Le Rassemblement National doit avoir le courage d’écarter son handicap majeur…

par | 20 octobre 2021 | 4 Commentaires 

… Marine Le Pen !

C’est ce que pro­pose Marcel Vandenberghe.

La pers­pec­tive des élec­tions pré­si­den­tielle fait res­sor­tir une nou­velle donne dans la ten­dance de l’é­lec­to­rat : la mon­tée en puis­sance du camp des patriotes qui ne veut pas voir dis­pa­raître la France que nous ont léguée nos Anciens. Cet élec­to­rat majo­ri­taire peut gagner contre Emmanuel Macron qui déteste les Français mais cet élec­to­rat se déchire au risque de tout perdre, ce à quoi s’emploie bien enten­du l’hôte de l’Élysée, can­di­dat à sa propre succession.

Éric Zemmour ne dis­pose pas de la logis­tique et de l’in­fra­struc­ture d’un par­ti, ce qui est peut-être un atout, mais en tout cas un han­di­cap. Il lui man­que­ra l’in­dis­pen­sable : une implan­ta­tion locale et natio­nale. Certes c’é­tait le cas de Macron en 2016, mais celui-ci s’ap­puyait sur une logis­tique média­tique lourde et effi­cace qui lui a fait rem­por­ter coup sur coup la pré­si­den­tielle et les légis­la­tives qui sui­virent. Pour le moment ce n’est pas le cas de Zemmour.

Le Rassemblement National n’a pas de cham­pion cha­ris­ma­tique. Marine Le Pen a cruel­le­ment déçu par sa vul­ga­ri­té et son incom­pé­tence. Elle est une machine à perdre ! Le remake du débat Macron – Le Pen est un cau­che­mar pour les patriotes, même si c’est le rêve des deux pro­ta­go­nistes.

Pourtant, ce par­ti a réus­si à s’im­plan­ter ter­ri­to­ria­le­ment au fil des années.

Députés euro­péens 21 /​79
Conseillers régio­naux 225 /​1758
Conseillers dépar­te­men­taux 24 /​4108
Maires de com­munes de plus de 30 000 habitants 2 /​279

Il y a une solution !

Le Rassemblement National est actuel­le­ment sta­tu­tai­re­ment dans les mains de Jordan Bardella, Marine Le Pen lui ayant confié la pré­si­dence. C’est la planche de salut. Qui va à la chasse perd sa place. En son temps, celle-ci a su se débar­ras­ser de son père pour dédia­bo­li­ser son par­ti, croyait-elle. Le Rassemblement National doit avoir à pré­sent le cou­rage d’é­car­ter son nou­vel han­di­cap Marine Le Pen. Il doit s’al­lier avec Zemmour et se ran­ger der­rière sa can­di­da­ture chaque jour plus cré­dible.

L’homme sus­cite un indé­niable suc­cès popu­laire, voire de la fer­veur, par­tout où il se déplace. Lui seul pour­ra réunir cette grande famille fran­çaise, celle des patriotes. Il est le seul à pou­voir ras­sem­bler, sans arrière-pen­sées d’é­gos ou de car­rié­risme poli­tique, les vel­léi­tés éparses de Nicolas Dupont-Aignan à Florian Philippot en pas­sant par François Asselineau et d’autres encore, car on se bous­cule pour faire par­ler de soi. Cette dyna­mique gagnante peut même atti­rer quelques per­son­na­li­tés en pro­ve­nance de chez Les Républicains qui sau­ront se posi­tion­ner à temps sur la bonne barque.

Coup double :

• Les par­tis Rassemblement National, Debout la France, Les Patriotes… arrivent aux res­pon­sa­bi­li­tés sous la même ban­nière « La France peut rede­ve­nir la France », appor­tant leurs ancrages régio­naux.
• Les déjà élus, comme Mariani, Vardon, Ravier, Collard, Juvin et bien d’autres per­sonnes de qua­li­té gardent leurs man­dats et ren­forcent leur assise.

Il y aura des tran­sac­tions, sou­vent dif­fi­ciles, Zemmour sau­ra mener la danse. Il sélec­tionne les têtes pour les légis­la­tives à suivre, nomme les pré­fets, etc. Il y aura du pain sur la planche pour tout le monde.

Nul doute que des per­son­na­li­tés de la vie publique pour­ront éga­le­ment s’a­gré­ger, des jour­na­listes comme Bock-Côté, D’Ornella, Cluzel, des artistes qui n’at­tendent que cela.

La France peut rede­ve­nir la France, mais pour cela le Rassemblement National doit lever le verrou.

Marcel Vandenberghe

4 Commentaires 

  1. Ni le Pen ni l’al­gé­rien qui déteste les musul­mans et deve­nu fran­çais avec le décret Crémieux. Françoise vous n’a­vez encore pas com­pris que tous ces cor­rom­pus font le jeu des enne­mis de la France.

    Répondre
    • Liberté d’ex­pres­sion :
      Ah bin alors ? QUI fait le jeu de la France ?

    • « L’algérien qui déteste les musul­mans », elle est bien bonne…
      Des « Algériens » comme ça, il y en a des mil­lions en France, qui n’ont pas de double-natio­­na­­li­­té et qui ne seront jamais accueillis dans le pays où ils sont nés et où sont nées plu­sieurs géné­ra­tions de leurs familles avant eux et pour­tant ils sont par­tis en lais­sant tout, ils étaient juste cou­pables d’a­voir rêvé d’une vie meilleure, d’a­voir vou­lu habi­ter une autre terre en la fai­sant fruc­ti­fier… Tiens ça me fait pen­ser…
      Concernant la détes­ta­tion des musul­mans que vous citez, je ne crois abso­lu­ment pas que Zemmour déteste les musul­mans, il veut juste que la France reste la France comme l’Algérie a vou­lu res­ter l’Algérie. C’est juste du bon sens, qui est en voie de dis­pa­ri­tion en ce moment.

    • Zemmour ne déteste pas les musul­mans : il déteste ceux qui détestent la France !

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.