Cagnes-sur-Mer : pour Louis Nègre, le béton, c’est écolo !

par | 28 novembre 2021 | 1 com­men­taire

Le béton décarboné, un argument béton à Cagnes-sur-Mer pour… bétonner toujours plus

La ville de Cagnes-sur-Mer va concou­rir pour obte­nir le label ÉcoQuartier du Ministère de la Transition éco­lo­gique. Encore une usine à béton pour accé­der à ce titre ver­tueux qui devrait satis­faire les éco­los cagnois.
Label Éco-quartierCe 26 novembre, en son Espace Centre, les Cagnois étaient invi­tés par le maire Louis Nègre à une réunion publique. Il faut dire que dans son pré­am­bule, après rien moins que 3 cycles de confé­rences et 22 séances de concer­ta­tion publique, la der­nière mou­ture d’a­près Covid est pré­sen­tée ce soir aux Cagnois. Une cen­taine de per­sonnes étaient pré­sentes. Il faut dire qu’à Cagnes les immeubles poussent comme des cham­pi­gnons et les habi­tants s’in­quiètent de voir leur ville à dimen­sion humaine se trans­for­mer en mégalopole.

Après une heure de mono­logue du maire bâtis­seur et endor­mis­se­ment de la salle, une pré­sen­ta­tion en info­gra­phie du pro­jet a duré quelques minutes, comme un coup de sif­flet bref. À peine sor­ti de sa tor­peur, le public encore un peu réveillé a pu poser quelques ques­tions pen­dant 15 minutes… et ren­trer à la mai­son étour­di par tant de pro­pos verdoyants.

Louis Nègre - Éco-quartier - Béton écologique

Le maire n’a pas ména­gé ses effets de manche pour vendre son projet

Sur les sept hec­tares sis en plein centre-ville, dame nature se ver­ra offrir :
• un hôtel à insectes pour nos amies les libel­lules
• deux cani­dromes pour nos amis les tou­tous (un pour petits chiens lents type chi­hua­hua et un pour chiens rapides type lévrier)
• un jar­din d’en­fants pour nos amis les bout’­choux
• 300 arbres dans la ville

Arbre-dans-la-ville

Comme un arbre dans la ville
Je suis né dans le béton
Coincé entre deux maisons

Fort de ces ali­bis en béton, pour le reste, ce sera 490 loge­ments dont :
• 265 loge­ments en acces­sion
• 84 loca­tifs sociaux (quelle auto­ri­té les attri­bue­ra ?)
• 31 loge­ments étu­diants
• 110 loge­ments séniors (Les Jardins d’Arcadie pour riches retrai­tés)
• un équi­pe­ment cultu­rel et une mul­ti­tude de com­merces, bureaux…

Du béton nous dit-on, oui mais :
avec des toits végé­ta­li­sés, type herbes folles. Nul doute que, vu d’a­vion ou par quelques oiseaux migra­teurs, ce quar­tier de La Villette res­sem­ble­ra à une prai­rie accueillante et apai­sée. Après que les grues auront mon­té les étages, les grues pour­ront venir s’y poser.
avec du béton dé-car-bo-né. Que dire ? Sans doute du béton issu de l’a­gri­cul­ture rai­son­née. Espérons qu’entre autres qua­li­tés, ce béton vert sera bio­dé­gra­dable.

Ce nou­vel espace va drai­ner chaque jour des mil­liers de visi­teurs. Pour ce qui est de la cir­cu­la­tion dans le sec­teur, le centre-ville est déjà satu­ré d’embouteillages, en par­ti­cu­lier aux heures de bureau. On n’ose ima­gi­ner ce que sera demain, enfin pour les gens qui tra­vaillent. Ce à quoi le maire rétorque que c’est pareil dans toutes les grandes villes du dépar­te­ment : argu­ment impa­rable. Et puis, pour accé­der à cet « îlot natu­rel », il y a la « mobi­li­té propre » (nov­langue tra­duc­tion : le vélo et la marche à pied) et bien sûr le tram à venir. Lequel tram sera lui aus­si en site propre, com­pre­nez que les rues lui seront entiè­re­ment attri­buées, sans autos. Ça va être un beau b…

Enfin, selon le maire, cela va faire grim­per le prix de l’im­mo­bi­lier du coin. Bonne nou­velle, vous pour­rez revendre votre deux-pièces et vous offrir un grand cha­let dans les alpages.

« Il faut se méfier de ceux qui ont des cer­ti­tudes, qui ne doutent jamais, des gens en béton : la moindre fêlure dans le mur peut entraî­ner la chute de toute la mai­son. » Tahar Ben Jelloun.

Laisse béton, Louis, laisse nous respirer.

Michel Lebon


Lire éga­le­ment : Métropole Nice Côte d’Azur : et si l’on arrê­tait de béton­ner ? du 2 novembre 2019

1 commentaire

  1. Tellement vrai ! Cagnes sur Mer, 30 000 habi­tants en 1975, 50 000 aujourd’hui.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.