Lettre ouverte à Michel-Édouard Leclerc

par | 18 jan­vier 2022 | 2 Commentaires 

La veille de l’an­nonce de Macron, Michel-Édouard Leclerc anti­cipe la loi d’emmerdement des Français et annonce qu’il y pren­dra plei­ne­ment sa part.

[À 5 minutes] : Michel-Édouard Leclerc : « Nous appli­que­rons le passe sani­taire. Nous appli­que­rons les jauges. Nous appli­que­rons la régle­men­ta­tion qu’on attend de nous. On en fait pas un plat. »
Laurence Ferrari : « Néanmoins il y a quand même une pos­si­bi­li­té que, sur déci­sion du pré­fet, l’ac­cès aux grandes sur­faces soit condi­tion­né au passe vac­ci­nal »
Michel-Édouard Leclerc, les bras en l’air : « Bah, on fera avec ! »
Laurence Ferrari : « Alors com­ment ils font les gens qui ne sont pas vac­ci­nés ? »
Michel-Édouard Leclerc : « Ils vien­dront pas. Ils vien­dront pas. »

Lettre ouverte à Michel-Édouard Leclerc

Le 16 jan­vier 2022

Monsieur,

Vous vous êtes per­mis récem­ment sur CNews une sor­tie tel­le­ment suf­fo­cante d’inconscience et de mépris que Laurence Ferrari, pour­tant pro­fes­sion­nelle aguer­rie pour avoir inter­viewé des per­son­nages sul­fu­reux, en a paru éton­née.
Ainsi, n’attendant même pas l’ordre de réqui­si­tion qui vous aurait un peu dédoua­né, vous avez volon­tai­re­ment pris les devants dans la col­la­bo­ra­tion avec la tyran­nie sani­taire. Décidément, la manie de l’Ausweis fait par­tie de votre culture filiale.
L’exclusion au pré­texte de la pro­tec­tion n’a pas l’air de vous ins­pi­rer le moindre réflexe de rete­nue. À défaut de pro­vo­quer chez vous une réflexion morale sur la soli­da­ri­té natio­nale et sociale, ain­si que sur la cha­ri­té chré­tienne. Laquelle devrait pour­tant aler­ter votre conscience, adepte que vous êtes des retraites spi­ri­tuelles dans les monas­tères pour per­sonnes très impor­tantes. En toute humi­li­té et par­faite dis­cré­tion bien enten­du, puisque vous ne man­quez pas les occa­sions de vous en tar­guer lors d’interviews ou de pro­pos média­ti­sés.
Au demeu­rant vous avez soi­gneu­se­ment choi­si le moment d’annoncer votre inten­tion de dis­cri­mi­ner par­mi les Français. Ne croyant pas au hasard, je note que votre mal­heu­reuse saillie est simul­ta­née avec celle de Monsieur Macron, toute en élé­gance, avouant qu’il a très envie de les « emmer­der ». Comme si ce n’était déjà fait, depuis long­temps au demeu­rant. Quel est donc pour vous l’intérêt d’en rajou­ter dans la cen­sure des liber­tés publiques, comme un vul­gaire GAFAM ?
On ne sai­sit pas bien, ou alors on pré­fère ne pas envi­sa­ger des moti­va­tions inavouables. Parce que, lorsqu’on vous demande com­ment se ravi­taille­ront les futurs exclus de vos maga­sins, votre seule réponse, digne de Monsieur Homais et de Monsieur de La Palice, est : « Ils ne vien­dront pas ». Message reçu, Monsieur Leclerc : vac­ci­nés ou non, ceux des Français à qui reste un peu de luci­di­té et d’honneur mal­gré le matra­quage poli­tique et média­tique ne vien­dront plus chez vous. Dès à pré­sent.
Souhaitant un sur­saut de bon sens et de morale de votre part, je vous prie de croire, Monsieur, en mes sen­ti­ments d’inquiétude et de commisération.

Marc Desgorces-Roumilhac
Bientôt ex-déten­teur d’une carte de fidé­li­té Leclerc, ancien et fidèle client jusqu’à la semaine dernière


Bonus :Ausweis

Les articles du même auteur

Marc Desgorces-Roumilhac

2 Commentaires 

  1. C’est facile de luter contre un con, un bon boy­cott de la part de la popu­la­tion et hop il disparait…

    Répondre
  2. E. Leclerc ne fait qu’ap­pli­quer la loi. Et la loi est faite par les poli­to­cards que les mou­geons élisent. Chacun son job. Donc : si demain les mou­geons se rebellent et remettent aux com­mandes d’au­then­tiques guer­riers gau­lois (ce dont je doute, hélas), les Leclerc & Co obtem­pè­re­ront tout aus­si ser­vi­le­ment. Un com­mer­cial n’est qu’un com­mer­cial. Celà dit rien n’empêche de « choi­sir » dès main­te­nant par­mi ses com­mer­ciaux les moins ser­viles… et aus­si les moins « Woke »

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

quatre-vingts deux +  = quatre-vingts six