Ma semaine d’observation de l’info (3 juillet 2022)

par | 3 juillet 2022 | 2 Commentaires 

Mes semaines de congé…

Deux semaines à obser­ver l’ac­tua­li­té de loin et en poin­tillés (pas d’in­ter­net ni de télé­phone, on est bien en montagne !)

Il s’en est pour­tant pas­sé des choses dans notre pays jupi­té­rien… Tout d’a­bord bien sûr, deux petits tours d’é­lec­tions, qui ont mar­qué les limites de la macro­nie. Celle-ci, sûre d’elle et domi­na­trice, s’est pour­tant retrou­vée en situa­tion de non majo­ri­té abso­lue, alors que son chef de file pen­sant depuis long­temps que tout était plié d’a­vance, n’a­vait donc pas jugé néces­saire de battre cam­pagne. Il pen­sait sans doute que ces veaux de Français allaient oublier les insultes récur­rentes, les bri­mades infli­gées avec la crise du Covid. Ont-ils enfin com­pris qu’on les a pris pour des imbé­ciles en leur fai­sant croire que même vac­ci­nés, ils devaient se méfier des per­sonnes en bonne san­té ? J’y reviendrai…

La nou­velle assem­blée est donc un peu moins cen­trée sur le centre. Mélenchon a réus­si son pari de marier la carpe et le lapin pour obte­nir un nombre non négli­geable de dépu­tés, même si cette alliance plus qu’im­pro­bable a volé en éclat dès le len­de­main du pre­mier tour. Marine Le Pen, elle, a éga­le­ment créé la sur­prise avec une grosse entrée à la chambre. Elle n’a pour­tant pas réus­si à faire aus­si bien que la coa­li­tion RPR-UDF de 1992 qui avait raflé 448 sièges avec un pro­gramme à peine plus à droite que celui du RN actuel. Mais de toutes façons, les patrons de Macron réunis à Davos il y a peu de temps, lui ont inti­mé l’ordre de décla­rer LFI et RN par­tis non gou­ver­ne­men­taux… Tout est dit.

Les élec­tions ont éga­le­ment un peu désta­bi­li­sé le nou­veau gou­ver­ne­ment mis en place juste avant par la très sou­riante Élisabeth Borne. Trois ministres en poste, fémi­nines en plus, ont été ren­voyées chez elles par les élec­teurs. Elles sont pour­tant tou­jours pré­sentes à l’heure où je vous écris. Un peu de réjouis­sance avec l’é­jec­tion d’un Castaner ou d’un Blanquer, beau­coup d’in­quié­tude avec l’ar­ri­vée de trop nom­breux des­truc­teurs à la Rousseau (Sandrine, pas Jean Jacques).

Autre inquié­tude pour Mme Borne, les accu­sa­tions pour atteintes sexuelles de ministres non éli­mi­nés par voie natu­relle. Le pauvre Damien Abad, que LR avait lais­sé par­tir rejoindre Manu en fait les frais, ain­si que sa col­lègue Zacharopoulou. Ils viennent ain­si rejoindre Darmanin, tou­jours en place, et Hulot dis­pa­ru depuis cinq ans.

C’est éga­le­ment la période des exa­mens sco­laires. Ceux de ma géné­ra­tion se sou­viennent des pro­blèmes de mathé­ma­tiques du BEPC, fai­sant inter­ve­nir des robi­nets qui fuient. Ils ont été rem­pla­cés aujourd’­hui par des QCM (ques­tion­naires à choix mul­tiple) deman­dant aux can­di­dats si un robi­net est un acces­soire pour tablettes mobiles, un ins­tru­ment qui dis­tri­bue de l’eau, ou un ani­mal pré­his­to­rique dis­pa­ru. Heureusement les fuites, elles, n’ont pas dis­pa­ru, et c’est dans l’é­preuve d’his­toire-géo du bre­vet qu’elles sont réap­pa­rues. Mystères des filières trans­ver­sales de feu l’Éducation Nationale.

On ne nous raconte plus que l’Ukraine est en train de gagner la guerre contre la Russie. Il faut dire que cette der­nière a déjà conquis un ter­ri­toire grand comme les États de l’est des USA. On a les défaites que l’on peut. Boris Johnson, non sans humour, a remar­qué, idéo­lo­gie fémi­niste aidant, que si Poutine avait été une femme, la guerre n’au­rait pas eu lieu. Le résident du Kremlin lui a rétor­qué que c’est Mme Thatcher, qui avait pour­tant décla­ré la guerre à l’Argentine lors de l’af­faire des Malouines ! Boris Johnson aurait dû écou­ter Miss Maggie de Renaud, chan­son sor­tie il y a déjà bien longtemps !

La vio­lo­niste de renom­mée mon­diale Julie Berthollet raconte qu’elle s’est fait agres­ser une 1ère fois dans la rue alors qu’elle se ren­dait à pied à une sta­tion de métro lorsqu’un indi­vi­du a ten­té de lui sub­ti­li­ser son télé­phone por­table qu’elle tenait à la main. Quelques minutes plus tard à l’entrée de la sta­tion de métro un autre homme lui a vio­lem­ment arra­ché un bra­ce­let et 2 col­liers dont l’un, en or, lui avait été don­né par sa maman puis l’a jetée à terre. Elle qui, avec sa sœur, jouait il y a peu pour les immi­grés clan­des­tins, va fina­le­ment démé­na­ger en Suisse, et sa sœur du côté d’Annecy.

Les diri­geants d’EDF, d’Engie et de TotalEnergies appellent les Français à la sobrié­té éner­gique pour évi­ter des pénu­ries cet hiver. Les Français doivent éco­no­mi­ser dras­ti­que­ment l’élec­tri­ci­té, sinon… Et pen­dant ce temps-là, le gou­ver­ne­ment les invite à ache­ter de plus en plus de voi­tures élec­triques. Il n’y a que moi que ça interpelle ?

Un son­dage nous indique que 70 % des plus de 50 ans trouvent que les immi­grés sont en trop grand nombre en France. Ils ne sont que 40 % dans la tranche des plus jeunes. De deux choses l’une, ou bien l’é­du­ca­tion (ex-natio­nale) a bien fait son tra­vail de pro­pa­gande, ou bien la troi­sième (ou qua­trième) géné­ra­tion est déjà surnuméraire.

Feuilleton de l’é­té : la reprise de la saga Covid. On ne va pas tar­der à remettre le pro­fes­seur Salomon sur les pla­teaux TV pour nous dire chaque jour après la météo des plages, com­bien de décès le vilain microbe a engen­drés chaque jour. L’effet boule de neige aidant, puisque plus on en parle, plus les gens se font tes­ter, plus les gens se font tes­ter, plus il y a de cas posi­tifs, c’est une logique qu’un gamin de sixième pou­vait com­prendre avant. Je crains que le passe sani­taire ne soit remis en vigueur bien avant la fin des vacances, puisque de toutes façons les Français vont suivre encore une fois comme des mou­tons. N’oublions pas que le Parlement euro­péen et les États membres de l’UE ont trou­vé un accord per­met­tant de pro­lon­ger le cer­ti­fi­cat de vac­ci­na­tion euro­péen jusqu’en juin 2023. Certains dépu­tés LFI, qui y sont soi-disant farou­che­ment oppo­sés l’ont voté en plai­dant ensuite pour une erreur tech­nique… À noter que le PDG de Pfizer a reçu le prix Genesis, sur­nom­mé le « Nobel Juif » à Jérusalem.

Dernière minute, on apprend que la cote de Macron est en chute libre à 29 % de satis­faits. Celle de Marine Le Pen, elle, monte à 34 %. On refait la présidentielle ?

Je vous laisse médi­ter sur tout cela…

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…
Patrice LEMAÎTRE

Les articles du même auteur

Patrice Lemaître

2 Commentaires 

  1. Elle est mar­rante votre défi­ni­tion du jour­na­lisme indé­pen­dant et de la réin­for­ma­tion : ça consiste en fait à don­ner votre avis, et à ne pas vous remettre en ques­tions. Une nou­velle ver­sion du café du com­merce en somme. 

    Allez, je vous file un coup de pouce : s’il n’y a pas de gens malades, per­sonne ne va se faire tes­ter, et il n’y a pas de tests positifs. 

    Des malades il y en a par­tout, mais soyez hon­nêtes : cette fois, per­sonne ne dit que les hôpi­taux sont encom­brés. Votre rai­son­ne­ment sur la mani­pu­la­tion ne tient donc pas la route. Quant aux masques, c’est une ques­tion de civisme de le por­ter quand on est malade, comme en Asie par exemple. Mais comme les Français sont plus rebelles que la rébel­lion, et qu’ils ne veulent pas le faire, le rendre obli­ga­toire dans les trans­ports n’est pas une si mau­vaise idée. Porter un masque pen­dant 20 mn de tram, c’est vivable, non ? 

    Moi j’aime bien le jour­na­lisme indé­pen­dant, alors posez vous des vraies ques­tions. Interrogez des gens réels et qua­li­fiés. Ne vous conten­tez pas de ron­chon­ner sur ce que vous lisez dans les médias que vous qua­li­fiez de cor­rom­pus. Ou alors payez votre tour­née. Au moins on pas­se­ra un bon moment.

    Répondre
  2. Du haut de mon bal­con voi­ci ce que j’ob­serve (pour les vieux, pas de congé si ce n’est l’é­ter­nel, en attente)
    09/​07/​2022 – Journal de guerre N° 41 (J + 134) – https://wp.me/p4Im0Q-5Cn
    Sa troi­sième marche vers les chats. Faut ce qu’il faut ! La démo­cra­tie confis­quée… Avec la méfiance !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

deux + sept =