Ma semaine d’observation de l’info (25 juillet 2021)

25 juillet 2021 | Aucun com­men­taire

Dimanche 18 juillet 2021

114 000 mani­fes­tants : C’est « Le Monde » qui l’af­firme ! Et « Le Monde », on ne le dis­cute pas !, c’est LE jour­nal de réfé­rence, le ser­vi­teur actif du Pouvoir depuis des années. LE quo­ti­dien du soir annonce donc ce nombre de mani­fes­tants contre le pass sani­taire dans la France entière, same­di der­nier… Le chef de file du mou­ve­ment « Les Patriotes », Florian Philippot, à la pointe du com­bat, annon­çait de son côté 150 000 per­sonnes rien qu’à Paris. La guerre des chiffres ne fait donc que com­men­cer. Pour mieux se faire une idée, voir notre article :
Mais c’est une révolte ?-Non, Sire, c’est une révo­lu­tion !
Entre la sous-esti­ma­tion des chiffres, et la sous-esti­ma­tion des Français qui mani­festent (voir les décla­ra­tions de Véran ou d’Attal !), la scis­sion entre deux France, celle du peuple et celle de l’é­lite auto-pro­cla­mée se fait de plus en plus criante. Nous deve­nons une caste de sous-hommes, inter­dits de vie sociale.
Pour com­bien de temps ?Non vaccination obligatoire

Lundi 19 juillet 2021

Autre mani­fes­ta­tion, bien moins impor­tante, tant pour le nombre que pour l’in­té­rêt : cinq ans après la mort d’Adama Traoré, décé­dé à la suite de son inter­pel­la­tion par des gen­darmes, une marche en sa mémoire a été orga­ni­sée same­di 17 juillet après-midi par sa famille et ses sou­tiens. À cette occa­sion, la mère du voyou a décla­ré sans ver­gogne :
« Ils ont tué mon fils comme un chien, ils ont mis tous mes enfants en pri­son, un jour ils vont payer pour ça. »
À ce rythme là, il ne res­te­ra bien­tôt plus grand monde pour aller mani­fes­ter avec elle…

Assa Traoré

Assa Traoré, sœur d’Adama

Mardi 20 juillet 2021

Politique anti-vac­ci­nale : mor­telle pour cer­tains pré­si­dents ?
Est-ce un aver­tis­se­ment de type maf­fieux ou une simple coïn­ci­dence ? Après la mort de leur pré­sident, trois pays dis­tri­buent désor­mais les vac­cins contre le Covid à leurs conci­toyens.
• Tout com­mence en mars, avec la mort d’une crise car­diaque du pré­sident tan­za­nien John Magufuli. Celui-ci avait sus­ci­té, quelques semaines plus tôt, la colère du monde médi­cal en refu­sant le vac­cin contre le Covid dans son pays. C’est lui qui avait éga­le­ment mon­tré l’i­nef­fi­ca­ci­té des tests PCR, en mon­trant com­ment une caille, une chèvre, et une papaye avaient été tes­tés posi­tifs !
Quelques mois après sa mort, la Tanzanie a pas­sé une com­mande à l’OMS pour un envoi de vac­cins contre le COVID pour ses 60 mil­lions de citoyens.
• Au mois de juin, c’est le pré­sident du Burundi qui suc­com­bait à son tour à un malaise car­diaque. Pierre Nkurunziza, par l’in­ter­mé­diaire de son ministre de la san­té, décla­rait que « puisque plus de 95% des patients sont en voie de gué­ri­son, nous esti­mons que les vac­cins ne sont pas encore néces­saires ».
• Le der­nier en date, c’est Jovenel Moïse, le pré­sident haï­tien, assas­si­né à son domi­cile par un groupe de mer­ce­naires. Au mois de mai, il avait refu­sé le vac­cin d’AstraZeneca de l’Organisation mon­diale de la Santé (OMS), invo­quant les effets secon­daires répan­dus signa­lés en Europe. C’était le seul pays « occi­den­tal » à refu­ser le vac­cin contre le Covid. Quelques jours après l’assassinat de Moïse, la secré­taire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a annon­cé que les États-Unis enver­raient des vac­cins COVID à Haïti, en plus d’une aide de 5 mil­lions de dol­lars et d’une équipe d’agents du FBI.
Que de coïncidences…

Tanzanie Burundi Haïti
Tanzanie Burundi Haïti

Mercredi 21 juillet 2021

Était-il allé là-bas pour tendre l’autre joue après la claque dans la Drôme ? On ne sait pas, mais tou­jours est-il que Macron a failli encore en prendre une pen­dant un voyage à Lourdes.
Qu’allait-il faire dans cette galère ? aurait deman­dé Géronte devant cette nou­velle four­be­rie. Lourdes étant l’en­droit idéal pour « les voix », il a pro­ba­ble­ment pen­sé que dans cette ville du Béarn, non loin de son ami François Bayrou, la pêche serait bonne en pré­vi­sion des pro­chaines élec­tions. Toujours est-il qu’il fai­sait peine à voir, les mains jointes, dans une atti­tude si faus­se­ment pieuse qu’un qui­dam qui ne s’en lais­sait pas comp­ter, a balan­cé à l’an­cien élève des Jésuites qu’il n’é­tait qu”« un athée com­pul­sif ». L’irrévérencieux fut tout de suite embar­qué de force par le ser­vice des sécu­ri­té, cer­tai­ne­ment brie­fé pour l’oc­ca­sion.
On ne sait pas si l’a­thée com­pul­sif aura conquis beau­coup de voix ce jour-là. Il paraît qu’il est atten­du bien­tôt dans un temple, une syna­gogue et une loge maçon­nique. Il a com­men­cé par le plus difficile…Macron Lourdes - Juillet 2021

Jeudi 22 juillet 2021

« Une dic­ta­ture, c’est lors­qu’une mino­ri­té a le pou­voir sur la majo­ri­té », par cette petite décla­ra­tion, Jean Castex vient nous mon­trer deux choses.
• La pre­mière que l’on savait déjà, c’est que le réfé­ren­dum sur la consti­tu­tion de l’Europe, reje­té le 29 mai 2005 par près de 55% des Français, a été ensuite vali­dé par le par­le­ment à la demande de Sarkozy. M. Castex nous confirme bien que le pré­sident de l’é­poque a agi en dic­ta­teur, puisque selon ses termes « la mino­ri­té a eu le pou­voir sur la majo­ri­té ».
• Ensuite, pour ne plus être ennuyé par la mino­ri­té qui refuse le pass sani­taire, il suf­fit tout sim­ple­ment de l’empêcher de voter. L’amendement n° 850 dépo­sé par le dépu­té Joachim Son-Forget pro­po­sait que « les lieux d’exer­cice de la démo­cra­tie soient exclus des lieux dont l’ac­cès peut être inter­dit ». Le pas­se­port sani­taire ouvre une voie colos­sale à la neu­tra­li­sa­tion du pro­ces­sus démo­cra­tique puisque tous les bureaux de vote peuvent en l’é­tat actuel du pro­jet de loi, voir leur accès res­treint.
L’amendement a été reje­té… Vous n’êtes pas vac­ci­né ? Vous ne pour­rez peut être plus voter.Son-Forget - Démocratie

Vendredi 23 juillet 2021

Les dépu­tés ont donc voté cette nuit en faveur du très contro­ver­sé pass sani­taire, une des mesures phares du pro­jet de loi anti-Covid. Le texte a été adop­té par 177 voix contre 86. Moins de la moi­tié des dépu­tés (577) ont donc par­ti­ci­pé à ce vote très impor­tant, ceux-là même qui repro­chaient aux Français leur abs­ten­tion lors des der­nières élec­tions régio­nales et dépar­te­men­tales !
Les débats furent plus qu’a­ni­més, avec des oppo­si­tions chauf­fées à blanc par la vitesse qu’on leur impo­sait. Près de 1 200 amen­de­ments ont été pas­sés en revue depuis l’a­près-midi du 21 juillet, c’est dire avec quelle rapi­di­té ils ont été étu­diés !
En bref :
• licen­cie­ment des sala­riés non vac­ci­nés, exer­çant dans des éta­blis­se­ments rece­vant du public.
• soins à l’hô­pi­tal impos­sibles si non urgents.
• plus de res­tau­rant, plus de café, plus de ciné­ma, plus de théâtre, plus de parcs d’at­trac­tion
• plus de trans­ports publics longue dis­tance
• plus de visite au centre com­mer­cial
À noter qu’un amen­de­ment pré­voyant la sup­pres­sion du dis­po­si­tif pass sani­taire en cas de fin de l’é­pi­dé­mie a été reje­té.
Vous savez à quoi vous attendre. Vive la liber­té !
Rendez-vous demain dans les grandes villes de France.Amendement fin crise sanitaire

Samedi 24 juillet 2021

Bruxelles a décla­ré ces der­nières semaines la guerre aux pays du groupe de Visegrad, en par­ti­cu­lier à la Hongrie. Celle-ci est par­ti­cu­liè­re­ment visée à cause du pro­jet de loi visant à pro­té­ger les mineurs contre la pro­mo­tion de l’ho­mo­sexua­li­té. Ceci est insup­por­table pour l’é­lite mon­dia­liste, qui a lan­cé une pro­cé­dure d’in­frac­tion contre la Hongrie pou­vant mener à la sai­sine de la Cour de jus­tice de l’UE, puis à des sanc­tions finan­cières.
La meilleure réponse que pou­vait trou­ver Victor Orban, le pré­sident hon­grois était d’en appe­ler au peuple. Il a en effet annon­cé mer­cre­di la tenue pro­chaine d’un réfé­ren­dum et deman­dé le sou­tien des élec­teurs hon­grois sur cette fameuse loi.
Plusieurs ques­tions seront posées, comme par exemple s’ils acceptent que l’é­cole « parle de sexua­li­té à leurs enfants sans leur consen­te­ment », s’ils sou­tiennent « la pro­mo­tion des trai­te­ments de chan­ge­ment de sexe pour les mineurs » ou la « pré­sen­ta­tion sans res­tric­tion devant les mineurs de conte­nu média­tique à carac­tère sexuel qui affecte leur déve­lop­pe­ment ».
Le pré­sident hon­grois met ain­si l’UE en garde : « Si l’Union euro­péenne veut s’im­mis­cer dans les domaines cou­verts par les Constitutions natio­nales, cela pour­rait faire voler en éclat l’en­semble ». Enfin un pré­sident qui en a !Viktor Orban

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…
Patrice LEMAÎTRE

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

3 +  = 11