Ces deux jeunesses vont se percuter de plus en plus et la nôtre n’est pas prête à encaisser le choc

26 novembre 2023 | 4 Commentaires 

L’écrivain Jonathan Sturel, auteur de plu­sieurs ouvrages, réagit au meurtre de Thomas.

« Il faut bien com­prendre ce qui a eu lieu à Crepol : des jeunes Français de la France rurale ont été pris pour cibles, atta­qués, écor­chés au cou­teau, l’un d’entre eux, un gamin de 16 ans, a été tué parce qu’une bande venue d’une zone rem­pla­cée a déci­dé de venir “se faire du bab­tou”.

C’est signé, c’est eth­nique, c’est racial, c’est tout ce qu’on n’a pas le droit de nom­mer et pour­tant c’est cela et pas autre chose.

D’un côté, une jeu­nesse insou­ciante qui fes­toie ten­dre­ment, qui fes­toie comme on a tou­jours fes­toyé dans ce pays depuis des géné­ra­tions, qui plus est dans une salle des fêtes de la France rurale, une salle encore debout puisque contrai­re­ment aux MJC des zones rem­pla­cées cette salle des fêtes, dans cette petite com­mune de la France rurale, n’avait pas été brû­lée, détruite, aban­don­née ou trans­for­mée en squat pour tra­fi­quants de drogue.

En face, une autre sorte de jeu­nesse, déjà bar­bare, déjà vio­lente, déjà lobo­to­mi­sée par les logiques de gang, de riva­li­té, de revanche et de vio­lence ; une jeu­nesse qui, lorsqu’on lui refuse l’accès à une salle des fêtes où elle n’a rien à faire, revient avec des cou­teaux pour faire des morts et des bles­sés, la bave aux lèvres, la gorge injec­tée de sang à en deve­nir veineuse.

Lorsque ces deux jeu­nesses se ren­contrent, c’est tou­jours la même qui sort les cou­teaux et tou­jours la même qui les prend dans le tho­rax. Et il en sera ain­si encore demain, la semaine pro­chaine et pen­dant des années tant que le rap­port de force et les flux migra­toires ne seront pas inversés.

Ces deux jeu­nesses vont se per­cu­ter de plus en plus et la nôtre n’est pas prête à encais­ser le choc.

Parce que depuis des années, nos médias, nos poli­tiques, nos artistes, nos profs d’écoles, de col­lèges et de lycées, en enfon­çant leurs inep­ties pro­gres­sistes, paci­fistes, vivre-ensem­blistes, anti­ra­cistes et cas­tra­trices dans les crânes de nos gosses ont fini par leur faire bais­ser la garde et les trans­for­mer en agneaux pen­dant qu’en face, déjà lar­ge­ment affran­chie de ces auto­ri­tés fac­tices, une autre jeu­nesse a aigui­sé ses dents et ses couteaux.

Nous avons été trans­for­més en agneaux par 40 ans de lobo­to­mie gau­chiste. Les res­pon­sables sont connus, nous n’oublierons pas.

D’ici là, il faut refaire des hommes. Il faut que notre jeu­nesse se refasse une viri­li­té, fasse du sport, apprenne à se battre, assume sa mas­cu­li­ni­té, porte ses cou*lles pour le dire fami­liè­re­ment. Laisser nos gosses se faire endor­mir par les dis­cours cas­tra­teurs de Marlène Schiappa ou les chan­sons à la gui­mauve de Keen’V n’est plus une option.

Dans la France des années 2020, nous par­lons main­te­nant pure­ment et sim­ple­ment de sur­vie au sens strict.

Repose en paix, Thomas, 16 ans, enfant de France sacri­fié. »

Jonathan Sturel

Jonathan Sturel anime une chaîne vidéo sur Internet où il décor­tique des phé­no­mènes comme les mani­pu­la­tions de l’o­pi­nion et le pou­voir des médias dans l’o­rien­ta­tion des masses. Passionné d’Histoire, de phi­lo­so­phie et de psy­cho­lo­gie, il uti­lise ces trois dis­ci­plines pour déve­lop­per une cri­tique de la socié­té moderne

4 Commentaires 

  1. Exact. Ça ne dis­pense pas d’al­ler « veau­ter » quand même : ne pas le faire est encore pire !!!

    Répondre
  2. Seul un vote mas­sif aux élec­tions pour­ra faire stop­per cet engre­nage mau­dit !!! Mais ne nous trom­pons pas de cible !!!

    Répondre
    • @Julien : Les votes ne servent à rien ! C’est juste un sem­blant de démo­cra­tie.
      Les jeux sont fait d’a­vance, et « seuls » ceux qui conviennent aux mon­dia­listes rem­pla­cistes cor­rom­pus et bien obéis­sants sont « mis en place » par la fraude et les magouilles… TOUS les par­tis poli­tiques sont aux ordres et ne sont là que pour la gamelle… Sinon, ils peuvent finir comme Kennedy.

      Répondre
  3. Cela me rap­pelle l’exode. Il a eu lieu parce qu’un pha­raon a vou­lu créer le grand rem­pla­ce­ment et les hébreux furent chas­sés pour évi­ter le bain de sang. Une voix s’est éle­vée et a dépla­cé une com­mu­nau­té mal­gré les recom­man­da­tions bibliques.
    L’homme de pou­voir oublie pour assou­vir sa domi­na­tion.
    C’est ce que fait le Pouvoir pro­fond, mais dites haut et fort que le jour où le bail qu’ils ont signé se ter­mine, il par­ti­ront comme ils sont venus, sans rien, pas un copeck. Nus.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *