L’Assemblée Nationale N’est PAS la représentation nationale

27 novembre 2023 | Aucun com­men­taire

Tout le monde garde en tête la pleu­tre­rie de l’Assemblée Nationale qui avait obser­vé une minute de silence à la mémoire du petit délin­quant Nahel, mort à la suite d’un refus d’ob­tem­pé­rer lors d’un contrôle de police (notre illus­tra­tion ci-des­sus). L’armada média­tique s’é­tait alors acti­vée pour sou­te­nir le petit délin­quant et condam­ner la police, à tel point qu’on pou­vait assis­ter à ce type de scène irréaliste :

Couillon - Justice Nahel

Qu’a fait le gogo ci-des­sus pour deman­der « jus­tice pour Thomas » ?

La France pro­fonde bafouée par l’en­semble de notre classe diri­geante avait réagi en répon­dant très mas­si­ve­ment à l’ap­pel de Jean Messiha de col­lec­ter des fonds pour les frais d’a­vo­cat du poli­cier. Plus d’un mil­lion d’eu­ros avait alors été récol­té pour un objec­tif ini­tial de 50 000 euros :Nahel-cagnotte-soutien-policier

Il ne reste plus que l’eSStrêêêêême Droââââââte pour avoir une pen­sée pour le mal­heu­reux Thomas :

@marion_marechal Pour #Nahel, connu de la police, qui refuse d’obtempérer, il y a une minute de silence à l’Assemblée natio­nale. Pour #Thomas, jeune homme sans his­toire, qui meurt car des racailles veulent « plan­ter du blanc », il n’y a rien. #Crépol ♬ son ori­gi­nal – Marion Maréchal

Il est vrai que c’est dif­fi­cile à ima­gi­ner tel­le­ment nous sommes gavés, matra­qués dès notre plus petite enfance, par les « Droits de l’Homme », la « Démocratie », « Liberté – Égalité – Fraternité » et toute la soupe Bien Pensante. Mais la réa­li­té est bien là, qu’on l’ad­mette ou pas :

Sur tous les sujets, le Peuple est bafoué.
L’ensemble de la classe diri­geante est en place pour mettre en œuvre un chan­ge­ment de socié­té à l’in­su du Peuple, CONTRE le Peuple.

Nos diri­geants, quels qu’ils soient, poli­ti­ciens, jour­na­listes, syn­di­ca­listes, hauts fonc­tion­naires, artistes, bref tous ceux qui sont bien dans ce Système, n’en­tendent pas aban­don­ner leurs prébendes. 

La classe diri­geante craint bien plus les émeutes des quar­tiers que le résul­tat des urnes qui est sous contrôle.

« Vous qui entrez ici, aban­don­nez toute espé­rance », telle était l’inscription qui accueillait les dam­nés dans l’« Enfer » de Dante. Serions nous tom­bés en enfer ?

Georges Gourdin

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *