Sabotage des gazoducs Nordstream, sabotage de l’enquête

par | 12 octobre 2022 | 3 Commentaires 

Les ins­ti­ga­teurs qui ont orches­tré le sabo­tage des gazo­ducs en Mer du Nord qui appro­vi­sion­naient l’Europe en gaz russe doivent res­ter incon­nus. Sinon ce serait un acte de guerre déli­bé­ré. Autrement dit une décla­ra­tion de guerre.

Après avoir sabo­té les gazo­ducs, l’OTAN (ou direc­te­ment le Royaume Uni ou les États-Unis) sabote l’en­quête. Tous les moyens sont bons.

D’abord on interdit à la Russie de faire partie de l’enquête

Cette enquête est menée conjoin­te­ment par les ser­vices de police, de la marine et du ren­sei­gne­ment des pays limi­trophes : la Suède, l’Allemagne et le Danemark.
« La Suède ne par­ta­ge­ra pas les résul­tats de son enquête sur les explo­sions du gazo­duc Nord Stream avec les auto­ri­tés russes ou Gazprom » a décla­ré la Première ministre sué­doise Magdalena Andersson.
Alors que le secré­taire géné­ral de l’Otan, Jens Stoltenberg a indi­qué, lors d’une confé­rence de presse le 30 sep­tembre, que « l’organisation col­la­bo­re­rait à l’enquête en par­ta­geant des ren­sei­gne­ments ».
La Russie, qui est tout de même le prin­ci­pal inté­res­sé, a décla­ré dis­po­ser d’in­for­ma­tions pré­cises acca­blantes dans cette affaire à l’en­contre du Royaume Uni et des États-Unis. C’est bien pour cela qu’on ne veut pas l’entendre.

Ensuite on élimine les gêneurs

Traduction : Erik Ollsen est trou­vé à la mai­son. Qui est Erik Ollsen ? Il était l’enquêteur prin­ci­pal pour l’attaque de Nord Stream. Cause de la mort : une piqûre d’abeille, son corps a été inci­né­ré en quelques heures.

Il est pro­bable qu’Erik Ollsen, par ailleurs direc­teur adjoint du Parquet sué­dois, orien­tait son enquête vers une direc­tion qui ne plai­sait pas aux ins­ti­ga­teurs de l’attaque.

Georges Gourdin

3 Commentaires 

    • Je ne vois pas pour­quoi votre petit tweet d’un mec par­fai­te­ment incon­nu serait plus cré­dible que tous les tweets rela­tifs à cette affaire et non démen­tis.
      Rien ne nous dit qu’il ne s’a­git pas d’un contre-feu. Les Américains nous ont mon­tré qu’ils étaient maîtres en la matière.
      Du reste pour­quoi inter­­­disent-ils à la Russie d’être par­tie pre­nante à l’enquête ?

  1. Une fois de plus, Nice Provence Info s’égare dans le com­plo­tisme en pro­dui­sant un article à par­tir de fake que la rédac­tion ne prend pas la peine de véri­fier comme devrait le faire tout bon jour­na­liste qui se res­pecte.
    1- Ce « Erik Ollsen » n’existe pas. Il est simple de le véri­fier en entrant son nom sur inter­net.
    2- Il existe un Erik Olsen (avec un seul « l ») qui ne fait pas par­tie des enquê­teurs sur le sabo­tage des gazo­ducs et qui est tou­jours bien vivant.
    3- Le nom des enquê­teurs est véri­fiable dans la presse sué­doise : https://www.aftonbladet.se/nyheter/a/XbqzxW/folkrattsexpert-nord-stream-avsparrningarna-strider-mot-internationell-ratt, ou ce com­mu­ni­qué du par­quet sué­dois https://www.aklagare.se/nyheter-press/pressmeddelanden/2022/oktober/avsparrningarna-i-ostersjon-har-havts/
    4- Le res­pon­sable de l’enquête est le pro­cu­reur est Mats Ljungqvist.

    J’espère que vous aurez le cran de publier ce commentaire.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *