Michel Maffesoli : le peuple a raison de se rebeller

13 mai 2021 | Aucun com­men­taire

Les temps que nous tra­ver­sons confortent les ana­lyses que Michel Maffesoli nous pré­sente de livre en livre et que nous relayons tou­jours volon­tiers dans nos colonnes (voir ici).

Son der­nier opus, L’ère des sou­lè­ve­ments, (Éditions du Cerf) pro­longe et com­plète cette pen­sée lumi­neuse tout à la fois dra­ma­tique et pleine d’espoir. « Pour le meilleur et pour le pire, l’ère des révoltes a com­men­cé et ne ces­se­ra pas avant long­temps. »

Michel Maffesoli s’est entre­te­nu avec Breizh Info. Nous relayons volon­tiers cet entre­tien avec notre confrère.

Michel Maffesoli à Breizh Info : « Ce vita­lisme que l’élite ne veut pas voir me donne espé­rance » [Interview]

L’ère des soulèvements

de Michel Maffesoli et Michel Mouillard
184 pages – mai 2021

Dès les années 1980, Michel Maffesoli se fait l’observateur averti et implacable des temps postmodernes. Il annonce un effondrement social porteur d’un paradoxal retour des tribus, ce que prouveront les décennies suivantes. Il pronostique également que, profitant de la fin des idéologies, les élites au pouvoir entendent instaurer un ordre nouveau qu’il qualifie de totalitarisme doux. Ce que démontre l’actualité récente. De l’éruption des Gilets Jaunes devenus un phénomène international à la contestation globale de la gestion de la pandémie, des grèves émeutières pour contrecarrer le libéralisme mondialisé à la vague d’émotion planétaire suscitée par l’incendie de Notre-Dame, le sociologue du quotidien et de l’imaginaire traque, de son œil inégalé, le changement de paradigme que nous vivons. Le règne de la rationalité, de la technicité et de l’individualité agonise convulsivement sous nos yeux. Pour le meilleur et pour le pire, l’ère des révoltes a commencé et ne cessera pas avant longtemps. Cet essai flamboyant dit pourquoi et comment le peuple a raison de se rebeller.

Dès les années 1980, Michel Maffesoli se fait l’observateur aver­ti et impla­cable des temps post­mo­dernes. Il annonce un effon­dre­ment social por­teur d’un para­doxal retour des tri­bus, ce que prou­ve­ront les décen­nies sui­vantes. Il pro­nos­tique éga­le­ment que, pro­fi­tant de la fin des idéo­lo­gies, les élites au pou­voir entendent ins­tau­rer un ordre nou­veau qu’il qua­li­fie de tota­li­ta­risme doux. Ce que démontre l’actualité récente.
De l’éruption des Gilets Jaunes deve­nus un phé­no­mène inter­na­tio­nal à la contes­ta­tion glo­bale de la ges­tion de la pan­dé­mie, des grèves émeu­tières pour contre­car­rer le libé­ra­lisme mon­dia­li­sé à la vague d’émotion pla­né­taire sus­ci­tée par l’incendie de Notre-Dame, le socio­logue du quo­ti­dien et de l’imaginaire traque, de son œil inéga­lé, le chan­ge­ment de para­digme que nous vivons.
Le règne de la ratio­na­li­té, de la tech­ni­ci­té et de l’individualité ago­nise convul­si­ve­ment sous nos yeux. Pour le meilleur et pour le pire, l’ère des révoltes a com­men­cé et ne ces­se­ra pas avant long­temps.
Cet essai flam­boyant dit pour­quoi et com­ment le peuple a rai­son de se rebel­ler.

De Michel Maffesoli :

Michel Maffesoli – Être postmoderne

Michel Maffesoli - Être postmoderne

Michel Maffesoli – La Nostalgie du sacré

Michel Maffesoli - Nostalgie sacré

Michel Maffesoli – Le temps des tribus

Michel Maffesoli - Le temps des tribus

MIchel Maffesoli – La violence totalitaire

MIchel Maffesoli - La violence totalitaire

Michel Maffesoli – Écosophie

Michel Maffesoli - Écosophie

Michel Maffesoli & Hélène Strohl – La faillite des élites

Michel Maffesoli - Hélène Strohl - Faillitte élites

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

un +  = cinq