Régionales 2021 : la démocratie à la dérive

21 juin 2021 | 10 Commentaires 

Quelle est la légitimité de nos futurs élus régionaux ?

Thierry Mariani arrive en tête avec 38% devant Renaud Muselier 34%, oui mais 38 ou 34% de quoi ?
Thierry Mariani obtient 420 603 voix et Renaud Muselier 368 931 sur plus de 3,6 mil­lions d’ins­crits, ce qui nous donne en réalité :

Thierry Mariani Renaud Muselier
11% 10%

Tout doit être ana­ly­sé avec ce regard : au mieux nos élus ne repré­sentent plus que 10% des élec­teurs.

Nous ne sommes plus qu’une démo­cra­tie à 10% ! Ou bien, dit autre­ment, nous sommes non-démo­cra­tiques à une écra­sante majo­ri­té de 90 ! Vous pen­sez que c’est une vue de l’es­prit et que la démo­cra­tie se main­tient vaille que vaille. Mais c’est pire encore car nous par­tons de scores à plus de 30%. Que dire de nos élus qui n’at­teignent pas ces scores ? C’est le cas notam­ment de ladite « majo­ri­té pré­si­den­tielle », là où elle a osé affron­ter le suf­frage universel.

C’est la catastrophe !

Le par­ti au Pouvoir ne par­vient pas même à atteindre les 10% pour se main­te­nir au deuxième tour dans plu­sieurs Régions.

Région
Candidats
Nombre de voix % ins­crits % votants
Île de France Laurent Saint-Martin (vice-pré­sident de la com­mis­sion des Finances), Marlène Schiappa (ministre délé­guée auprès du ministre de l’Intérieur, en charge de la citoyen­ne­té), Amélie de Montchalin (ministre de la Transformation et de la Fonction publiques) et Nathalie Elimas (Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation natio­nale, char­gée de l’Éducation prioritaire) 256 142 3,54% 11,766%
Pays de Loire François de Rugy (ancien pré­sident de l’Assemblée natio­nale), Marc Fesneau (ministre délé­gué auprès du Premier ministre, char­gé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne)(1) 101 922 3,67% 12,53%
Nouvelle Aquitaine Geneviève Darrieussecq (ministre délé­guée auprès de la ministre des Armées, char­gée de la Mémoire et des Anciens combattants) 204 459 4,70% 12,46%
Grand Est Brigitte Klinkert (ministre délé­guée auprès de la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, char­gée de l’Insertion) 116 121 3,03% 10,77%
Hauts de France Laurent Pietraszewski (secré­taire d’État auprès de la ministre du Travail), Éric Dupond-Moretti (garde des Sceaux), Gérald Darmanin (ministre de l’Intérieur), Agnès Pannier-Runacher (ministre délé­guée auprès du ministre de l’Économie) 121 656 2,88% 9,14%
Centre-Val de Loire Marc Fesneau ( ministre char­gé des Relations avec le Parlement) 97 381 3,51% 11,97
Auvergne – Rhône Alpes Bruno Bonnell 169 056 3,13% 9,87%
Bourgogne-Franche-Comté Denis Thuriot 76 457 3,89% 11,69%
Bretagne Thierry Burlot 132 231 5,30% 14,84%

[Source : minis­tère de l’Intérieur]

Ainsi une ana­lyse simple et rigou­reuse nous conduit à dire que la « majo­ri­té » qui nous gou­verne ne s’ap­puie plus que sur moins de 5% des élec­teurs(2).
La pré­sence de ministres ou de secré­taires d’État sur les listes dites « majo­ri­té pré­si­den­tielle » n’a pas sau­vé la mise. Bien au contraire. C’est même dans les Hauts de Seine, où se pré­sen­taient les ministres réga­liens du gou­ver­ne­ment, Éric Dupond-Moretti (garde des Sceaux), Gérald Darmanin (ministre de l’Intérieur), que le score est le plus faible ! 2,88% ! Dans cette grande Région, le gou­ver­ne­ment, repré­sen­té par son Garde des Sceaux et son ministre de l’Intérieur, ne recueille pas même 3% de l’é­lec­to­rat. Ces deux ministres sont bien for­cés de s’in­ter­ro­ger sur leur légi­ti­mi­té.
Pour la Région Provence Alpes Côte d’Azur, la liste Muselier avait fusion­né avec la « majo­ri­té pré­si­den­tielle », ce qui peut conduire à avan­cer que la liste Macron a fait 0% (zéro pour cent), puisque Muselier ne fait qu’un score normal.

Pour Macron, cette élec­tion, c’est la Bérézina ! (notre illus­tra­tion à la une)

Malgré un appui popu­laire pres­qu’i­nexis­tant, le Pouvoir en place conti­nue de prendre des déci­sions majeures : pas­se­port numé­rique, vac­ci­na­tion bien­tôt obli­ga­toire, GPA, PMA, natu­ra­li­sa­tion en masse d’é­mi­grés clan­des­tins (et pour­quoi pas le droit de vote), théo­rie du genre dans les écoles, etc.

De nom­breuses per­sonnes consi­dèrent que Macron est arri­vé au pou­voir de manière abu­sive (lire Un putsch sans sol­dats du 9 mai 2021). Macron a usur­pé le Pouvoir. L’élection d’hier en consti­tue la démons­tra­tion nette et indiscutable.

Le Pouvoir légal n’est plus légitime.

Voilà pour­quoi ce Pouvoir doit être mis sous tutelle le plus tôt pos­sible afin de mettre fin à ses dérives tota­li­taires. Puis les Français doivent se prendre par la main pour redon­ner à leurs élus la légi­ti­mi­té qu’ils doivent avoir. Sans quoi il n’y aura tou­jours pas de démo­cra­tie. Il n’y a tout sim­ple­ment pas de vie sociale pos­sible sans la légi­ti­mi­té des élites.

Georges Gourdin

(1) « Participation citoyenne » ! Ce ministre a raté quel­que­chose.
(2) Il ne s’a­git pas d’une erreur. Vous avez bien lu « 5% » (cinq pourcent) et non pas « 50% » !

10 Commentaires 

  1. Pour res­ter dans l’ac­tua­li­té et notam­ment la soi-disant crise sani­taire et l’o­bli­ga­tion de vac­ci­na­tion de nos enfants après déres­pon­sa­bi­li­sa­tion offi­cielle de nos repré­sen­tants et autres res­pon­sables par : « le consen­te­ment éclai­ré » !
    je per­siste à dire qu’un homme « éclai­ré » ne devrait pas faire dépendre l’a­ve­nir des ses enfants à des élec­tions avec des résul­tats tru­qués.
    Un homme « éclai­ré » a com­pris que le RN est un par­ti poli­tique nor­mal et répu­bli­cain.
    Enfin, un homme « éclai­ré » sait qu’au final, c’est tou­jours les forces géné­rées par le nombre qui gagnent.
    En atten­dant, c’est une gageure de croire que s’en tenir aux élec­tions revient à lais­ser à d’autres le soin de faire ce que l’on sait qu’ils ne feront pas ou qu’ils ne pour­ront pas faire.
    C’est une absence totale de cou­rage.
    Pour reprendre Michel LOMME : « Il y a des moments dans l’Histoire où les indi­vi­dus ne doivent plus délé­guer à quelques uns la capa­ci­té de déci­der de l’avenir de tous. Il y a des moments où les indi­vi­dus doivent reprendre leur des­tin en main. Nous sommes à ce moment.. »

    Répondre
  2. Excellent article qui donne un éclai­rage de la réa­li­té hors des « influen­ceurs » que sont les médias, les son­dages et les « experts » de pla­teau et qui n’ont pour objec­tif que leur « gamelle ».
    Certes nous allons beau­coup rire en avril 2022 car il y a encore des gens qui y croient ! Quel constat conster­nant ! Lorsque la poli­tique est un « job », il ne faut pas s’é­ton­ner que cer­tains le fassent bien. Je fais le pari de l’ap­pa­ri­tion pro­vi­den­tielle d’un « devoir de vote » qui fera suite au droit de vote. Certains vont cher­cher les morts ! Ce ne sera plus néces­saire, le vote élec­tro­nique est tel­le­ment plus simple à « pira­ter ». Comme d’ha­bi­tude depuis la fin de la 5° répu­blique (départ de de Gaulle), les élec­tions sont une vaste « fumis­ta­rade » (fumis­te­rie /​mas­ca­rade). Voter, ne pas voter, ce n’est même pas la ques­tion !
    Le CEMA ne s’est pas trom­pé, il a bien fait de par­tir. Le job ne va pas être facile à tenir en 2022, l’ar­mée va devoir faire des choix car l’o­li­gar­chie va lui deman­der de tirer sur le peuple qu’elle est cen­sée pro­té­ger. Les FDS seront dépas­sées. Non pas qu’elles vont choi­sir un camp car il y a déjà bien long­temps qu’elles ont ven­du leur âme au diable mais sim­ple­ment qu’elles n’ont plus les moyens de leurs missions.

    Répondre
  3. Qui peut encore oser par­ler de démocratie ???

    Répondre
  4. À mon avis ce sys­tème de démo­cra­tie repré­sen­ta­tif vit ces der­niers moments. Une crise ins­ti­tu­tion­nelle très grave arri­ve­ra due sans doute à un réveil mas­sif des citoyens. Quelle puis­sance aura ce sur­saut ? Ou Macron cher­­chait-il à pro­vo­quer ce réveil du peuple pour mieux rebon­dir et reprendre la situa­tion en main ? Toutes les hypo­thèses sont sur la table, en tout cas le monde ne sera plus comme avant, je suis per­sua­dé que le Bien triom­phe­ra quand même et qu’il y aura un pro­cès inter­na­tio­nal contre tous ces oli­garques, cette fois-ci il faut y croire.

    Répondre
  5. Une élec­tion avec une mino­ri­té n’est pas une élec­tion démo­cra­tique et légitime.

    Répondre
  6. Mais bien sûr que Macron est un usurpateur !

    Répondre
  7. Pour la pre­mière fois de ma vie, je ne me suis pas dépla­cée hier. Comment dire ? Pas sen­tie concer­née.
    Toutefois, un constat m’in­ter­pelle : après la crise « sani­taire » que nous venons de vivre, tous les SORTANTS ont été réélus !!!
    C’est-à-dire tous ceux qui, avant et pen­dant la crise, étaient aux manettes ! ? ?
    Les gens sont-ils donc si naïfs ?

    Répondre
    • Réponse à Kim :
      Il est vrai que tout ceci est déses­pé­rant, mais — quand même — le gou­ver­ne­ment a été sanc­tion­né.
      Que fera-t-il à pré­sent ?
      Il est pro­bable qu’il conti­nue comme si de rien n’é­tait : « Si c’est “oui”, nous dirons : on pour­suit ; si c’est “non”, nous dirons : on conti­nue ! » par le pré­sident de la Commission euro­péenne, jus­qu’à ce que tout pète.

  8. Hier je n ai pu voter
    Je me suis pré­sen­té à 8 heures 30 pour voter bureaux fer­més
    Il man­quait deux pré­si­dents je suis res­té comme beau­coup d’autres jus­qu a 9heures 30, 40
    Les pré­si­dents tou­jours absents
    Honteux
    Par contre les béné­voles était tous là
    Cela c’est pas­sé à l’é­cole de la Parade Chemin de Palama 13013 Marseille
    Peuple tes notables te crachent à la figure

    Répondre
  9. Pour que l’on parle de démo­cra­tie encore fau­drait il que la consti­tu­tion donne la sou­ve­rai­ne­té au Peuple ce qui n’est pas le cas du tout. Depuis l’a­vè­ne­ment de la révo­lu­tion ban­caire et franc-maçonne et en aucun cas Française, nous sommes une fois encore dans une escro­que­rie per­ma­nente de ces lar­bins de la secte mon­dia­liste et sata­niste. Bravo aux abs­ten­tion­nistes et dom­mage que tant de nos com­pa­triotes se soient dépla­cés pour se faire trom­per ENCORE et en légi­ti­ment la mas­ca­rade démocratique.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

64 − 55 =