sur le ter­rain. Ce n’est pas le cas avec la pho­to où il faut aller à la ren­contre de l’é­vé­ne­ment.

Mais pour­quoi enquê­ter sur un virus ? Notre enquê­teur explique qu’il a été cho­qué que l’on inter­dise un médi­ca­ment — l’hy­droxy­chlo­ro­quine — qui pou­vait soi­gner de la Covid. Pourquoi inter­dit-on subi­te­ment un médi­ca­ment ancien et éprou­vé qui fonc­tionne ? Par ailleurs il a été mar­qué par la lec­ture d’un livre d’es­pion­nage qui se déroule pré­ci­sé­ment à Wuhan.

Alors il a enquêté. Il sait faire.

Son livre est écrit comme une enquête. Plus je creu­sais, plus je décou­vrais de nou­velles choses, de plus en plus éton­nantes qui elles-mêmes m’in­ci­taient à appro­fon­dir encore. Effectivement ce qu’il découvre dépasse l’en­ten­de­ment : on y trouve des morts, des usines qui sont incen­diées, des per­son­nages et des cercles très influents et très dis­crets. Lisez son livre ! Vite, car une suite se des­sine. Philippe Aimar ne nous a pas tout dit car il a décou­vert bien d’autres choses depuis qu’il a com­mis « Covid19 – Enquête sur un virus ». Tout ce qu’il a décou­vert depuis lors pro­longe tel­le­ment son enquête qu’il en a fait un deuxième livre qui sera bien­tôt publié. Ce deuxième livre est plus inci­sif, pré­vient son auteur. Qu’a t‑il donc décou­vert ? Il ne veut rien dévoi­ler mais nous dit qu’il a décou­vert des choses encore plus éton­nantes. Nous res­tons sur notre faim en attente de la sor­tie de cette suite. Nous en avi­se­rons bien enten­du les lec­teurs de Nice Provence Info. Nous com­pre­nons tou­te­fois à demi-mot que l’au­teur s’est pen­ché sur les mas­sives cam­pagnes de com­mu­ni­ca­tion des États. On a vidé la popu­la­tion de tout bon sens. On a for­mat­té une tranche de la popu­la­tion. Philippe Aimar évoque les per­sonnes vac­ci­nées qui ont subi l’o­bli­ga­tion pour diverses rai­sons — même si beau­coup sont allées au bout de leur convic­tion (lire Non vac­ci­nés : ces héros des temps modernes du 15 sep­tembre 2022). Mais il évoque aus­si les per­sonnes qui sont allées se faire vac­ci­ner à chaque fois qu’on le leur deman­dait. Philippe Aimar déplore la frac­ture entre les « éveillés » et les « endor­mis ».

Notre entre­tien est pas­sion­nant. Je n’ai pas envie qu’il s’ar­rête. Je pense alors au gâchis sus­ci­té par Cultura en empê­chant Philippe Aimar d’al­ler à la ren­contre de ses lec­teurs. Quel dom­mage ! Nice Provence Info orga­ni­se­ra cette ren­contre. La sor­tie pro­chaine de ce deuxième livre sera une excel­lente occa­sion de le faire.

Georges Gourdin

Les articles du même auteur

Georges Gourdin

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *