La censure sournoise de facebook

23 juin 2021 | 1 com­men­taire

Nice Provence Info publiait le 20 juin un article inti­tu­lé Vaccins inef­fi­caces ? Des élé­ments qui le confirment. Notre édi­to­ria­liste, Charles ANDRÉ, s’ap­puyait sur un com­mu­ni­qué du labo­ra­toire AstraSeneca sur la fia­bi­li­té de ses propres « vac­cins ». L’article s’ap­puie sur des faits et le ton reste tou­jours modé­ré. Extrait :

En conclu­sion, il appa­raît de plus en plus pré­ci­sé­ment que le vac­cin AstraZeneca serait moins pro­tec­teur que les autres vac­cins… dont on ne sait pas grand-chose d’ailleurs faute de recul suf­fi­sant. Petite conso­la­tion quand-même pour le groupe phar­ma­ceu­tique AstraZeneca : son vac­cin res­te­rait effi­cace à 90 % pour se pré­mu­nir d’une hos­pi­ta­li­sa­tions due au variant Delta (un mutant du variant indien).

Cet article, par sa rigueur et l’ap­proche déli­bé­ré­ment non polé­mique, a immé­dia­te­ment ren­con­tré un énorme écho sur la Toile et fut rapi­de­ment lu par plus de 10 000 lec­teurs. Il s’est his­sé en quelques jours dans nos articles les plus consultés :Articles les plus consultés

Cette dif­fu­sion s’est appuyée sur notre publi­ca­tion paral­lèle sur facebook :

Lien entre l’usage de l’AstraZeneca et l’augmentation des conta­mi­na­tions outre-Manche

Publiée par Nice Provence Info sur Dimanche 20 juin 2021

Or le nombre de personnes touchées et le nombre d’interactions n’apparaissent pas sur CETTE publication

Ces chiffres sont publiés sur toutes nos publi­ca­tions, mais pas celle-ci. C’est éton­nant, d’au­tant que cette publi­ca­tion a ren­con­tré un très large écho sur Facebook qui est attes­té par les vues record sur le site internet.Censure Facebook - 21 juin 2021

Au des­sus des don­nées cen­su­rées, Facebook incruste un communiqué :

Les vac­cins contre le COVID-19 font l’ob­jet de nom­breux tests afin de véri­fier leur inocui­té et leur effi­ca­ci­té. Ils sont ensuite étroi­te­ment sur­veillés [Source : Organisation mon­diale de la Santé]

Facebook ne cen­sure pas notre article puis­qu’il est rigou­reu­se­ment fac­tuel (il s’ap­puie sur un com­mu­ni­qué du labo­ra­toire qui fabrique le vac­cin), mais cen­sure les don­nées de consul­ta­tions. Histoire de ne pas encou­ra­ger sa lec­ture et sa propagation.

C’est ce qu’on appelle le « soft tota­li­ta­risme » :Natacha Polony - Soft totalitarisme

C’est tel­le­ment absurde qu’on pour­rait déduire que Facebook cen­sure AstraZeneca.

Georges Gourdin

1 commentaire

  1. L’heure est au choix : mou­rir du faux vac­cin comme d’u­ti­li­ser FB. Prions pour que cette salo­pe­rie de pédo­cri­mi­nels soit igno­rée du plus grand nombre !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

 + 19 = 23