Agnès Buzyn mise en examen… est-ce bien une surprise ?

12 sep­tembre 2021 | 2 Commentaires 

Tout d’a­bord, il est inté­res­sant de noter qu’elle n’est jamais que la onzième membre du gou­ver­ne­ment à avoir maille à par­tir avec la Justice depuis que Macron est pré­sident.

Petit rap­pel pour les scep­tiques :
• Au tout début du règne, François Bayrou soup­çon­né d’emplois fic­tifs,
Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard rému­né­rées par des fonds du Parlement euro­péen tout en tra­vaillant pour le Modem, sont mis en exa­men. Marielle de Sarnez étant décé­dée depuis, il est à noter que ces membres du Modem ont été plus res­pec­tueux de la règle dic­tée par Macron ( rap­pel : une pour­suite judi­ciaire entraîne une démis­sion), que les coti­sants au par­ti du Président qui vont s’ac­cro­cher à leur poste !
• Ou même mieux pour Richard Ferrand, contraint de démis­sion­ner de son poste de ministre de la cohé­sion des ter­ri­toires pour avoir loué au nom des Mutuelles de Bretagne des locaux qui appar­te­naient à sa com­pagne ! Coup de chance pour lui, la pré­si­dence de l’Assemblée venait de se libé­rer après la démis­sion de…
François de Rugy mis en exa­men pour « prise illé­gale d’in­té­rêts ».
• « Prise illé­gale d’in­té­rêts » éga­le­ment pour Sébastien Lecornu, char­gé des outre-mers,
• ain­si que pour Olivier Dussopt secré­taire d’État à la Fonction Publique, visé par une enquête du fameux Parquet National Financier éga­le­ment pour « cor­rup­tion ».
Gérald Darmanin, dont les affaires de mœurs ont été clas­sées sans suite jus­qu’à pré­sent, sera de nou­veau confron­té à une de ses accu­sa­trices qui a obte­nu la relance des inves­ti­ga­tions à son égard.
Alain Griset, ministre char­gé des PME convo­qué devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel pour des « trous de mémoire » dans ses décla­ra­tions fis­cales (tout comme Roselyne Bachelot d’ailleurs).
• Et pour finir, le plus gros pois­son, Éric Dupont Moretti, ministre de la Justice, mis en exa­men lui aus­si pour « prise illé­gale d’in­té­rêts » à qui Jean Castex a renou­ve­lé bien enten­du toute sa confiance.

Je n’a­joute pas encore à la liste, Jérôme Salomon, Olivier Véran, Sybeth N’Daye ou Édouard Philippe, qui attendent sage­ment leur tour, des mil­liers de plaintes ayant été dépo­sées d’a­près François Molins, le deuxième magis­trat de France !

Après la déci­sion de Justice concer­nant Agnès Buzyn, des voix se sont éle­vées contre le fait que l’ac­tion poli­tique d’un membre du gou­ver­ne­ment puisse être jus­ti­ciable. Certains dépu­tés de la majo­ri­té mon­tant au cré­neau pour les défendre les jus­ti­cialbes. Comme je l’ai écrit dans « ma semaine du 5 sep­tembre », la Cour de Justice de la République est com­po­sée de 15 juges élus par l’Assemblée Nationale et le Sénat… C’est un peu comme si on fai­sait juger Abdeslam par un imam de Seine St Denis…

De plus, je vou­drais rap­pe­ler à tous ces défen­seurs de l’in­dé­fen­dable qui se drapent toute l’an­née de la ban­nière des « valeurs répu­bli­caines », que ladite République (au sens large) est née du pro­cès tru­qué de Louis XVI, fonts bap­tis­maux que per­sonne ne remet en cause ! Et en conti­nuant à cher­cher la petite bête, si on ne peut pas condam­ner l’ac­tion poli­tique d’un gou­ver­ne­ment, quid des lois de Nuremberg, du pro­cès de Pétain, ou de celui de Ceausescu ? Un ami à qui je fai­sais la remarque, me répon­dit : « Oui, mais il y avait dans ce cas des mil­liers de vic­times… ». Mais c’est jus­te­ment ce qui est repro­ché à Buzyn et consorts : des mil­liers de vic­times, par leur inca­pa­ci­té ? ou par leur volon­té ? C’est un autre pro­blème… qui se tran­che­ra plus tard.

Patrice LEMAÎTRE

2 Commentaires 

  1. La CJR est une mas­ca­rade comme les effets de manche que sont les créa­tions de nuées d’or­ga­nismes soi-disant « indé­pen­dants » qui n’ont pour objec­tif que de noyer le pois­son et d’as­su­rer à chaque fois un peu plus l’im­pu­ni­té à ces ver­rues qui empêchent la France de « mar­cher » droit.

    Répondre
  2. Tout cela est du ciné­ma, on dis­trait la gale­rie, une fois de plus et comme pour les autres, elle ne sera que très légè­re­ment répri­mée, avec du sur­sis ou une peine légère qu’elle n’ef­fec­tue­ra pas.
    Restons concen­trés sur le plus impor­tant, leur condam­na­tion par le Peuple vien­dra en temps voulu.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *