Vaccination : on se pince pour vérifier que l’on ne rêve pas

9 octobre 2021 | 4 Commentaires 

Guy Jolly nous fait par­ve­nir cet article, com­plet et rigou­reu­se­ment sour­cé, que nous publions ci-des­sous dans un sou­ci de vérité :

[Source prin­ci­pale : Le cour­rier des stra­tèges]

1) L’agence européenne élargit la liste des effets secondaires graves

La presse sub­ven­tion­née ne l’a évi­dem­ment pas rele­vé, mais l’Agence Européenne du Médicament (EMA) vient d’élargir la liste des effets secon­daires du vac­cin Pfizer (docu­ment au for­mat PDF). Elle recon­naît désor­mais comme nou­veaux effets secon­daires, les éry­thèmes mul­tiples et la perte du toucher.

2) Plusieurs études soulignent l’inefficacité du vaccin

La pres­ti­gieuse revue scien­ti­fique New England Journal of Medicine vient de publier deux études qui démontrent l’inefficacité forte des vac­cins dans la lutte contre l’épidémie.

Une étude israé­lienne (docu­ment for­mat PDF) conclut ceci : « Autrement dit, la réponse immu­ni­taire au virus per­mise par le vac­cin ne dure pas six mois, ce qui pose un vrai pro­blème quant à l’efficacité dudit vac­cin. »

Une étude qata­rie confirme ces résul­tats : Le vac­cin ne fonc­tionne que très peu de temps après la deuxième dose pour empê­cher la cir­cu­la­tion active du virus (être conta­mi­né et conta­mi­ner les autres), et il n’empêche les cas graves que pen­dant six mois. (Sources auto­ri­sées et non contes­tées par les grands défen­seurs du « vaccin »).

3) La Haute Autorité de Santé dresse des constats pires

La pré­si­dente Dominique Le Guludec

Dominique Le Guludec

Salaire annuel esti­mé à 210 197 euros [source]

Organigramme de la HAS (docu­ment au for­mat PDF)

La conclu­sion de l’avis est par­ti­cu­liè­re­ment assas­sine au regard du risque que la Haute Autorité de Santé fait prendre à la popu­la­tion : « La HAS consi­dère que l’amélioration de la situa­tion sani­taire et les don­nées encore limi­tées sur les consé­quences d’un déclin de l’efficacité vac­ci­nale au cours du temps chez le jeune adulte sans comor­bi­di­té ne jus­ti­fient pas à ce stade de recom­man­der l’administration d’une dose sup­plé­men­taire en popu­la­tion géné­rale ».

Le second avis, bap­ti­sé “recom­man­da­tion”, mérite son pesant de caca­huètes. Nous lisons ceci : « Les don­nées limi­tées d’une étude rétros­pec­tive israé­lienne (avec seule­ment 245 infec­tions sur­ve­nues chez des per­sonnes ayant reçu une dose de rap­pel en Israël), montrent que l’administration d’une dose de rap­pel est asso­ciée à une dimi­nu­tion sta­tis­ti­que­ment signi­fi­ca­tive de la charge virale, en com­pa­rai­son de celle des per­sonnes pri­mo vac­ci­nées qui n’avaient pas reçu leur dose de rap­pel, sug­gé­rant ain­si que l’administration d’un rap­pel dimi­nue­rait la charge virale et de fait, pro­ba­ble­ment la conta­gio­si­té des per­sonnes déve­lop­pant une infec­tion par le SARS-CoV‑2 (variant Delta) »

Le prin­cipe de pré­cau­tion est ici tota­le­ment balayé au nom d’une doc­trine fon­dée sur l’acceptation consciente de sacri­fices indi­vi­duels au nom du bien du “groupe” (réduit en l’espèce à quelques membres apeurés).

Et mal­gré ce manque de connais­sance, la Haute Autorité exige, pour “pro­té­ger” les autres, que ces jeunes adultes se vac­cinent s’ils sont soignants.

Tout en recon­nais­sant par­fai­te­ment que, pour les jeunes géné­ra­tions, le béné­fice-risque est dis­cu­table. La logique des sacri­fices humains s’af­fiche ain­si au grand jour.

4) La Haute Autorité de Santé reconnaît qu’elle ne sait pas si une 3e dose sert à quelque chose

De façon tota­le­ment ahu­ris­sante, la Haute Autorité de Santé recon­naît qu’elle fonde sa recom­man­da­tion sur des « don­nées limi­tées [ …] sug­gé­rant [ …] que l’administration d’un rap­pel dimi­nue­rait la charge virale et de fait, pro­ba­ble­ment la conta­gio­si­té ».

Nous sommes ici non plus dans le domaine de la science, mais de la spéculation.

Elle indique clai­re­ment que la mise sur le mar­ché doit res­ter condi­tion­nelle tant que des don­nées à plus long terme ne sont pas mises à jour.

Malgré cela le pre­mier avis élar­git de la HAS pré­co­nise une dose de rap­pel pour les soi­gnants alors qu’il explique sans ambi­guï­té que l’efficacité du vac­cin baisse rapi­de­ment, et qu’il n’empêche pas la cir­cu­la­tion de la mala­die, et il exige, pour « pro­té­ger » les autres, que ces jeunes adultes se vac­cinent s’ils sont soignants.

Un vrai cauchemar !


Bonus : Covid : le taux de vac­ci­na­tion sans inci­dence sur la cir­cu­la­tion du virus, selon une étude [source RT France]

4 Commentaires 

  1. C’est une grande tris­tesse de consta­ter qu’a­vec le temps, la popu­la­tion n’a plus le temps de s’in­for­mer cor­rec­te­ment, sauf de le perdre sur les réseaux sociaux.
    De vrais mou­tons qui ne bêlent que pour se faire assis­ter par l’État.
    Les vieilles géné­ra­tions ont de quoi rumi­ner avant de dis­pa­raitre avec leur savoir, que plus per­sonne n’écoute.

    Répondre
  2. La ven­geance est un plat qui se mange froid ! comme disaient mes parents.
    Tout vient à point à qui sait attendre !!
    Ils devront rendre des comptes pour ce génocide.

    Répondre
  3. À qui pro­fite le crime ? À des nuls inca­pables qui se prennent pour des Pr RAOULT alors qu’ils ne sont que des aide-soi­­gnants et encore
    LES MORTS SE VENGERONT UN JOUR CE JOUR NE SAURAIT TARDER

    Répondre
  4. C’est facile à com­prendre :
    Cette madame Gulugulu fait ce qu’elle a tou­jours fait, sinon elle n’en serait pas arri­vée là. Son talent, c’est son entre­gent, alors elle ménage la chèvre et le chou :
    • d’une part elle ne peut que consta­ter que les vac­cins ne servent à rien, elle l’é­crit de manière à se pro­té­ger des suites judi­ciaires lorsque le vent aura tour­né, et
    • d’autre part, elle veut gar­der son job à 17 000 euros par mois et applique les consignes du Pouvoir : vac­ci­na­tion obli­ga­toire.
    De toutes façons ce sont les sans dents et ceux qui ne sont rien qui paient l’addition !
    C’est ain­si que ça marche.
    Le pro­blème c’est que les sans dents et ceux qui ne sont rien ne com­prennent pas ça et conti­nuent de faire la queue pour se faire injec­ter leur dose de poi­son mortel.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *