Les écolos, une catastrophe écologique !

16 jan­vier 2021 | 4 Commentaires 

Dans notre article du 29 sep­tembre 2020 inti­tu­lé « Fessenheim fer­mée : revoi­là le char­bon ! », nous déplo­rions les consé­quences désas­treuses de la fer­me­ture des cen­trales nucléaires dans notre pays qui s’est trou­vé contraint de ral­lu­mer ses vieilles cen­trales à char­bon alors qu’on était encore loin des rigueurs de l’hiver. Certes, cela était dû à la mise en arrêt des réac­teurs, par rou­le­ment, pour les opé­ra­tions annuelles de main­te­nance. Il n’empêche, si la cen­trale de Fessenheim n’avait pas été fer­mée, EDF n’aurait pas été réduite à ce retour en arrière écologique.

Et voi­là que le ven­dre­di 8 jan­vier 2021, RTE annonce que nous n’avons plus, à ce jour, aucune marge dans notre sys­tème élec­trique. La consom­ma­tion de la France a atteint le maxi­mum de la pro­duc­tion pos­sible au moyen des seules cen­trales nucléaires et hydrau­liques. On nous annonce qu’on ral­lume à nou­veau les très pol­luantes cen­trales à char­bon reje­tant 100 000 tonnes de CO2 cha­cune et par jour sans par­ler des par­ti­cules fines si dan­ge­reuses pour nos pou­mons. Mais, me direz-vous, il y a les éoliennes et les cen­trales pho­to­vol­taïques que l’on implante par­tout à marche for­cée. Elles sont là pour sub­ve­nir au manque, non ? À lui seul, l’éolien nous ont déjà coû­té 121 mil­liards d’euros pris dans la poche des contri­buables, à ce tarif, il doit pou­voir assu­rer… Et bien non ! Comme en sep­tembre, il n’y a en ce moment pas de vent ! Et pas de soleil non plus. C’est tout le drame des éner­gies dites « renou­ve­lables ». Merci aux Khmers verts et à leurs alliés d’extrême gauche qui ont réus­si à faire bas­cu­ler notre pays dans l’absur­di­té éner­gé­tique.

Aujourd’hui donc, toutes nos cen­trales tur­binent à fond, y com­pris les cen­trales à char­bon, pour four­nir l’essentiel des besoins des indus­tries, des hôpi­taux, des com­merces, du trans­port fer­ro­viaire et, bien évi­dem­ment, de la popu­la­tion mais cela ne suf­fit pas. On se demande où nous en serions si, à cause de la crise sani­taire, les usines n’étaient pas au ralen­ti, les bars et les res­tau­rants fer­més, toutes les acti­vi­tés liées au spec­tacle et à la culture à l’arrêt ? D’autant que le 19 novembre 2020, une deuxième alerte était déjà sur­ve­nue. RTE avait alors infor­mé les consom­ma­teurs qu’un pro­gramme de cou­pures tour­nantes, par tranches de 200 000 foyers, était pré­vu en cas de grand froid. Nous y sommes et le spectre de ces cou­pures plane désor­mais sur les Français. Ah, si nous avions encore les 2 giga­watts (2 mil­liards de watts) de la cen­trale de Fessenheim ! Comme ils nous manquent aujourd’hui !

Aussi, si cou­pures il doit y avoir, il serait juste que la mesure soit appli­quée en prio­ri­té chez les diri­geants éco­lo­gistes et leurs sym­pa­thi­sants pour leur remettre la cer­velle à l’endroit. Ensuite, il fau­dra cou­per le cou­rant chez les apôtres du tout élec­trique qui veulent voir par­tout des voi­tures à bat­te­ries au lithium, cad­mium et autres métaux rares pol­luants par leur pro­duc­tion et qu’on ne sait pas encore recy­cler. Il fau­dra aus­si cou­per le jus à tous les gogos convain­cus du bien-fon­dé des dis­cours éco­lo­giques fumeux et qui mul­ti­plient cepen­dant chez eux les appa­reils élec­triques jusqu’au plus futile et intru­sif gad­get « OK Google ! »…

Et sur­tout, sur­tout, il fau­dra cou­per immé­dia­te­ment l’électricité chez Barbara Pompili (ci-des­sous) qui s’obstine à expli­quer doc­te­ment qu’on va conti­nuer à fer­mer des cen­trales nucléaires… Barbara Pompili - Europe Écologie Les Verts

Les éco­los, une catas­trophe écologique !

Charles André

4 Commentaires 

  1. La France est un des pays les plus éco­lo­giques du monde et indé­pen­dant sur le plan de l’éner­gie élec­trique. Mais non, les énormes inves­tis­se­ments des années soixante et soixante-dix sont en train de fondre comme neige au soleil. Cela confine à de la débi­li­té men­tale pro­fonde de la part de ces din­gos d’é­co­los qui sont poli­ti­sés à outrance, noyés dans leur idéo­lo­gie socia­­lo-pro­­gres­­siste (si ce n’est pas rétro­grade). Vive le NUCLÉAIRE : c’est le pas­sé, le pré­sent et sur­tout le futur. Ne faites pas cou­ler le bateau avec le capi­taine avec.

    Répondre
  2. il y’a pas de cou­pures et si cou­pure y’a c’est le temps des rafles et des exé­cu­tions , comme au moment des feux d’ar­ti­fices à Lyon le soir en plein confi­ne­ment pour camou­fler les bruits d’ou­tils qui font le même son ce que j’ai infor­mer deux jours avant que ça se pro­duit, et comme au Vatican il y’a quelques jours , ne vous inquié­tez pas vous êtes pas concerner.

    Répondre
  3. Les anti­nu­cléaires dog­ma­tiques et pro ENR inter­mit­tentes devraient se faire connaître auprès de ENEDIS. Avec le Linky on pour­rait leur cou­per le cou­rant en prio­ri­té et ain­si leurs faire décou­vrir les joies de l’intermittence. C’est vrai, ils sont aus­si anti lin­ky. Mmes Rivasi et Lepage ont mis ENEDIS au tri­bu­nal pour blo­quer le déploie­ment du Linky.

    Répondre
  4. Bravo ! Continuez à envoyer, pho­tos comprises !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

 − 1 = 6