Épandages aériens massifs ce matin dans le ciel de la Côte d’Azur

par | 11 octobre 2022 | 7 Commentaires 

La Côte d’Azur doit son nom à la cou­leur de son ciel. Oui, mais c’est de moins en moins sou­vent le cas car notre beau ciel d’a­zur est doré­na­vant zébré de trai­nées arti­fi­cielles.
Ces trai­nées per­sis­tantes sont consé­cu­tives aux épan­dages chi­miques aériens (en Anglais : « chem­trail ») qu’il est dif­fi­cile à pré­sent d’ignorer.

Je fus moi-même long­temps scep­tique sur ces trai­nées, mais je me suis ren­du à l’é­vi­dence :
• en me ren­sei­gnant, par exemple sur le site de l’ACSEIPICA, Association Citoyenne pour le Suivi, l’Étude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et Atmosphériques,
• en vision­nant le film Bye Bye Blue Sky (ver­sion longue, ver­sion courte),
• en lisant le livre de Claire Séverac La Guerre Secrète contre les Peuples,
• en réflé­chis­sant un petit peu car je ne com­pre­nais pas pour­quoi le ciel est par­fois par­fai­te­ment imma­cu­lé et le len­de­main à la même heure, au même endroit, il est qua­drillé de ces trai­nées blanches persistantes.

Épandages aériens - La Gaude - 11 octobre 2022

Personne ne peut plus me faire croire doré­na­vant que le tra­fic aérien est si dense et si bizarre cer­tains jours — cer­tains jours seule­ment — et puis qu’il est dis­sé­mi­né les autres jours et laisse appa­raître un ciel immaculé.

Le 6 sep­tembre 2007, Rosalind Peterson confirme à la tri­bune de l’ONU l’exis­tence de pro­grammes de géoin­gé­nie­rie cli­ma­tique qui empoi­sonnent le ciel et la Terre [vidéo].

Je dis donc à présent :

Avant de nous culpa­bi­li­ser et de nous mar­ty­ri­ser avec le réchauf­fe­ment cli­ma­tique et le car­bone, com­men­cez donc par arrê­ter ces mani­pu­la­tions de géoingénierie !

Dorénavant je réfuterai tout l’argumentaire sur le réchauffement climatique tant que ces manipulations n’auront pas cessé.

Massimo Luce

Les articles du même auteur

Massimo Luce

7 Commentaires 

  1. Nous aus­si dans le Puy de Dôme, nous sommes ASPERGÉS de CHEMTRAILS !
    Tous les jours ils DÉVERSENT leur poi­son… sur les MOUTONS piquou­sés ! Bééééééé

    Répondre
  2. Les appren­tis sor­ciers que nous sommes entraînent tous les désordres de la terre et de l’univers.
    En défi­ni­tive, la terre sera tou­jours pré­sente avec ou sans être vivant.

    Répondre
  3. Mettez le site flightradar24 sur votre por­table et vous ver­rez l’in­ten­si­té des avions dans les airs sauf au des­sus de l’Ukraine

    Répondre
  4. J’ajoute encore quel­que­chose qui m’est rap­por­té par d’au­then­tiques Provençaux : le ciel de Provence n’est plus aus­si bleu qu’il ne l’était.
    Les peintres du monde entier sont venus en Provence pour ses cou­leurs écla­tantes, et notam­ment celle du ciel d’a­zur, d’où le nom « Côte d’Azur ».
    À pré­sent me disent-ils, même par temps clair, le ciel est tou­jours un peu lai­teux. Nous n’a­vons plus le ciel bleu d’a­zur que nous avions dans notre enfance.
    Je vous féli­cite de cet article clair et cou­ra­geux car ce sujet reste cen­su­ré par les médias.

    Répondre
  5. Regardez le ciel tous les jours !
    Ouvrez les yeux et éle­vez votre regard !
    Regardez le ciel et vous comprendrez.

    Répondre
    • Très bien dit Claude, je m’é­ver­tue depuis des années de réveiller des per­sonnes de mon entou­rage sur l’empoisonnement quo­ti­dien… je dis bien QUOTIDIEN dis­pen­sé par les avions de l’OTAN en prio­ri­té et acces­soi­re­ment par quelques com­pa­gnies pri­vées. Fin 2019, j’ai réa­li­sé une com­pi­la­tion de textes sur le sujet (env. 500 pages) remis à l’ACSEIPICA et je conti­nue de prendre des pho­tos des trai­nées au des­sus de notre petit vil­lage céve­nol.
      Ces épan­dages ne datent pas d’hier mais de plu­sieurs décen­nies avec des expé­riences de modi­fi­ca­tions cli­ma­tiques mises en œuvre dans tous les conflits armés et à pré­sent dans notre quo­ti­dien y com­pris dans les récents incen­dies de forêts et autres évè­ne­ments cli­ma­tiques vio­lents… mais il y aurait beau­coup à dire !

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *