Effets indésirables des « vaccins » : on nous ment

9 octobre 2021 | 7 Commentaires 

Depuis le début de la pan­dé­mie de Covid-19, on nous inonde de chiffres. Alarmants pour ce qui concerne les vic­times de la mala­die, déri­soires quand il s’agit des effets secon­daires des vac­cins. Le quo­ti­dien Présent du jeu­di 7 octobre revient sur la mani­pu­la­tion de ces chiffres issue d’un men­songe et ins­tal­lée dans tous les cir­cuits offi­ciels, depuis les centres de déci­sion jusqu’aux tableaux de sta­tis­tiques. Prenant l’exemple des États-Unis, Christian Desug, auteur de l’article, déplore « un men­songe éhon­té, désta­bi­li­sa­teur et cor­ro­sif ».

Pour com­men­cer, il évoque le bilan natio­nal des décès dus au Covid-19 fai­sant état de 700 000 vic­times dans le pays de l’Oncle Sam. Or, cette comp­ta­bi­li­té se garde bien de faire le dis­tin­guo entre les cas où la res­pon­sa­bi­li­té du virus s’avère entière et les cas où le virus ne fut qu’un fac­teur aggra­vant de situa­tions déjà pré­oc­cu­pantes pour ne pas dire déses­pé­rées. En véri­té, les pre­miers ne sont qu’une petite mino­ri­té, la grande majo­ri­té des per­sonnes décé­dées ayant eu, en moyenne, trois comor­bi­di­tés. Cette mani­pu­la­tion des chiffres ter­nit la cré­di­bi­li­té du plus haut orga­nisme de l’Þtat amé­ri­cain que sont les Centers for Disease Control (CDC) char­gés de la lutte contre l’épidémie.

D’autant plus que leur der­nier rap­port ren­du public concer­nant les décès dus aux vac­cins appa­raît scan­da­leu­se­ment tru­qué. Le nombre d’accidents sur­ve­nus après l’inoculation des trois pro­duits – Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson – uti­li­sés aux États-Unis entre le 14 décembre 2020 et le 10 sep­tembre 2021, y est offi­ciel­le­ment chif­fré à 14 925 décès (moyenne d’âge 73 ans) et 701 561 « bles­sés » dont 91 523 sévè­re­ment affec­tés (para­ly­sie, graves troubles car­diaques ou neu­ro­lo­giques, throm­bose, etc). Des chiffres déjà effroyables qui ne seraient pour­tant que la par­tie émer­gée de l’iceberg. En effet cette comp­ta­bi­li­té pro­vient du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) – un appen­dice des CDC –, « une sorte de bureau des plaintes et récla­ma­tions » qui recueille chaque jour les bavures et déra­pages que les Américains sont léga­le­ment obli­gés de rap­por­ter quand la piqûre tourne mal. Or, très peu le font. Par des­sus le mar­ché, seuls sont pris en consi­dé­ra­tion les pro­blèmes sur­ve­nus dans les qua­rante-huit heures sui­vant la pre­mière ou la deuxième dose de vac­cin. Au-delà de ce très court laps de temps, le VAERS estime que le plai­gnant fait par­tie des « anti-vax » ! Commode.

L’article de Christian Desug révèle qu’un avo­cat de l’Ohio, Thomas Renz, vient de dépo­ser une plainte devant la jus­tice fédé­rale. Le juriste s’élève contre cette super­che­rie deve­nue une vaste impos­ture. Lui se base sur les chiffres des Centers for Medicare & Medicaid (CMS) qui ont tra­vaillé à par­tir d’un champ d’observation et de contrôle plus conforme aux exi­gences de l’honnêteté en sui­vant les vac­ci­nés, non pas sur qua­rante-huit heures mais durant 14 jours. Alors que les CDC clai­ronnent presque fiè­re­ment un taux de décès attei­gnant seule­ment 2,13 % du total des « effets adverses », Thomas Renz dénonce une réa­li­té beau­coup plus dra­ma­tique, soi­gneu­se­ment dis­si­mu­lée aux Américains : les pro­duits qu’on leur injecte dans le sang seraient mor­tels dans des pro­por­tions net­te­ment plus inquié­tantes.

Si cette éva­lua­tion était conforme à la réa­li­té, on com­prend que Biden et, sur­tout, son exé­cu­teur des basses œuvres, le très contro­ver­sé doc­teur Anthony Fauci, aient pré­fé­ré la façon très res­tric­tive d’envisager le pro­blème, nous dit Christian Desug : « l’intoxication est le meilleur anes­thé­siant du glo­ba­lisme ».

Charles ANDRÉ

« L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réflé­chir. »


Notre illus­tra­tion à la une : le doc­teur Anthony Fauci fait actuel­le­ment l’ob­jet de fortes cri­tiques aux États-Unis.
Fauci lied, people died : Fauci a men­ti, des gens sont morts
It’s time to fire Fauci : il est temps de virer Fauci

greene.house.gov/fire-fauci-act

Lire éga­le­ment dans nos colonnes :

Publicité men­son­gère


Bonus : illus­tra­tion envoyée par une lectrice

Par ici les cobayes

7 Commentaires 

  1. Pas besoin d’al­ler chez l’oncle Sam… Dans toutes les manifs heb­do­ma­daires qui amusent la macro­nie, les soi­gnants vous confir­me­ront ici même que :
    1. les cas de Covid ont été sur­es­ti­més de façon hal­lu­ci­nante et déli­bé­rée,
    2. les effets secon­daires des ino­cu­lés sont eux pas­sés à la trappe,
    3. las cas de Covid après « vac­ci­na­tion » sont légion.

    Répondre
  2. Pourquoi les pro­té­gés veulent-ils tant se pro­té­ger des non-pro­­té­­gés en for­çant les non-pro­­té­­gés à se pro­té­ger avec une pro­tec­tion qui ne les a eux-mêmes pas protégés ?
    https://youtu.be/QY2Va5HtWzo

    Répondre
  3. La véri­té finit tou­jours par se savoir. Il est clair que ces vac­cins n’ont rien à voir avec les vrais vac­cins à virus désac­ti­vés. On ne sait rien des effets à long terme. Ceux qui ont accep­té d’être les petits tou­tous de Macron n’au­ront pas à se plaindre plus tard. Si en 2020 le virus était mau­vais, ce n’est plus le cas main­te­nant. J’ai eu le Covid en août, cadeau de mes copains vac­ci­nés, et ça m’a impac­té à peine 8 jours alors que je suis un bon client pour le virus (72 ans, asth­ma­tique et can­cer).
    Tout ça pour rien ! Sauf si les vac­ci­nés se retrouvent avec des pro­blèmes, ce que pré­voient mes amis méde­cins et pharmaciens.

    Répondre
    • Tout a fait d’ac­cord avec vous.
      J’ai 75 ans, pas vac­ci­né et j’ai aus­si contrac­té le covid en février
      Sur 23 jours, dont une fatigue extrême, mais sans fièvre, qui m’a KO le 1er jour et je crois avoir dor­mi 22h d’affilé.

    • Vous n’êtes pas le seul à avoir contrac­té le Covid en fré­quen­tant des « vac­ci­nés » ! J’en connais plu­sieurs. Ils n’ont pas été plus impac­tés que vous. Ça prouve bien qu’on nous mani­pule avec la dan­ge­ro­si­té de cette grippe.

  4. Sans comp­ter les effets indé­si­rables qui arrivent plus tard, entre un mois et trois mois
    Des per­sonnes ont des pro­blèmes de dos avec des dou­leurs sou­daines inex­pli­quées et deviennent inca­pables de faire comme avant
    Trois spor­tifs en témoignent Lemaitre Chardy et le foot­bal­leur et j’ai enten­du dire d’autres spor­tifs… (?)
    Il est évident que la suite de cette injec­tion aura des han­di­ca­pés graves voire des morts. Il est temps d’ar­rê­ter et de pas­ser aux soins qui existent vrai­ment. Et on obtient l’im­mu­ni­té natu­relle. On nous a men­ti depuis le début avec l’in­té­rêt de Big Pharma, c’est grave.

    Répondre
    • Un peu tard pour rea­gir contre la vac­ci­na­tion, les pass et la suite au pro­chain numero

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

 − 2 = 5