Les manipulations éculées du Pouvoir à l’encontre de Zemmour

par | 8 décembre 2021 | 3 Commentaires 

Imaginez un soir de match de foot­ball du PSG. Une quin­zaine de Marseillais, en blou­sons noirs et cas­quettes, viennent s’ins­tal­ler dans une des tri­bunes réser­vées aux dif­fé­rents clubs de sup­por­ters de l’é­quipe qata­ri. Dès le coup de sif­flet enten­du, ces Marseillais tombent le blou­son pour appa­raître en maillots bleu et blanc flo­qués du sigle de l’OM, et déve­loppent une ban­de­role où l’on peut gra­cieu­se­ment lire : « PARIS, PARIS, ON T’EN… », for­mule cou­rante chez les ama­teurs de bal­lon rond, fins lit­té­raires comme cha­cun sait.

Imaginez une confé­rence orga­ni­sée par EELV sur le thème « Végétarisme et véga­nisme pour la pla­nète ». Une dizaine d’hommes tra­pus, mous­ta­chus, un peu rou­geauds, chiens en laisse, tenue camou­flée et car­tou­chière à la taille (ils ont lais­sé les fusils à la mai­son, faut quand même pas décon­ner !), viennent expli­quer au public pré­sent les bien­faits de la régu­la­tion de la faune par leur action salvatrice.

Imaginez un pre­mier mee­ting poli­tique ras­sem­blant plus de 15 000 per­sonnes plu­tôt jeunes et enthou­siastes, mee­ting auquel un homme poli­tique vient pré­sen­ter pour la pre­mière fois un pro­gramme pour sau­ver le pays. Une poi­gnée de mani­fes­tants vêtus de T‑shirts por­tant cha­cun une lettre for­mant les mot « A‑N-T-I-R-A-C-I-S-M‑E », vient s’in­crus­ter dans les tra­vées du public.

Ces intru­sions, tout le monde en convien­dra, sont tout ce qu’il y a de gro­tesque, ridi­cule et pro­vo­ca­teur. Elles n’ont d’autre but que de « créer l’é­vé­ne­ment », de « faire le buzz » comme on dit aujourd’­hui, sans espoir bien enten­du de faire entendre le soi-disant mes­sage por­té. Mais cette fois-ci, cela s’est pas­sé pour de vrai. Et tous les jour­na­listes se foca­lisent sur cette poi­gnée de pro­vo­ca­teurs. Ils sont là pour attendre et fil­mer les réac­tions que ces intrus cherchent à pro­vo­quer, ne serait que l’ex­pul­sion plus ou moins « manu-mili­ta­ri » des provocateurs.

Le groupe com­man­do de SOS Racisme qui a infil­tré le mee­ting de Zemmour a par­fai­te­ment réus­si son coup… jus­qu’à un cer­tain point. La presse avait bien anti­ci­pé les vio­lences, et se tenait aux aguets. Les Antifas l’a­vaient d’ailleurs annon­cé, qui étaient venus en nombre… 39 d’entre eux furent arrê­tés et pla­cés en garde à vue, cer­tains avec des cock­tails Molotov, d’autres avec des bou­teilles d’a­cide, sans doute des cadeaux de bien­ve­nue au nou­veau par­ti poli­tique. Certains en appellent même au meurtre :

On note­ra au pas­sage que Tweeter, très prompt à cen­su­rer cer­tains mes­sages, n’a rien eu à dire sur cette ignoble provocation.

Un pro­vo­ca­teur s’est même car­ré­ment jeté au cou du can­di­dat. Heureusement le ser­vice d’ordre a promp­te­ment et pro­fes­sion­nel­le­ment réagi et l’é­di­to­ria­liste s’en est tiré avec une bles­sure au poi­gnet. Les moti­va­tions de l’a­gres­seur de 27 ans, Valentin Abdelmajid B., res­tent floues et il a été pla­cé en garde à vue pour vio­lences volon­taires avec pré­mé­di­ta­tion ou guet-apens.Zemmour agressé Villepinte

Comment veut-on que le public ne réagisse pas ensuite à ces pro­vo­ca­tions gros­sières et incessantes ?

Bien enten­du, ce qu’en a rete­nu l’en­semble de la presse fran­çaise, c’est la vio­lence du mee­ting cor­ré­lée à la pré­sence d’Éric Zemmour. CQFD. L’exemple de la jeune fille de SOS Racisme refu­sant de se faire soi­gner, parce qu’elle avait « d’autres télés à faire », en est l’exemple le plus frap­pant si j’ose employer le terme.Militante SOS Racisme - Villepinte Zemmour

Bien sûr, l’es­sen­tiel de la réunion, les pro­jets, les per­sonnes, vous n’en avez rien su ! La consigne don­née aux médias était simple :

Meeting de Zemmour = violence

Ce stra­ta­gème ini­tié par François Mitterrand a fonc­tion­né avec Jean-Marie Le Pen pen­dant de longues années. Semer la vio­lence, puis s’en plaindre afin de faire accu­ser les orga­ni­sa­teurs, c’est une tech­nique gra­tuite et effi­cace. Cela per­met­tra peut être au gou­ver­ne­ment d’in­ter­dire à l’a­ve­nir les mee­tings élec­to­raux du tru­blion de droite sous le pré­texte de pré­cau­tion. Affaire à suivre.
Il vaut mieux être à la place de Mélenchon qui a de la chance d’a­voir en face de lui l’ex­trême droite. Au moins lui, il ne risque pas de se faire atta­quer durant ses meetings !

Mais après 50 ans de cette mani­pu­la­tion qui a per­mis de main­te­nir tou­jours les mêmes au Pouvoir, les Français découvrent les ficelles de la magouille. Pas sûr que cela fonc­tionne encore longtemps.

Patrice LEMAÎTRE


Bonus : L’arroseur arro­sé

Louis Lumiere - l'arroseur arrose

Un jar­di­nier arrose son jar­din. Un che­na­pan met le pied sur le tuyau d’ar­ro­sage. L’homme regarde le bout du tuyau, puis­qu’il n’y a plus d’eau. Le che­na­pan retire son pied du tuyau et le jar­di­nier est asper­gé. Le jar­di­nier n’ap­pré­cie pas la plai­san­te­rie, court après le gar­ne­ment, le rat­trape et le cor­rige. C’est le pre­mier sketch de l’his­toire du ciné­ma.
Véritables piliers cultu­rels, ces courts-métrages sont par­ti­cu­liè­re­ment répu­tés, car ce sont les pre­miers à suivre un scé­na­rio et à ne pou­voir s’ap­pa­ren­ter à un docu­men­taire. Il s’a­git donc à la fois des pre­mières fic­tions ciné­ma­to­gra­phiques et des pre­miers films comiques. Il a été dif­fu­sé pour la pre­mière fois en 1892 dans un sous sol parisien.

3 Commentaires 

  1. Dissolution des groupes anti­fas qui sont plus fas­cistes que les fascistes

    Répondre
  2. La chance que nous avons, c’est d’a­voir un nou­veau Zorro. Laissons-lui le temps de pro­té­ger la veuve et l’or­phe­lin. La dif­fé­rence d’a­vec Don Diego de la Vega, c’est que le nôtre n’a qu’un visage ; son point com­mun, c’est qu’il est le plus fort de par ses idées. Il TRIOMPHERA.

    Répondre
  3. On est fli­qué pour prendre un café mais eux vont à un mee­ting poli­tique armés ???
    Ces dégé­né­rés d’an­ti­fas ne sont pas des ter­ro­ristes non plus ?
    L’acide et les molo­tovs ? c’é­tait pour un expo­sé sur les réac­tions chi­miques ?
    De toute façon, voter Z ou autre ne chan­ge­ra rien, c’est pipé et cou­ru d’avance…
    Un oeuf sur micron1er, une phrase « micron démis­sion » et hop direc­tion la psy… et là eux se baladent armés et tentent d’é­tran­gler Z, un p’tit tour en psy ne leur ferait pas de mal aus­si, oubliez pas les élec­tro­chocs comme ils ont vou­lu faire au Pr Fourtillan…

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

− un = quatre