20 octobre 2021 : journée noire de la République

21 octobre 2021 | 5 Commentaires 

Dans la nuit du 20 au 21 octobre 2021, les élus du Peuple ont voté l’abrogation des libertés sine die

La_Revolution_francaise

Toutes ces guerres, toutes ces luttes, tous ces « Morts pour la France », tous ces dis­cours, tout ça pour en arri­ver là, en cette nuit sinistre du 20 octobre 2021 : ce qu’il reste des repré­sen­tants de ce qu’il reste du Peuple a auto­ri­sé, à une voix près — 74 contre 73 ! — le gou­ver­ne­ment à pro­lon­ger sine die l’u­sage du passe numé­rique sous faux dra­peau sani­taire ! Dit autre­ment :
les élus du Peuple ont approu­vé la res­tric­tion des liber­tés au Peuple sous un pré­texte chimérique.

Du reste, qu’im­porte que le virus Covid 19 soit deve­nu à peu près aus­si viru­lent qu’une bonne grippe. Le gou­ver­ne­ment entend gar­der la pos­si­bi­li­té de recou­rir à des mesures excep­tion­nelles pour endi­guer une éven­tuelle nou­velle vague de l’é­pi­dé­mie. On connait hélas la musique. Dit autre­ment :
le passe numé­rique est main­te­nu au cas où

Du jamais vu. C’est comme si on vous disait : « Continuez de rouer à 30 à l’heure pen­dant l’ou­ra­gan » alors qu’il n’y a pas d’ou­ra­gan. Pire, au lieu de lever cette res­tric­tion absurde, les élus du peuple pro­clament : « Il faut conti­nuer de rou­ler à 30 à l’heure au cas où l’ou­ra­gan reve­nait ! »

Un peu plus de 200 ans après l’ins­tau­ra­tion de la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive, les repré­sen­tants du Peuple (enfin ceux qui sont dési­gnés comme tels à la suite d’un pro­ces­sus opaque et ritua­li­sé) s’é­rigent contre le Peuple pour mettre fin à ses liber­tés fon­da­men­tales de cir­cu­ler, de tra­vailler, de se nour­rir, de se soi­gner, de se culti­ver (lire Le retour à la bar­ba­rie du 7 août 2021). Il fal­lait cette ultime pro­vo­ca­tion pour que les Français com­prennent — peut-être — enfin à quel point ils sont ber­nés. Hélas il n’est pas sûr qu’ils com­prennent bien ce qui leur arrive, tel­le­ment ils semblent appré­cier leur soumission.

http://www.cartoongallery.eu/englishversion/gallery/brazil/carlos-amorim/?show=slide

Carlos Alberto da Costa Armorim (cari­ca­tu­riste bré­si­lien né en 1964)

Les Français étaient en droit d’attendre la fin annoncée du passe liberticide. Ils se trompaient !

La situa­tion sani­taire ne jus­ti­fie plus du tout de telles mesures d’une telle ampleur. Le Pouvoir pour­suit un plan qui n’a rien à voir avec la situa­tion sani­taire. Virus ou pas, variant ou pas, le Pouvoir n’a pas du tout l’in­ten­tion d’a­bro­ger ce passe numé­rique qui est dans les plans de l’Europe de Bruxelles. Ce qui nous est pris sur nos liber­tés ne nous sera pas restitué.

Cliquet

Clic-clac, clic-clac… rien ne nous sera jamais restitué

Ces évé­ne­ments aus­si graves se déroulent dans une apa­thie sidé­rante. Le peuple fran­çais est encore majo­ri­tai­re­ment com­po­sé de « Gaulois réfrac­taires ». C’est Macron qui le dit. Où sont-ils pas­sés ces « Gaulois réfrac­taires » ? Il ne reste à espé­rer qu’une chose, c’est qu’ils pré­parent la pro­chaine révolution.

Georges Gourdin

5 Commentaires 

  1. Monsieur Gourdin, comme tou­jours, je suis entiè­re­ment d’ac­cord avec vous. Merci pour votre constance dans votre – notre – com­bat pour la libé­ra­tion, au risque d’une révo­lu­tion, que je crois d’ailleurs inévi­table et salu­taire, appe­lée à rame­ner la popu­la­tion de la France à son vrai niveau – 35–36 mil­lions – en la sou­hai­tant ardem­ment la moins meur­trière possible.

    Répondre
  2. Les gou­ver­ne­ments et les médias en tous genres ont contri­bué à la pro­pa­gande pour créer des assis­tés au crane vide.
    C’est la posi­tion actuelle de la Chine reprise par cer­tains pays du monde.

    Répondre
  3. Vue leur lâche­té, les Français auront ce qu’ils méritent !!!

    Répondre
  4. Actuellement c’est « Roulez avec des pneus neige » alors qu’il n’y a pas de neige.

    Répondre
  5. Les gou­ver­nants ont créé des géné­ra­tions d’as­sis­tés, de sans idées. Ces gens ne com­prennent pas qu’a­près avoir fait main basse sur leur argent, on leur enlève à grands pas leurs libertés.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

vingt neuf −  = vingt six