Ma semaine d’observation de l’info (17 janvier 2021)

16 jan­vier 2021 | 2 Commentaires 

Dimanche 10 janvier 2021

Suite à la vague de cen­sures exer­cées sur l’ex-pré­sident Trump par les réseaux sociaux, contre qui pra­ti­que­ment toute la classe poli­tique s’est éle­vée avec plus ou moins de vigueur, je ne peux pas résis­ter à vous citer Rudolf Steiner en 1916 (son por­trait ci-des­sus dans notre illus­tra­tion à la une) :
« Il ne fau­dra pas attendre long­temps après l’an 2000 pour que l’humanité ait à vivre des choses fort étranges qui ne se pré­parent encore que len­te­ment. La plus grande par­tie de l’humanité sera sous l’influence de l’ouest. Les pré­mices idéa­listes que nous per­ce­vons déjà sont bien sym­pa­thiques en com­pa­rai­son de ce qui vient. On ver­ra appa­raître, venant d’Amérique, une sorte d’interdiction de pen­ser, non pas directe mais indi­recte ; une loi qui aura pour but de répri­mer tout pen­ser indi­vi­duel. On assis­te­ra à une oppres­sion géné­ra­li­sée de la pen­sée dans le monde. »
Il avait, une fois de plus, bien cer­né ce qui nous atten­dait.
Citation extraite de l’ex­cellent livre de mon ami Pierre-Émile Blairon : « La roue et le sablier ». Un livre paru en 2015, que devrait lire toute per­sonne se posant des ques­tions sur cette fin de cycle qui s’an­nonce de plus en forte en ce début de siècle…Pierre-Émile Blairon - La roue et le sablier - Bagages pour franchir le gué

Lundi 11 janvier 2021

Hier, celui qui est annon­cé comme le futur pré­sident des USA, Joe Biden, s’est enga­gé à accor­der une aide aux petites entre­prises sur une base raciale dans une vidéo pos­tée sur la pla­te­forme de gauche Big Tech.
« Notre prio­ri­té sera les petites entre­prises appar­te­nant à des Noirs, des Latino-Américains, des Asiatiques et des Amérindiens, les entre­prises appar­te­nant à des femmes, et enfin l’égalité d’accès aux res­sources néces­saires à la réou­ver­ture et à la recons­truc­tion », a décla­ré M. Biden, mon­trant bien ain­si le mépris qu’il affiche pour tout ce qui peut être mâle et blanc.
Une pré­fi­gu­ra­tion de ces points de vue racia­le­ment dis­cri­mi­na­toires de l’administration Biden à l’égard des hommes blancs a été remar­quée lors de la cer­ti­fi­ca­tion des votes dans l’État du Michigan en décembre, celle-ci exi­geant que les par­ti­ci­pants se lèvent pour enton­ner “l’hymne natio­nal noir » :
« Lift Every Voice and Sing », a été décla­ré « hymne natio­nal noir » par l’Association natio­nale des gens de cou­leur en 1919. Si, au niveau fédé­ral, le seul hymne natio­nal recon­nu est « The Star-Spangled Banner », le gou­ver­ne­ment des États-Unis recon­naît offi­ciel­le­ment tout « hymne natio­nal noir ».Lift every voice sing

Mardi 12 janvier 2021

Lors de la mani­fes­ta­tion au Capitole la semaine der­nière, Christopher Stanton Georgia, 53 ans, par­ti­san de Donald Trump avait pris une pho­to du bureau de la pré­si­dente de la Chambre des repré­sen­tants Nancy Pelosi et fouillé son ordi­na­teur por­table. Des infor­ma­tions sen­sibles ont éga­le­ment fui­té sur les mes­sa­ge­ries cryp­tées. Il avait été arrê­té mer­cre­di soir à la suite de cela. Il encou­rait une peine maxi­male de 180 jours de pri­son et/​ou une amende de 1 000 dol­lars. Il avait plai­dé non cou­pable devant la Cour supé­rieure de Washington le jeu­di 7 jan­vier.
Il était accu­sé d’avoir péné­tré illé­ga­le­ment le « ter­ri­toire » du Capitole et vio­lé le couvre-feu ins­tau­ré à Washington.
Son corps a été retrou­vé same­di matin par sa femme dans le sous-sol de leur mai­son d’Alpharetta, en Géorgie. Elle a appe­lé les secours pour infor­mer que son mari était mort et qu’il y avait du sang par­tout. Le bureau du méde­cin légiste a décla­ré à la filiale de NBC que l’homme était décé­dé des suites d’une bles­sure par balle à la poi­trine, et qu’il s’é­tait pro­ba­ble­ment suicidé…

Nancy Pelosi

Nancy Pelosi déchi­rant le dis­cours sur l’État de la Nation de Donald Trump

Mercredi 13 janvier 2021

À grand ren­fort de publi­ci­té, le pape François s’est fait vac­ci­ner aujourd’­hui contre la Covid-19, dans la salle d’au­dience Paul VI de la cité vati­cane, salle en béton armé où le trône papal est pla­cé devant une sculp­ture de Pericle Fazzini, « la Résurrection »… Bon augure ou sage pré­cau­tion ?
Ce vac­cin uti­lise des lignées cel­lu­laires de fœtus avor­tés dans leur pro­ces­sus de recherche et de pro­duc­tion. Mais qu’im­porte ! Le pape en a pro­fi­té pour lan­cer une pique aux oppo­sants au vac­cin en les trai­tant de « néga­tion­nistes sui­ci­daires ».
Mes amis chré­tiens auront peut-être ain­si la réponse à la ques­tion : De quel côté est Dieu ? Du côté des avor­teurs ? Ou des néga­tion­nistes suicidaires ?Pape François - Joe Biden - conférence soins-sante Vatican - 29 avril 2016

Jeudi 14 janvier 2021

Après la déci­sion des prin­ci­paux réseaux sociaux de ban­nir Donald Trump, beau­coup de voix se sont fait entendre pour cri­ti­quer cette déci­sion, y com­pris celle du patron de… Tweeter ! Ça, c’est trop fort !
En France, j’ai rele­vé le double plai­doyer de François Ruffin, qui n’est pas le moins intel­li­gent de la galaxie « mélen­chon­nesque ». Il a tout d’a­bord dénon­cé une « cen­sure numé­rique » : « Trump, c’est pas ma tasse de thé, a t‑il écrit sur Twitter. Mais la fer­me­ture, désor­mais défi­ni­tive, de son compte par Twitter me paraît scan­da­leuse. »
Puis devant les réac­tions plu­tôt néga­tives de cer­tains de ses fans, qui l’ac­cu­saient de défendre le Président amé­ri­cain (quelle honte quand on est à gauche), il a fina­le­ment expli­qué, que, ce qui le cho­quait, c’est que cette cen­sure venait d’entre­prises pri­vées. Vous avez bien lu, c’est parce que ces entre­prises sont pri­vées que cela choque M. Ruffin ! Et il le répète maintes fois à tous ceux qui lui reprochent ses cri­tiques. Si c’eût été le fait d’un gou­ver­ne­ment, M.Ruffin aurait trou­vé cela tout à fait nor­mal. Personne n’a réagi à cela.
M. Ruffin semble négli­ger le fait que der­rière ces « entre­prises pri­vées », on trouve une idéo­lo­gie bien défi­nie. Et c’est l’i­déo­lo­gie que défendent M. Ruffin et ses aco­lytes de LFI : dic­ta­ture des mino­ri­tés, racia­lisme noir, lob­by LGBTQ, sou­mis­sion à l’Islam… On en a la preuve avec les pre­mières déci­sions de Joe Biden (voir plus haut). Alors M. Ruffin, ces­sez votre hypo­cri­sie. Si vous com­bat­tez ces réseaux sociaux que vous décla­rez dan­ge­reux sur votre compte Twitter (qui ne risque pas d’être sus­pen­du), com­bat­tez éga­le­ment les idéo­lo­gies qui les sous-tendent en France, au lieu de vous appuyer des­sus pour votre propagande.François Ruffin - Jean-Luc Mélenchon

Vendredi 15 janvier 2021

Une des plus grandes réus­sites de la télé­vi­sion fran­çaise, vient de perdre son père spi­ri­tuel. Georges Pernoud, créa­teur de Thalassa, est décé­dé cette semaine. Il avait quit­té FR3 en 2017, un peu pous­sé à la porte par la poli­tique de Delphine Ernotte, la patronne de France Télévision, qui enga­geait à cette époque la chasse « au mâle blanc de plus de 50 ans », selon ses propres pro­pos. Georges Pernoud rejoin­dra alors dans la char­rette Julien Lepers, Patrick Sabatier, Gérard Holtz, David Pujadas… tous cou­pables de ne pas être nés plus tard et sur un mau­vais conti­nent.
Georges Pernoud, de père savoi­sien et de mère alsa­cienne, avait créé son émis­sion en 1975, avant même que les parents Macron n’en­gendrent leur illustre fis­ton. Il com­men­ça à la pré­sen­ter per­son­nel­le­ment en 1980. Ce fut rapi­de­ment le suc­cès et l’é­mis­sion fut pro­gram­mée en prime time chaque ven­dre­di à par­tir de 1989. Le suc­cès per­met­tra qu’elle soit pré­sen­tée depuis sa propre péniche-stu­dio amar­rée sur la Seine. Puis par la suite, la dif­fu­sion depuis une goé­lette effec­tuant un tour de France, qui accos­tait chaque semaine dans un port dif­fé­rent où était tour­née l’émission.
Georges Pernoud pré­sen­ta lui-même 1704 fois l’é­mis­sion deve­nue culte.
Bon vent Georges !

Samedi 16 janvier 2021

Et pour ter­mi­ner la semaine, un petit dia­logue… dia­bo­lique, mais qui pour­rait don­ner à réflé­chir à nombre de nos conci­toyens :
« Un jeune diable : Comment avez-vous réus­si à envoyer autant d’âmes en enfer ?
Vieux diable : Avec peur !
Le jeune : Bon tra­vail ! De quoi avaient-ils peur ? Guerre ? Famine ?
L’ancien : Non, d’une mala­die !
Le jeune : N’ont-ils pas été malades ? N’étaient-ils pas en train de mou­rir ? N’y avait-il pas un remède ?
L’ancien : Ils sont tom­bés malades, ils sont morts, il y avait un remède.
Le jeune : Je ne com­prends pas…
L’ancien : Ils ont acci­den­tel­le­ment cru que la seule chose qu’ils devaient gar­der à tout prix était la VIE !
Ils ne s’é­trei­gnaient pas, ne se saluaient pas, ils s’é­loi­gnaient l’un de l’autre. Ils ont renon­cé à tout contact humain et à tout ce qui était humain ! Ils ont man­qué d’argent, ils ont per­du leur emploi mais ils ont choi­si de craindre pour leur vie, même s’ils n’a­vaient même pas de pain. Ils croyaient tout ce qu’ils enten­daient, lisaient les jour­naux et croyaient aveu­glé­ment tout ce qu’ils lisaient. Ils ont aban­don­né leur liber­té, ils n’ont jamais quit­té la mai­son, ils ne sont allés nulle part. Ils n’ont pas ren­du visite à des parents et amis.
Le monde est deve­nu un grand camp de concen­tra­tion avec des pri­son­niers volon­taires.
Ils ont tout accep­té ! Juste pour sur­vivre à un autre jour misé­rable…
Ils n’ont pas vécu, ils sont morts tous les jours !
C’était facile de prendre leurs âmes misé­rables… »
C.S. Lewis – « Lettres de Berlicche » – 1942Diablotin

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…
Patrice LEMAÎTRE

2 Commentaires 

  1. Magistrale cette reprise dans l’ac­tuelle situation.

    Répondre
  2. Nous vivons une époque inouïe car, pour la pre­mière fois dans l’his­toire du monde, la réa­li­té est main­te­nant par­ve­nue à dépas­ser la fic­tion la plus débridée !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

56 − 54 =