Bientôt chez nous : le « Crédit social »

par | 16 jan­vier 2022 | 1 com­men­taire

Et si le passe-vaccinal n’était que le préambule à une imitation du système chinois du « crédit social » ? Explications !

Vous vous êtes habi­tué au fameux QR-code dont la moi­tié des Français igno­rait l’exis­tence pré-cas­tex­te­ment ? Les Chinois en raf­folent, ces petits car­rés sont néces­saires par­tout. Les Chinois ont leur « passe » en per­ma­nence sur eux sur lequel tout est écrit sur leur com­por­te­ment. Les Chinois sont fichés et notés dans une base de don­nées à la dimen­sion de leur pays
Le gou­ver­ne­ment capi­ta­lo-com­mu­niste chi­nois veut à tout prix per­fec­tion­ner à l’ex­trême son éco­no­mie « socia­liste ». Pour cela, il a besoin d’un sou­tien de la popu­la­tion à qui il demande une cer­taine « inté­gri­té socié­tale ». Mais comme tou­jours dans les « démo­cra­ties » com­mu­nistes, même revi­si­tées par le capi­ta­lisme, on ne demande pas au peuple, on exige que tout ce qui émane du Parti unique soit appli­qué au doigt et à l’œil. Toute ten­ta­tive de contes­ta­tion est répri­mée immédiatement.

Pour cela, on a inventé le « Crédit social ». Cela fonctionne un peu comme un permis à points, on peut en gagner, mais on peut en perdre. De quelles manières ?

On a com­men­cé par un réseau de camé­ras de vidéo-sur­veillance à côté duquel celui de la ville de Nice est reje­té à l’é­poque des frères Lumière. Pas ques­tion de jeter un papier par terre, de lais­ser votre chien salir un réver­bère. Vous êtes fil­més et la recon­nais­sance faciale ne vous lais­se­ra aucune chance d’é­chap­per à l’a­mende pré­vue. Amende ins­crite bien sûr tout de suite dans votre fichier. Et si ce n’est pas une camé­ra qui vous dénonce, ce sera votre voi­sin, ou votre voi­sine, ou votre cou­sine, ou un étran­ger qu’im­porte…
Le « cré­dit social » peut ain­si vous faire gagner des points si vous vous com­por­tez confor­mé­ment aux auto­ri­tés, par exemple en dénon­çant des com­por­te­ments déviants, en vous enga­geant dans les œuvres gou­ver­ne­men­tales, en n’ayant pas de décou­vert ban­caire sur une longue période, ou en tres­sant des louanges sur l’ef­fi­ca­ci­té du Président.
À l’in­verse, on peut vous reti­rer des points, si vous cri­ti­quez de manière publique ce der­nier (ou si l’on vous dénonce…), si vous ne faites pas votre auto-cri­tique en cas de pro­cès, si vous appar­te­nez à un groupe dit « sec­taire », si vous vous épan­chez trop sur les réseaux sociaux de manière « suspecte »…

Quel est l’intérêt de ce flicage à grande échelle ?

Et bien si vous êtes bien noté, vous appar­tien­drez à une sorte de caste, ce qui vous per­met­tra d’ob­te­nir des avan­tages maté­riels consé­quents. Coupe-files là où il y a du monde, pro­mo­tions com­mer­ciales ou pro­fes­sion­nelles, taux d’emprunt plus bas, réduc­tions sur les trans­ports, et faci­li­ta­tions d’ins­crip­tions sco­laires ou uni­ver­si­taires.
À l’in­verse, les mau­vais points vous coû­te­ront de l’argent, plus de cré­dits, plus d’ac­cès aux trans­ports en com­mun, plus d’ins­crip­tions pos­sibles dans cer­taines écoles, plus d’ac­cès aux ser­vices sociaux. Ceci dans un pre­mier temps. Si vous insis­tez dans la mau­vaise conduite, votre nom et votre pho­to seront publiés sur des espaces dédiés dans les lieux publics, vos propres contacts ins­crits dans votre télé­phone seront infor­més de votre situa­tion, ce qui leur fera prendre le risque de perdre des points s’ils vous contactent encore…
Les pires récal­ci­trants fini­ront au camp de réédu­ca­tion : le Laogai.

Le lao­gai (chi­nois sim­pli­fié : 劳改 ; pinyin : láogăi ; abré­via­tion de 劳动改造 láodòng gǎizào, « réédu­ca­tion par le tra­vail ») est un camp de réédu­ca­tion par le tra­vail en République Populaire de Chine. Par son usage au ser­vice de l’ap­pa­reil répres­sif de l’État, il est com­mu­né­ment consi­dé­ré comme l’é­qui­valent du gou­lag sovié­tique.
En décembre 2013, la Chine met offi­ciel­le­ment fin à la poli­tique des lao­gai ; cepen­dant ce dis­po­si­tif concen­tra­tion­naire per­du­re­rait en 2017, avec 5 à 8 mil­lions de pri­son­niers. [source Wikipédia]

Laogai - Camp rééducation travail Chine

.
Certes, on n’en est pas encore tout à fait là en France, mais obser­vons bien les demandes de cer­tains élus envers les non-vac­ci­nés, elles nous conduisent tout droit vers le modèle chi­nois :
• confi­ne­ment
• sup­pres­sion de l’al­lo­ca­tion chô­mage
• non rem­bour­se­ment des frais médi­caux
• non accès à la réani­ma­tion
• sup­pres­sion du salaire (déjà fait !)
• inter­dic­tion des visites à un membre de la famille hos­pi­ta­li­sé
• ajou­tez ce que j’ai pu oublier.…
Ce qui s’a­jou­te­rait aux mesures déjà en place avec le passe-vac­ci­nal :
• inter­dic­tion des trans­ports en com­muns inter­ré­gio­naux
• inter­dic­tion des bars, res­tau­rants
• inter­dic­tion des salles de sport
• inter­dic­tion des lieux cultu­rels (théâtres, ciné­mas…)
• inter­dic­tion aux sports de plein air (ski, sports col­lec­tifs)
• inter­dic­tion aux grandes sur­faces com­mer­ciales
Ceci uni­que­ment si vous n’êtes pas vac­ci­né, mais rien n’in­ter­di­ra à l’a­ve­nir d’a­jou­ter d’autres contraintes sur le « passe »… Un excès de vitesse, un état d’i­vresse, un oubli de payer ses impôts, un défaut d’as­su­rance, une condam­na­tion par la XVIIe chambre, une claque sur les fesses à votre gamin, une cri­tique des LGBT, un regard admi­ra­tif sur une jolie fille, un constat du Grand Remplacement dans les publi­ci­tés et dans les villes, le refus de télé­char­ger le der­nier Gims.… Tout est pos­sible grâce à la contri­bu­tion d’in­nom­brables Français qui se révèlent Kapos, la pas­si­vi­té des éter­nels col­la­bos, ces braves gens qui n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux !

Il reste trois mois pour espé­rer inver­ser la vapeur, bien que les chances soient de plus en plus minces. Un second man­dat de Macron nous appro­che­rait un peu plus de ce « cré­dit social ».Chinois nu

Tchin Chine !

Patrice LEMAÎTRE


Bonus : lire Great Reset ou la fas­ci­na­tion des élites pour le modèle chi­nois par Éric Verhaeghe dans le Courrier des Stratèges du 28 novembre 2020.
Extraits : « Dans le reste de l’ouvrage [NDLR : Covid-19 : The great Reset de Klaus Schwab et Thierry Malleret], notam­ment sur toutes les ques­tions socié­tales, nous pren­drons la mesure de cette fas­ci­na­tion dis­crète, inavouée, mais pro­fonde et pro­ba­ble­ment sin­cère pour l’efficacité du modèle chi­nois. Certes, il est auto­ri­taire et laisse peu de places aux diver­gences d’opinion, mais il est por­teur d’avenir et redou­ta­ble­ment capable de résis­ter, selon Schwab et Malleret, aux crises. N’avons-nous pas enten­du, pas lu, dans la bouche ou sous la plume d’une cer­taine presse mains­tream d’autre refrain que celui-là, en tout cas en France, tout au long de la pan­dé­mie, expli­quant que l’autoritarisme du régime chi­nois per­met­tait de prendre des mesures plus effi­caces qu’en France ? »

Les articles du même auteur

Patrice Lemaître

1 commentaire

  1. Excellent article qui reflète ce que beau­coup pensent depuis bien long­temps et qui s’ins­talle petit à petit

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

cin­quante huit − qua­rante neuf =