Le Système en place protège les siens

13 février 2021 | 4 Commentaires 

Une nou­velle affaire de pédo­phi­lie inces­tueuse, façon Olivier Duhamel, vise cette fois le pro­duc­teur fran­çais de télé­vi­sion, de musique, de ciné­ma et de spec­tacles Gérard Louvin. Son neveu a dépo­sé plainte contre son oncle et le mari de ce der­nier, Daniel Moyne, pour des faits de viol et com­pli­ci­té de viols par ascen­dant dont il aurait été vic­time alors qu’il était mineur. Il dévoile dans le jour­nal Le Monde « sa vie bri­sée » par l’inceste de son oncle. 

Deux autres plaintes pour viols sur mineurs visent éga­le­ment le pro­duc­teur de cinéma.

Mais contrai­re­ment à Olivier Duhamel qui a dis­pa­ru de tous les pla­teaux de télé­vi­sion et des dîners en ville, entraî­nant même dans sa chute Frédéric Mion, direc­teur de Sciences Po et le pré­fet d’Île de France, Marc Guillaume, Gérard Louvin, lui, se défend. Il accuse sa propre sœur d”« être der­rière tout ça ». Nice Matin lui ouvre ses colonnes en grand pour qu’il puisse s’exprimer :

Nice-Matin 13 février 2021 - Gérard Louvin prédateur sexuel

Il n’est pas de notre res­sort de por­ter un juge­ment à la place de la Justice qui doit mener l’en­quête. Nous nous éton­nons tou­te­fois que Nice Matin accorde autant de place à ce per­son­nage pour qu’il pré­sente sa défense.

Dans le même temps l’é­cri­vain essayiste tou­lon­nais Johan Livernette était incar­cé­ré pour vio­lence à l’en­contre de son ex-com­pagne. Cette incar­cé­ra­tion pose ques­tion lorsque l’on connait l’en­ga­ge­ment poli­tique et spi­ri­tuel de Johan Livernette. Celui-ci a publié un com­mu­ni­qué que per­sonne n’a repris, pas même Nice Matin. Alors Nice Provence Info, pre­mier site régio­nal de réin­for­ma­tion, le publie :

Droits et debout

18 mois de pri­son ferme : telle est la très lourde sanc­tion qui m’a été infli­gée le 5 février der­nier au tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Toulon. Mes deux rosaires par jour en garde à vue ajou­tés aux « Avé Maria » avant le juge­ment n’ont donc pas suffi.

Cette nou­velle doit sur­prendre ceux qui n’é­taient pas au cou­rant que je suis dans le col­li­ma­teur de la jus­tice depuis plu­sieurs semaines. J’ai en effet vécu, en peu de temps, de dures épreuves lors de deux gardes à vue de 48 heures cha­cune (soit 96 heures). Dans l’im­mé­diat, je me gar­de­rai de trop m’ex­pri­mer sur cette condam­na­tion abso­lu­ment scan­da­leuse au regard des faits repro­chés (vio­lences). Car il n’y a rien eu du tout concer­nant ces faits du 5 décembre et cela, toutes les per­sonnes pré­sentes le savent très bien. Que dalle. Du pipeau. Du ciné­ma. En une phrase : une simu­la­tion d’agression débou­chant sur une grave condamnation.

Ma per­son­na­li­té et mes idées poli­ti­co-reli­gieuses ont visi­ble­ment for­te­ment déplu au Parquet.

Mais cela ne consti­tue en aucun cas des faits méri­tant la pri­son. Être incar­cé­ré quand on a fau­té est déjà dif­fi­cile humai­ne­ment. Être incar­cé­ré sur une injus­tice est ter­rible. La véri­té fut la grande per­dante de mon juge­ment du 5 février.

Cette affaire qui m’a mar­qué à vie fera l’ob­jet d’un livre (un « roman ») où j’é­cri­rai tout ce que j’ai vécu, dans les détails, ces der­nières semaines : l’en­chaî­ne­ment des évé­ne­ments, les anec­dotes (drôles et sou­vent dra­ma­tiques), les ren­contres, les souf­frances et sur­tout : les tra­hi­sons. Trahison immense de la mère de mes enfants. Trahison éga­le­ment de l’un de mes proches qui a signé son témoi­gnage sans l’a­voir lu !

Le ven­dre­di 5 février, avec mon avo­cat, le valeu­reux et exem­plaire Philip Fitzgerald, nous avons donc per­du une bataille. Mais nous avons com­bat­tu avec digni­té, cœur et droi­ture, dans un esprit de véri­té et d’honnêteté. Et c’est bien cela qui importe. Vaincus certes, mais droits et debout, mal­gré l’in­jus­tice. Les 4 et 5 février, en amont de cette hon­teuse condam­na­tion, j’ai vécu des moments forts humai­ne­ment et émo­tion­nel­le­ment, auprès de mon avo­cat et d’un père de famille mar­seillais avec qui je me suis lié d’a­mi­tié dans les geôles.

Ici les gens ne com­prennent pas pour­quoi je suis là. Ici on souffre en silence, et dans cer­tains cas bruyam­ment. C’est dans ces moments dif­fi­ciles où on voit qui est qui, où je vais voir qui m’aime vrai­ment sin­cè­re­ment. Aujourd’hui, je suis un homme détruit. Je dois l’a­vouer. Mais demain sera un autre jour. Par mon exem­pla­ri­té au quo­ti­dien, j’espère pou­voir fêter Noël 2021 avec mes enfants. C’est mon objec­tif premier.

Je vous invite à m’é­crire le plus sou­vent pos­sible à cette adresse :
Centre péni­ten­tiaire Toulon – la Farlède
CS 10543
Livernette Johan
Numéro d’é­crou : 25532
83041 Toulon cedex 9

Je vous répon­drai volon­tiers. Nos échanges seront pré­cieux et cer­tai­ne­ment fruc­tueux.
Pour ceux qui veulent me sou­te­nir en ache­tant mes livres, mer­ci de les com­man­der aux édi­tions Saint-Rémi.

Que le Seigneur Jésus soit avec vous et avec votre esprit.

Johan Livernette

Johan Livernette

Page Facebook de Johan Livernette

Les Français qui sont atta­chés aux valeurs de la République ne man­que­ront pas de s’in­quié­ter de ces incar­cé­ra­tions d’é­cri­vains ou de méde­cins dis­si­dents dans l’in­dif­fé­rence poli­tique et le silence média­tique. Nous pen­sons notam­ment à Hervé Ryssen ou au Pr Jean-Bernard Fourtillan (lire à ce pro­pos Au secours, Staline revient ! Où ? En France ! du 15 décembre 2021).

Georges Gourdin

4 Commentaires 

  1. Écoeuré de ce sys­tème qui s’au­to-pro­tège dès qu’un des leurs est dans la mouise.
    Nice-Matin n’est qu’un tor­chon au ser­vice du pou­voir. Des véri­tés doivent sor­tir et c’est tant mieux, une autre socié­té doit voir le jour pour le bien­fait de tous, mer­ci à Nice Provence Infos de nous dire la véri­té sans détour.

    Répondre
  2. Sous un pré­texte fal­la­cieux on empri­sonne les écri­vains qui ont le tort de cher­cher et trou­ver la véri­té en ciblant la source du mal qui ronge la France. La véri­té fini­ra par triom­pher, notre jour viendra !

    Répondre
  3. D’un côté une vie bri­sée à jamais par des viols sodo­miques, de l’autre une femme qui pré­tend avoir été bat­tue plu­sieurs années après les faits.
    Nice Matin, comme plu­sieurs per­son­na­li­tés de la Bien Pensance, sou­tient le pédo­phile inces­tueux.
    On n’est pas encore sor­ti de l’auberge !

    Répondre
  4. La JUSTICE de la République pour­rie a encore frap­pé ! Deux écri­vains au trou qui aiment Jésus. Ryssen et lui ! Il est essen­tiel de lui écrire et de le sou­te­nir pour ceux qui le peuvent. Pendant ce temps les pédo­cri­mi­nels Duhamel et Berry-Benguigui et toute la clique encore dans les car­tons, les com­plices par leur silence sont libres et pas­se­ront en juge­ment dans 666 mil­lions d’années-lumière !
    Dieu vous punira !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

96 −  = 93