Le monde : un malade en phase terminale

21 décembre 2020 | 1 com­men­taire

J’écris ces lignes le 19 décembre 2020 ; le monde est dans la plus com­plète absence de repères quant à son ave­nir immé­diat ; les popu­la­tions de la pla­nète s’apparentent à des zom­bies qui n’ont plus aucune espèce de juge­ment cri­tique, exé­cu­tant machi­na­le­ment toutes les direc­tives que leurs diri­geants leur trans­mettent, cer­tains mêmes récla­mant de plus grandes contraintes qui les mène­ront inévi­ta­ble­ment à la mort ou à un sta­tut d’esclave ou de robot qu’il n’est pas bien dif­fi­cile à ima­gi­ner quand on a gar­dé un mini­mum de luci­di­té. Le monde entier est sous l’emprise d’une peur irrai­son­née et injus­ti­fiée savam­ment ins­til­lée dans les cer­veaux défaillants de 99% de l’humanité.
La pla­nète Terre est deve­nue un immense asile d’aliénés à ciel ouvert où ne sont effec­ti­ve­ment enfer­més dans les hôpi­taux psy­chia­triques que les rares per­sonnes qui ont conser­vé une bonne san­té men­tale.

Prémonitions

Julius EvolaJulius Evola, lorsqu’il énon­çait les phrases qui vont suivre ima­gi­nait-il qu’elles seraient véri­fiées en état paroxys­tique en 2020 ?
« À l’op­po­sé de ce que pensent psy­chiatres, psy­cha­na­lystes et “assis­tants sociaux”, dans une socié­té et une civi­li­sa­tion comme celles d’au­jourd’­hui et, spé­cia­le­ment, comme celles d’Amérique, il faut voir en géné­ral l’homme sain dans le rebelle, dans l’a­so­cial, dans celui qui ne s’a­dapte pas. Dans un monde anor­mal, les valeurs se ren­versent : celui qui appa­raît anor­mal par rap­port au milieu exis­tant, il est pro­bable que c’est jus­te­ment lui le « nor­mal », qu’en lui sub­siste encore un reste d’éner­gie vitale intègre ; et nous ne sui­vons en rien ceux qui vou­draient « réédu­quer » des élé­ments de ce genre, consi­dé­rés comme des malades, et les “récu­pé­rer” pour la “socié­té”».

Le très éru­dit Michel Deseille, dans l’une de ses excel­lentes vidéos datée du 3 jan­vier 2020, avait dres­sé le thème astral du monde pour l’année 2020 ; il avait appe­lé cette année à venir « l’année ter­rible » ; on se sou­vient de « l’annus hor­ri­bi­lis » évo­quée par la reine d’Angleterre pour 1992. Deseille avait insis­té sur les bou­le­ver­se­ments qui allaient agi­ter l’Amérique, et qui allaient se réper­cu­ter sur la pla­nète, en pré­ci­sant à la fin de son inter­ven­tion que, selon les pré­ceptes de la Tradition pri­mor­diale, les hommes ne pour­raient pas arrê­ter les mani­fes­ta­tions ultimes du cycle qui allait voir s’effondrer toutes les valeurs qui avaient main­te­nu pen­dant des siècles la struc­ture même du monde. Il faut recon­naître que ses pré­dic­tions étaient exactes.

Pierre-Émile Blairon - Chronique fin cycle - Enfers parodisiaquesJ’avais recen­sé dans mon der­nier livre, Chroniques d’une fin de cycle : Les enfers paro­di­siaques, paru en décembre 2019, il y a donc tout juste un an, les signes avant-cou­reurs du tsu­na­mi – pré­pa­ré avec soin et méthode par l’oligarchie pla­né­taire – qui allait défer­ler sur le monde quelques mois après, sans avoir eu la moindre idée de l’ampleur qu’allait prendre cette catas­trophe et, sur­tout, de la rapi­di­té et de la faci­li­té avec les­quelles allait se mettre en place cette dic­ta­ture « sani­taire » pla­né­taire. Ce livre pré­sen­tait une sorte d’état des lieux met­tant l’accent sur les méthodes uti­li­sées par la gou­ver­nance mon­diale pour mani­pu­ler et condi­tion­ner les peuples, sou­li­gnant la vul­né­ra­bi­li­té naïve de cer­tains types socio­lo­giques d’individus et cer­tains com­por­te­ments insou­ciants, liés à la « mode » par exemple, qui per­met­taient plus faci­le­ment l’intrusion et la mise en place de ces outils d’asservissement à l’intérieur même de nos propres corps(1).

Autre exemple de ces signes pré­mo­ni­toires : l’insistance avec laquelle on a cru bon, ces der­nières années, de pro­mou­voir, en la pré­sen­tant elle aus­si comme une mode bran­chée, fes­tive et incon­tour­nable, la consom­ma­tion d’insectes vivants ou morts (par exemple à l’apéritif) ; c’est que la gou­ver­nance mon­diale sait déjà com­ment nour­rir à peu de frais les masses d’esclaves qu’elle s’apprête à exploi­ter ; il est pro­bable que ces insectes four­nis­sant les élé­ments nutri­tion­nels néces­saires à la sur­vie de cette foule innom­brable seront pré­sen­tés sous forme de pilules afin d’atténuer la répu­gnance qu’un esprit tra­di­tion­nel pour­rait « encore » conser­ver à l’égard de ces char­mantes bes­tioles ; c’est tout à fait sym­bo­lique : on peut faire ava­ler n’importe quelle hor­reur à des masses savam­ment condi­tion­nées(2).

Dans tous mes livres et dans toutes mes inter­ven­tions, je me suis atta­ché à expli­quer ce qui est le cœur même de ce qu’on a appe­lé impro­pre­ment le « paga­nisme » : le sys­tème cyclique et la Tradition pri­mor­diale.

Toutes les anciennes tra­di­tions nous enseignent que nous sommes à la fin d’un grand cycle, ce que les Hindous appellent le Kali-Yuga, l’âge sombre, et comme le temps est cyclique, après cet âge de fer, ain­si dénom­mé par les anciens Grecs, revien­dra l’âge d’or.
Mes expli­ca­tions ne conten­taient pas tout le monde ; notam­ment ceux qui, dans le sys­tème des cycles, ne rete­naient que le plus agréable : l’âge d’or. Il était dif­fi­cile de faire admettre que, tant que les trois aiguilles de la montre n’étaient pas arri­vées toutes les trois sur le 6 (666), c’est-à-dire en bas, au nadir, elles ne remon­te­raient évi­dem­ment pas ; on me pres­sait de don­ner une date, au moins une approxi­ma­tion : dans deux ans, dans cinq ans, dans dix ans, dans cent ans ? Je répon­dais inva­ria­ble­ment que je n’étais pas Nostradamus. Pourtant, me répli­quait-on, nous sommes bien en plein déclin, on ne peut pas faire plus hor­rible ! Quarante ans que je l’entends, celle-là ! Et tous les ans, il fal­lait bien consta­ter avec stu­peur, ou rési­gna­tion, que c’était pire ! Pour les ras­su­rer, je leur expli­quais que, en phase ter­mi­nale, la chute s’accélère bru­ta­le­ment, ce n’est désor­mais pas tous les ans que l’on peut vivre de ter­ribles évé­ne­ments que l’on croyait impos­sibles, c’est tous les jours qu’une nou­velle encore plus stu­pé­fiante que celle qui nous avait cham­bou­lés la veille vient nous bou­le­ver­ser à nou­veau ; le chaos devient triom­phant, impé­rieux, impé­rial ! Je leur disais aus­si que, s’ils étaient pres­sés, il fal­lait aider à abattre le mur qui était en train de s’effondrer (en étant du bon côté, bien sûr…)

Armageddon

Cette situa­tion a duré jusqu’en 2019 ; 19, comme le Covid, plus exac­te­ment jusqu’en décembre 2019, date de la paru­tion des Chroniques, date de l’apparition du Covid.
Je ne m’attendais pas à ce que les forces néga­tives qui nous com­battent depuis des siècles, celles qui s’opposent à l’ordre cos­mique natu­rel, décident d’engager la grande bataille à ce moment-là, en pro­fi­tant de l’heureuse oppor­tu­ni­té d’une pan­dé­mie inat­ten­due créée par un virus dont la Chine leur aurait van­té les effets rava­geurs sur les popu­la­tions. La manœuvre n’a pas réus­si com­plè­te­ment, il n’y a pas eu de pan­dé­mie, cette grippe, sévère certes, est deve­nue une pan­dé­mie vir­tuelle car tout le monde s’est com­por­té comme si elle avait été dévas­ta­trice, y com­pris les popu­la­tions dûment lobo­to­mi­sées par les médias, les­quels ont aidé les gou­ver­nants du monde entier, sou­mis eux aus­si à la secte mon­dia­liste en place, à ins­tal­ler la peur uni­ver­selle.
La grande bataille, c’est, dans la Bible, l’Armageddon, bataille finale entre les forces du Bien et les forces du Mal lors de « la fin du monde » ; il s’agit, pour nous, Européens, hommes de la Tradition, de la fin d’un cycle, donc plu­tôt la fin d’un monde et non pas du monde ; rap­pe­lons que toutes les tra­di­tions, y com­pris les tra­di­tions mono­théistes, sont subor­don­nées à la Tradition pri­mor­diale.
Toujours dans la Bible, mais, cette fois, dans les textes johan­niques (de Jean, l’apôtre), on trouve le récit de l’Apocalypse qui, à l’origine, dési­gnait une révé­la­tion de Jésus et qui a pris ensuite la défi­ni­tion d’une catas­trophe majeure ; l’Apocalypse dési­gnant donc aus­si la « fin des temps » pour les chré­tiens, en même temps que l’instant de la Révélation, du renou­veau.
Les forces du Mal sont désor­mais bien repé­rées dans la mesure où, dans ces der­nières années, elles ne cachaient même plus leurs buts et leurs tur­pi­tudes, per­sua­dées qu’elles avaient déjà gagné ; c’est ain­si qu’on a pu les regrou­per sous l’appellation géné­rique de « pédo-sata­nistes » en fonc­tion des acti­vi­tés « ludiques » aux­quelles elles s’adonnaient et s’adonnent tou­jours sans com­plexes, acti­vi­tés qui leur ont per­mis d’avoir prise sur la plu­part des diri­geants dans le monde qu’ils ont impli­qués à leurs orgies sanglantes.

Bouton reset

Lire « Great reset : c’est pour bien­tôt ! » du 16 novembre 2020

Dans ce contexte, les oli­garques mon­dia­listes s’efforcent d’organiser ce qu’ils appellent le « Grand Reset », c’est-à-dire cette Apocalypse biblique à leur sauce trans­hu­ma­niste : tout détruire du pas­sé en appuyant sim­ple­ment sur un bou­ton comme on pour­rait le faire en infor­ma­tique pour sup­pri­mer toutes les don­nées péri­mées, toutes les infor­ma­tions conte­nues dans un ordi­na­teur, le remettre à zéro (du pas­sé fai­sons table rase) et tout recom­men­cer, faire ain­si adve­nir le nou­vel « âge d’or » selon leurs propres cri­tères uni­que­ment maté­ria­listes, en gom­mant toutes les spé­ci­fi­ci­tés qui ont struc­tu­ré le façon­nage des peuples et des indi­vi­dus : l’histoire, les cou­tumes, le savoir-faire, le savoir-vivre, la connais­sance, l’instruction, l’éducation, la langue, la spi­ri­tua­li­té, la per­son­na­li­té, etc.
Ces enti­tés malé­fiques appar­tiennent, comme une écume qui s’envole au vent, au cycle noir qui s’achève et seront empor­tées avec lui en phase ultime, comme vola­ti­li­sées, a dit Guénon, car elles ne sont que les rési­dus de mondes dis­pa­rus, sans lien solide et pro­fond avec le monde et la vie, même si elles se pré­sentent sous les ori­peaux ruti­lants de la plus extrême moder­ni­té, la « moder­ni­té » étant l’un des aspects majeurs de la décadence.

Dystopie

Ces puis­sances mal­fai­santes veulent ins­tau­rer une dys­to­pie. Qu’est-ce qu’une dys­to­pie ? Je dirais que c’est l’autre nom de l’utopie qui veut se faire pas­ser pour son contraire, ce qui, en ces temps de confu­sion, ne fait qu’ajouter au chaos men­tal.
Le mot « Utopia » vient d’un roman de l’Anglais Thomas More qui a vou­lu dépeindre une socié­té par­faite, sans défaut, où l’humanité vivrait com­plè­te­ment heu­reuse comme dans une sorte de para­dis ter­restre ; il s’avère que, à chaque fois que les hommes ont vou­lu mettre en œuvre cet idéal rêvé par les poètes, ils n’ont réus­si qu’à créer les plus mons­trueuses socié­tés que la Terre ait por­tées ; pour exemple, la Révolution fran­çaise (avec son trip­tyque répu­bli­cain Liberté, Egalité, Fraternité), le socia­lisme, le com­mu­nisme, le natio­nal-socia­lisme ont été une longue suite de mas­sacres, de ter­reurs, d’oppressions, de tor­tures, de géno­cides.
L’enfer est pavé de bonnes inten­tions.
Les auteurs, qu’on a ensuite clas­sés dans la caté­go­rie « science-fic­tion », consta­tant que les idées de leurs aînés pou­vaient se révé­ler dan­ge­reuses au vu des réa­li­sa­tions qu’elles avaient sus­ci­tées, ont adop­té la posi­tion inverse qui consis­tait à décrire une socié­té qui se pen­sait déli­bé­ré­ment tota­li­taire et qui agis­sait en consé­quence. Le Pouvoir qui se met en place ne cherche pas du tout à faire le bon­heur des popu­la­tions, mais uni­que­ment celui des diri­geants qui com­posent ce Pouvoir, quel que soit le type de bon­heur auquel ils veulent accé­der, y com­pris s’il est carac­té­ri­sé par la plus extrême perversité.

L’auteur qui décrit une dys­to­pie abou­tis­sant donc inévi­ta­ble­ment à une socié­té de cau­che­mar, veut évi­dem­ment pré­ve­nir les popu­la­tions pour qu’elles se gardent de ce type d’oppression en ana­ly­sant quelques aspects des méthodes qui sont com­munes à tous les auto­ri­ta­rismes.
Les romans dys­to­piques sont nom­breux, cer­tains célèbres comme en 1895, La Machine à explo­rer le temps de H.G. Wells,
La Peste écar­late en 1912 de Jack London, qui relate l’apparition d’une véri­table pan­dé­mie qui éra­dique la presque tota­li­té de la popu­la­tion pla­né­taire, Nous autres du Russe Ievgueni Zamiatine qui décrit, en 1920, une socié­té où l’État s’est intro­duit dans l’intimité des habi­tants du pays qui sont, de fac­to, pri­vés de toute liber­té, puisque la moindre de leurs acti­vi­tés est minu­tieu­se­ment condi­tion­née par une régle­men­ta­tion et si étroi­te­ment sur­veillée que les citoyens sont obli­gés de vivre dans des mai­sons de verre ; tout le monde connaît le roman-culte de George Orwell, 1984, en 1948 et le non moins célèbre roman d’Aldous Huxley, Le meilleur des mondes, écrit un peu plus tôt en 1932(3).
Nous retien­drons encore, en 1985, La Servante écar­late de Margaret Atwood et Globalia de Jean-Christophe Rufin en 2004.
On peut consul­ter sur inter­net une longue liste exhaus­tive des films met­tant en scène une dys­to­pie dont cer­tains res­tent des chefs‑d’oeuvre : Orange méca­nique, Mad Max, Blade Runner, par exemple.
La dys­to­pie qui se met en place, qui regroupe les pas­sages les plus crous­tillants de ces livres et de ces films (et qui va se réa­li­ser si rien ne vient contre­car­rer ses pro­jets, ce qui semble le plus pro­bable) pré­sente quelques inté­res­santes particularités :

1. La caste pédo-sata­niste au Pouvoir n’a jamais rien caché de son pro­jet de mettre en place un gou­ver­ne­ment mon­dial sur la base de la dis­pa­ri­tion préa­lable de la plu­part des struc­tures tra­di­tion­nelles, éco­no­miques, cultu­relles, etc.
2. La popu­la­tion mon­diale qui est des­ti­née à être pri­vée de toutes ses liber­tés fon­da­men­tales est plei­ne­ment consen­tante.
3. Cette popu­la­tion a été condi­tion­née depuis des dizaines d’années, voire des siècles, de telle manière que les aver­tis­se­ments des éveilleurs et des lan­ceurs d’alerte ne puissent pas les atteindre et donc les mettre en garde.
4. Une infime mino­ri­té de per­sonnes lucides va sup­por­ter tout le poids men­tal, spi­ri­tuel et peut-être phy­sique de l’abomination qui se pré­pare, la qua­si-tota­li­té de la popu­la­tion mon­diale ayant renon­cé volon­tai­re­ment à son libre-arbitre.

Dans l’immédiat, c’est-à-dire dans les pro­chaines semaines à venir, les der­niers sou­bre­sauts de ce monde ago­ni­sant ne s’achèveront que dans l’horreur et la ter­reur à moins d’un retour­ne­ment de la situa­tion poli­tique aux États-Unis qui ver­rait le pré­sident Trump pour­suivre ses fonc­tions. Cela pour­rait alors signi­fier au moins une halte dans le pro­ces­sus de décom­po­si­tion, tout comme il y a dans les périodes de refroi­dis­se­ment gla­ciaire de courts épi­sodes de réchauf­fe­ment (une hypo­thèse qui plaît bien à Greta).

Enfin, il me faut encore signa­ler que les fins de cycle sont tou­jours consti­tuées d’une conver­gence de catas­trophes et que donc, s’il est aisé de pré­voir les com­por­te­ments humains, il est car­ré­ment impos­sible de savoir si le monde péri­ra par l’eau, par le feu, d’un dépla­ce­ment bru­tal des plaques tec­to­niques ou de la col­li­sion avec une comète trai­nant roman­ti­que­ment sa queue enflammée.

J’espère que ce scé­na­rio d’un film-catas­trophe qui sor­ti­ra l’année pro­chaine vous a plu.

Joyeux Noël !

Pierre-Émile Blairon

(1) La mode : les mani­pu­la­tions phy­siques de la sub­ver­sion mon­diale, in Chroniques d’une fin de cycle, Les Éditions du Lore, p. 177
(2) Voulez-vous man­ger des cafards ? in Chroniques d’une fin de cycle, Les Éditions du Lore, p. 122
(3) Ce roman qui, donc, dénonce une socié­té tota­li­taire, a été écrit en France en quatre mois, à Sanary-sur-Mer ; c’est avec un petit sou­rire nar­quois que je rap­pelle — iro­nie du des­tin — que le maire actuel de Sanary s’est dis­tin­gué, par­mi les appren­tis-dic­ta­teurs, pour avoir inter­dit à ses conci­toyens de s’aventurer au-delà de 10 mètres de leur pas de porte et d’al­ler chez le bou­lan­ger pour n’acheter qu’une seule baguette. Voir l’article Les appren­tis-dic­ta­teurs, paru dans ces mêmes colonnes le 20 mai 2020.

Notre illus­tra­tion à la une : copie d’é­cran Tweeter

Pierre-Émile Blairon a éga­le­ment publié :

1 commentaire

  1. Les armées sata­nistes ont inver­sé les les choses.
    Lucifer est le por­teur de lumière (le savoir trans­mis aux humains).
    Sami aza lui a donne aux femmes le savoir des plantes pour la gué­ri­son.
    Vous aper­ce­vez pour­quoi on a chas­sé les sor­cières pour­quoi on a fait des auto­da­fés.
    tous les livres (thora,bible etc… ) n’ont fait que tra­duire mal a leur avan­tage les textes sumé­riens
    On est entré dans l’a­po­ca­lypse même ce mot a été dévié de son éty­mo­lo­gie pre­mière. C’est la levée du voile (révé­la­tion) et non la fin du monde.
    Et à quoi assiste-t-on (wiki­leaks, etc.) : la véri­té sort de son trou.
    Armageddon encore une éty­mo­lo­gie dévié de son sens car ce fut une ville détruite

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

5 + 4 =