Les 3 Noël (3 sur 3)

20 décembre 2020 | Aucun com­men­taire

Aujourd’hui, der­nier volet de notre trip­tyque « Les 3 Noël »

J’ai reçu ces jours der­niers une invi­ta­tion pour… les soldes du mois de jan­vier ! Dans quelques bou­lan­ge­ries bien prévoyantes, on trouve déjà des galettes des rois. Autrement dit, un mois d’avance sur le calen­drier des futurs événements com­mer­ciaux.
Ce sera ensuite la Saint Valentin le 14 février, puis la fête des grands-mères le 7 mars 2021.
Le 4 avril ce sera Pâques, ensuite le muguet du pre­mier mai et la fête des mères le 30 du même mois. Les pères seront fêtés trois semaines plus tard, le 20 juin. On retrou­ve­ra des soldes en juillet, heu­reu­se­ment, et en août, on se préparera pour la rentrée des classes qui se déroulera en sep­tembre. Les 3 octobre fêtera les grands-pères, il ne man­quait qu’eux, et en novembre la fête des fleu­ristes, j’ai nommé la Toussaint.
Comme celle-ci se déroule le pre­mier du mois et que le bon­homme en rouge est encore loin dans son pays, on s’est empressé de gref­fer un Halloween et un Black Friday typi­que­ment américains avant la fin du mois.

Et nous nous retrouvons alors en décembre pour fêter… Noël !

À chaque mois donc sa petite, grande ou énorme « fête » com­mer­ciale, organisée par les grandes enseignes. Et chaque mois on peut consta­ter l’avilissement des consom­ma­teurs se pres­sant dans les bou­tiques ou sur leur cla­vier afin de ne pas déroger à l’événement mar­chand du moment.
On voit ces jours-ci des mil­liers de per­sonnes déambuler dans les maga­sins, tous atteints de fièvre ache­teuse. L’épidémie, que dis-je la pan­dé­mie de la Covid-19 est mise entre parenthèses.

Les Pouvoirs publics tolèrent la cohue dans les grands magasins mais pas dans les restaurants !

Les télévisions, les jour­naux, les sites inter­net les ont pour­tant bien aiguillés depuis des mois. Le choix est embar­ras­sant. Et on les voit, tristes et fatigués, arpen­ter les rayons à la recherche de la perle si rare, dont une bonne part se retrou­ve­ra dans les jours pro­chains sur des sites spécialisés de revente.
Ils ont touché le treizième, quatorzième, quinzième mois, la prime de Noël, les salaires sont versés plus tôt, les crédits sont plus faciles… Les banques sont bien enten­du de la par­tie.
L’essentiel est que la mon­naie cir­cule, vite, plus vite, et si pos­sible sans contact. L’argent cir­cule ain­si plus facilement.

Credit_conso_Noel

Ces consom­ma­teurs hébétés ne se rendent même plus compte à quel point ils sont per­fu­sion de ces puis­sances d’argent qu’ils ne cessent de dénoncer par ailleurs ! Il faut faire comme tout le monde, res­ter dans le trou­peau, pour ne pas pas­ser pour « has been »(1) ou un « bolosse »(2).
Ils dépenseront en moyenne 749 € pour cette fête de Noël. Il est décidément bien loin le temps où nos grands-parents se conten­taient d’une orange et de deux papillotes. L’Argent-Roi est passé par là, et aujourd’hui c’est à lui que l’on fait le plus beau cadeau.

J’évoquai pré­cé­dem­ment le Noël reli­gieux puis le Noël fami­lial. Il me res­tait le plus triste, le Noël mar­chand. Heureusement, une légère très légère prise de conscience semble se des­si­ner ça et là, avec des appels à consom­mer autre­ment.
C’est peut être à ce prix que l’on rever­ra Noël comme un vrai jour de fête. Car la joie, l’amour et le bon­heur, eux, ne s’achètent pas. Du moins… pas encore.

Patrice LEMAÎTRE

(1) De l’anglais « a été ». Comprendre « n’est plus », autre­ment dit rin­gard.
(2) Que nous écrivons délibérément à la française. Selon le dic­tion­naire Petit Robert le terme est appa­ru dans les ban­lieues du Val-de-Marne en 2003. Il fait ini­tia­le­ment référence aux clients de dea­lers, mais qua­li­fie plus lar­ge­ment une per­sonne présentée comme imbécile ou naïve.

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

trois + un =