Ukraine : c’est l’OTAN qui a lancé l’attaque…

2 mars 2022 | 1 com­men­taire

… il y a 8 ans !

Nice Provence Info pour­suit sa mis­sion de ser­vice public d’é­veil des consciences et de recherche de la Vérité. 

Voilà pour­quoi nous repre­nons dans nos colonnes cet article publié hier le 1er mars 2022 par il mani­fes­to , qui se reven­dique com­mu­niste, mais qui a le mérite de pré­sen­ter une ana­lyse inter­dite par tous les médias de l’o­li­gar­chie (tra­duit de l’i­ta­lien par M‑A. P. que nous remercions). 

Ainsi que le répète notre édi­to­ria­liste Charles ANDRÉ : « L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réflé­chir. »

L’Art de la guerre

Ukraine : c’est l’OTAN qui a lancé l’attaque il y a huit ans

par Manlio Dinucci

La com­mis­saire Ursula von der Leyen a annon­cé que l’UE met au ban l’agence de presse russe Sputnik et la chaîne Russia Today afin qu’« elles ne puissent plus dif­fu­ser leurs men­songes pour jus­ti­fier la guerre de Poutine avec leur dés­in­for­ma­tion toxique en Europe ». L’UE ins­taure ain­si offi­ciel­le­ment l’orwellien Ministère de la Vérité, qui en effa­çant la mémoire réécrit l’Histoire. On met hors la loi qui­conque ne répète pas la Vérité trans­mise par la Voix de l’Amérique, agence offi­cielle du gou­ver­ne­ment USA, qui accuse la Russie d’« hor­rible attaque com­plè­te­ment injus­ti­fiée et non pro­vo­quée contre l’Ukraine ». Me met­tant hors la loi, je rap­porte ici en extrême syn­thèse l’Histoire des trente der­nières années effa­cée de la mémoire.

En 1991, tan­dis que se ter­mi­nait la guerre froide avec la dis­so­lu­tion du Pacte de Varsovie et de l’Union Soviétique même, les États-Unis déchaî­naient dans le Golfe la pre­mière guerre de l’après guerre froide, en annon­çant au monde qu’« il n’existe aucun sub­sti­tut au lea­der­ship des États-Unis, res­tés seul État avec une force et une influence mon­diales ». Trois années plus tard, en 1994, l’OTAN sous com­man­de­ment USA effec­tuait en Bosnie sa pre­mière action directe de guerre et en 1999 atta­quait la Yougoslavie : pen­dant 78 jours, décol­lant sur­tout des bases ita­liennes, 1 100 avions effec­tuaient 38 000 sor­ties, lar­guant 23 000 bombes et mis­siles qui détrui­saient en Serbie ponts et indus­tries, en pro­vo­quant des vic­times sur­tout chez les civils.

Tandis qu’elle démo­lis­sait avec la guerre la Yougoslavie, l’OTAN, tra­his­sant la pro­messe faite à la Russie de « ne pas s’étendre d’un pouce à l’Est », com­men­çait son expan­sion vers l’est, de plus en plus près de la Russie, qui allait l’amener en vingt ans à s’étendre de 16 à 30 membres, en incor­po­rant des pays de l’ex-Pacte de Varsovie, de l’ex-URSS et de l’ex-Yougoslavie, et en se pré­pa­rant à inclure offi­ciel­le­ment même l’Ukraine, la Géorgie et la Bosnie-Herzégovine, de fait déjà dans l’OTAN. Passant de guerre en guerre, USA et OTAN atta­quaient et enva­his­saient l’Afghanistan en 2001 et l’Irak en 2003, démo­lis­saient par la guerre l’État libyen en 2011 et com­men­çaient par l’intermédiaire de l’ISIS la même opé­ra­tion en Syrie, en par­tie blo­quée quatre ans après par l’intervention russe. Rien qu’en Irak, les deux guerres et l’embargo tuaient direc­te­ment envi­ron 2 mil­lions de per­sonnes, dont un demi-mil­lion d’enfants.

En février 2014 l’OTAN, qui depuis 1991 s’était empa­rée de postes clé en Ukraine, effec­tuait par l’intermédiaire de for­ma­tions néo-nazies entraî­nées et armées à cet effet, le coup d’État qui ren­ver­sait le pré­sident ukrai­nien régu­liè­re­ment élu.

Ce coup était orches­tré sur la base d’une stra­té­gie pré­cise : atta­quer les popu­la­tions russes d’Ukraine pour pro­vo­quer la riposte de la Russie et ouvrir ain­si une pro­fonde frac­ture en Europe. Quand les Russes de Crimée déci­daient par réfé­ren­dum de ren­trer dans la Russie dont ils fai­saient aupa­ra­vant par­tie, et les Russes du Donbass (bom­bar­dés même au phos­phore blanc par Kiev) se retran­chaient dans les deux répu­bliques, com­men­çait contre la Russie l’escalade guer­rière de l’OTAN. Elle était sou­te­nue par l’UE, dans laquelle 21 des 27 pays membres appar­tiennent à l’OTAN sous com­man­de­ment USA.

Dans ces huit années, des forces et bases USA-OTAN avec capa­ci­té d’attaque nucléaire ont été déployées en Europe, encore plus ados­sées à la Russie, en igno­rant les aver­tis­se­ments répé­tés de Moscou. Le 15 décembre 2021 la Fédération Russe a consi­gné aux États-Unis d’Amérique un pro­jet arti­cu­lé de Traité pour désa­mor­cer cette situa­tion explo­sive. Non seule­ment le pro­jet a été repous­sé mais, en même temps, a com­men­cé le déploie­ment de forces ukrai­niennes, de fait sous com­man­de­ment USA-OTAN, pour une attaque à vaste échelle contre les Russes du Donbass. D’où la déci­sion de Moscou de stop­per l’escalade agres­sive USA-OTAN avec l’opération mili­taire en Ukraine.

Manifester contre la guerre en effa­çant l’Histoire, signi­fie contri­buer consciem­ment ou non à la fré­né­tique cam­pagne USA-OTAN-UE qui marque la Russie comme enne­mi dan­ge­reux, et qui casse l’Europe pour des des­seins impé­riaux de Pouvoir, en nous entraî­nant à la catastrophe.

[Source : édi­tion du mar­di 1er mars 2022 d’il mani­fes­to]


Bonus de la rédac­tion :

1 commentaire

  1. D’une réa­li­té édi­fiante, les tenants et abou­tis­sants sont comme des ice­bergs, sou­vent bien cachés…

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

+ qua­rante quatre = qua­rante six