Macron ne peut plus compter sur la complicité des syndicats

19 juillet 2021 | 5 Commentaires 

Le Pouvoir compte sur tous ses relais de com­pli­ci­té pour déployer son plan de contrôle numé­rique de la popu­la­tion : tous les par­tis poli­tiques ran­gés, y com­pris les Insoumis, les médias sub­ven­tion­nés bien enten­du, les Français dont le cer­veau est déla­vé, les artistes car­rié­ristes, les syn­di­cats sous per­fu­sion, etc.

Les syndicats ? Pas si sûr !

Plusieurs d’entre eux sortent de l’or­nière et s’op­posent ouver­te­ment au plan tyran­nique de vac­ci­na­tion obli­ga­toire. C’est le cas des sept prin­ci­paux syn­di­cats des sapeurs pom­piers qui publient ce communiqué :

Les sept principaux syndicats des sapeurs pompiers

La CGT aus­si que nous avons contac­tée condamne le plan de vac­ci­na­tion obli­ga­toire, même si le dis­cours reste avant tout quan­ti­ta­tif. La CGT rap­pelle :
• qu’elle a tou­jours exi­gé que les bre­vets qui pro­tègent les « vac­cins » entrent dans le domaine public et que l’argent ain­si éco­no­mi­sé finance la san­té des Français et non pas les grands labo­ra­toires phar­ma­ceu­tiques ;
• qu’im­po­ser la vac­ci­na­tion contre le Covid-19 aux per­son­nels soi­gnants serait une déci­sion auto­ri­taire et irresponsable.

Les sept principaux syndicats des sapeurs pompiers

Avant même tout débat à l’Assemblée Nationale sur l’in­croyable séquence de confi­ne­ment que nous avons vécue, nous refu­sons que le gou­ver­ne­ment fasse por­ter la res­pon­sa­bi­li­té des per­son­nels hos­pi­ta­liers dans la trans­mis­sion du virus SARS.COV2.
À ce jour, les dis­po­si­tions légales pré­vues par l’ar­ticle L 1111–4 du Code de la Santé Publique pré­voient que toute per­sonne a le droit de refu­ser ou de ne pas rece­voir un trai­te­ment.
Nous affir­mons que chaque pro­fes­sion­nelle de san­té doit prendre seule cette déci­sion au regard du béné­fice et du risque.
Imposer la vac­ci­na­tion contre le Covid-19 aux per­son­nels soi­gnants serait une déci­sion auto­ri­taire et irresponsable.

Même si le dis­cours est très caté­go­riel, le mes­sage est clair.

Ces syndicats iront-ils au rapport de force frontal si le gouvernement impose son plan totalitaire de vaccination généralisée qui commencera par les personnels soignants ?

Aux Antilles toutes les orga­ni­sa­tions syn­di­cales de san­té (CGTM, la CDMT, Force Ouvrière, UGTM, USAM, Convergences et un syn­di­cat des infir­miers libé­raux) sont déjà entrées dans le rap­port de force en dépo­sant un pré­avis de grève illi­mi­tée pour le 21 juillet 2021.

Emmanuel Macron a encore plus d’un tour dans son sac. Mais il est aus­si beau­coup plus fra­gi­li­sé que lors de l’é­mer­gence de la contes­ta­tion des Gilets Jaunes, notam­ment à cause de l’absence totale de légi­ti­mi­té démo­cra­tique confir­mée d’é­lec­tion en élec­tion, et notam­ment bien sûr depuis les récentes élec­tions régio­nales. Un Pouvoir qui ne s’ap­puie plus que sur moins de 10% des citoyens pour­ra-t-il impo­ser par la force des mesures aus­si dra­co­niennes qu’une injec­tion d’une potion sus­pecte à l’en­semble de la population ?

Macron, c’est pas gagné !

Massimo Luce

5 Commentaires 

  1. @Teddybron..
    Exactement, bien dit

    Répondre
  2. Bof ! Les syn­di­cats sont métastasés.

    Répondre
  3. Que les syn­di­qués se méfient de leur hié­rar­chie. Ils sont cor­rom­pus jusque dans leur ADN de lar­bins du Système. Que les syn­di­qués s’u­nissent de façon hori­zon­tale et sur­tout il faut déga­ger le haut de la pyra­mide qui ne sert à RIEN ! Arrêtez d’être de droite ou de gauche, soyez juste pour le Bien Commun, car les com­mu­nistes ont tou­jours semé la mort et la misère. Avant nous avions l’URSS aujourd’­hui le Parti Communiste Chinois, tous deux créa­tion des Rothschild, et la droite de Marine le Pen est une escro­que­rie communiste.

    Répondre
  4. On aime­rait vous croire… Mais la méthode Coué ne suf­fi­ra pas : Macron gagne­ra !
    J’étais dans les mani­fes­ta­tions anti-pass sani­taire à Nice et l’attitude des gens face à ce défi­lé contes­ta­taire en disait long sur leur sou­mis­sion déjà acquise : regards désap­pro­ba­teurs majo­ri­taires, aga­ce­ment, mépris, remise pré­ci­pi­tée du masque, chan­ge­ment de trot­toir, fuite (par­fois en cou­rant) et même prises à par­tie !
    Non, Macron ne s’appuie pas sur moins de 10% des citoyens. Au contraire, dans cette affaire il a une grande majo­ri­té de trouillards et de consom­ma­teurs égoïstes der­rière lui ! Et il le sait. La fai­blesse de la contes­ta­tion lui en a don­né la preuve… et de l’assurance.
    Tôt ou tard, il fa fal­loir retrous­ser sa manche, hélas…

    Répondre
    • « Tôt ou tard, il fa fal­loir retrous­ser sa manche, hélas… »
      C’est donc bien de votre propre lâche­té dont vous par­lez.
      Ce que vous n’a­vez pas sai­si c’est que ce n’est pas une his­toire de chiffre et de nombre.
      Même si je suis le der­nier à refu­ser cette injec­tion, je la refu­se­rai, et tous mes com­pa­triotes sont dans la même logique, quel qu’en soit le prix à payer.

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

 − 1 = 3