Ma semaine d’observation de l’info (16 janvier 2022)

par | 16 jan­vier 2022 | 1 com­men­taire

Dimanche 9 janvier 2022

Avril 2005, la socié­té ZJN Grundstucks-Verwaltungs GmbH obtient un per­mis de construire pour quatre éoliennes de 140 mètres de haut, sur le lieu-dit Niziau à Guern, dans le Morbihan. Permis accor­dé bien que le lieu se trouve dans la val­lée de la Sarre, val­lée pro­té­gée par une ZNIEFF (zone natu­relle d’intérêt éco­lo­gique fau­nis­tique et flo­ris­tique). Première erreur.
Le 23 décembre 2008, trois éoliennes sont mises en ser­vice. L’une se trouve à 380 m d’une mai­son, une autre à 450 m, or la loi impose une dis­tance mini­ma de 500 m. Deuxième erreur.
Contre cela une asso­cia­tion se crée : l’as­so­cia­tion contre le pro­jet éolien de Guern (ACPEG) qui va atta­quer le pro­jet tous azi­muts.
Le 7 avril 2010, il y a donc près de 12 ans, la cour admi­nis­tra­tive d’ap­pel de Nantes confirme le der­nier juge­ment : « Le site d’implantation des éoliennes, qui est tra­ver­sé par la rivière Sarre, consti­tue un éco­sys­tème d’une grande valeur éco­lo­gique, carac­té­ris­tique des zones humides. De plus, les éoliennes pré­sentent des risques de des­truc­tion […] en cas de vents très vio­lents. Il n’est pas contes­té que la région est sou­mise à des vents […] pou­vant atteindre plus de 130 km/​h. Plusieurs habi­ta­tions sont situées dans une zone direc­te­ment expo­sée aux risques de des­truc­tion et de pro­jec­tion de pales » L’association exige alors le démon­tage des éoliennes. Mais la socié­té exploi­tante main­tient la pro­duc­tion d’éner­gie …
De recours en recours, en pas­sant par le Conseil d’État, il fau­dra donc toutes ces années pour enfin obte­nir le 30 décembre der­nier, un avis dudit Conseil qui rejette le der­nier pour­voi et valide l’a­mende jour­na­lière de 1000 € infli­gée à la socié­té, jus­qu’à la mise en confor­mi­té, c’est à dire la des­truc­tion des éoliennes dont on attend l’ordre du préfet !Éoliennes - Niziau Guern Morbihan

Lundi 10 janvier 2022

Pour rebon­dir sur l’ar­ticle de Charles André au sujet des par­rai­nages de can­di­dats à l’é­lec­tion pré­si­den­tielle (« Z » aura-t-il ses 500 signa­tures ? du 11 jan­vier 2022), quelques anec­dotes sup­plé­men­taires pour illus­trer la stu­pi­di­té de cette loi.
« C’est la loi qui décide en fonc­tion des par­rai­nages. S’ils ne les ont pas, c’est qu’ils ne méritent pas d’y par­ti­ci­per » a décla­ré Anne Hidalgo, en par­lant de Marine Le Pen et d’Éric Zemmour, mon­trant ain­si tout le para­doxe de la situa­tion. Les deux can­di­dats sont cré­di­tés d’en­vi­ron 13 à 15% d’in­ten­tions de vote par les son­dages (qui ne sont que des son­dages, il est vrai). La maire de Paris cara­cole avec envi­ron 2 à 3% dans le meilleur des cas. La dis­tri­bu­tion des par­rai­nages n’a donc rien de démo­cra­tique puis­qu » elle n’a aucun sou­ci pour les obte­nir avec un score pré­vu au ras du plan­cher. Ce sys­tème n’est fait que pour éli­mi­ner les can­di­dats qui peuvent gêner le « Système », ceux qui au-des­sus de Macron et des autres décident de qui peut par­ti­ci­per à la com­pé­ti­tion…
Deuxième illus­tra­tion : plu­sieurs maires n’osent pas appor­ter leur par­rai­nage à Marine le Pen ou Éric Zemmour, par peur , ils n’hé­sitent pas à l’a­vouer. Et il s’a­git là d’un autre pro­blème. Des can­di­dats comme Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, ou jadis la déli­cieuse Arlette Laguiller n’ont jamais eu la moindre dif­fi­cul­té pour atteindre le seuil.
La rai­son en est très simple : tout ce qui est cata­lo­gué par les médias à l’ex­trême droite, est sys­té­ma­ti­que­ment com­bat­tu bien en-deçà de la moindre liber­té d’ex­pres­sion par une intel­li­gent­sia domi­née par la gauche Bien Pensante. On peut le voir dans tous les domaines de la socié­té (lit­té­ra­ture, culture, édu­ca­tion…). Et les maires subissent des pres­sions de la part de cette gauche. C’est bien pour cela qu’Hollande avait ren­du les par­rai­nages publics, afin de les dési­gner à la vin­dicte gau­chiste.
Ce phé­no­mène n’existe que dans un seul sens. Jamais, un can­di­dat clas­sé à gauche ou à l’ex­trême gauche n’a subi une telle pous­sée anti-démo­cra­tique de la part de la socié­té dite « de droite ». La cen­sure, l’in­ter­dic­tion, le baillon­nage, sont l’a­pa­nage stric­te­ment et exclu­si­ve­ment géné­tique de la gauche.Baillon - Censure

Mardi 11 janvier 2022

Le dépu­té du Pas de Calais, José Évrard, est décé­dé des suites du Covid-19 ven­dre­di der­nier a annon­cé Richard Ferrand, le pré­sident de l’Assemblée natio­nale.
Député de « Debout la France », tête de liste du par­ti aux élec­tions régio­nales de 2021 dans les Hauts-de-France, José Évrard était âgé de 76 ans.
Il avait quit­té le Parti com­mu­niste au début des années 2000, afin de rejoindre le Front natio­nal, pour des « notions de sou­ve­rai­ne­té et d’indépendance natio­nale ». Il était ensuite pas­sé par « Les Patriotes » de Florian Philippot, et enfin avait rejoint le par­ti de Nicolas Dupont-Aignan.Florian Philippot - José Évrard

Sa mort a été confir­mée par le fils unique du dépu­té, Rémi Évrard, auprès de l’Agence France-Presse. Celui-ci a pré­ci­sé que son père, hos­pi­ta­li­sé à Arras et qui mili­tait contre l’obligation vac­ci­nale et le passe sani­taire, était bien « vac­ci­né ». C’est sans doute, ce qui, mal­gré son enga­ge­ment contre le passe sani­taire, lui a évi­té de subir les quo­li­bets dont ont été affli­gés les frères Bogdanof, cer­taines langues bien pla­cées n’ayant pas hési­té à dire d’eux que c’é­tait bien fait, qu’ils n’au­raient pas dû écou­ter le Pr Raoult. Il y a donc aus­si les gen­tils morts et les méchants morts.

Mercredi 12 janvier 2022

« Les pays où la vac­ci­na­tion est mas­sive sont les pays les plus tou­chés par l’épidémie, a contra­rio, dans les pays qui ne vac­cinent pas, il n’y a pas d’épidémie. » Cette consta­ta­tion peut paraître logique pour tous ceux qui suivent de près l’ac­tua­li­té vac­ci­nale dans des canaux d’in­for­ma­tion non sub­ven­tion­nés. La doxa mains­tream en est pour­tant for­te­ment éloi­gnée. Mais le ver­nis cra­quant un peu de toutes parts, on s’a­per­çoit que de plus en plus de méde­cins com­mencent à énon­cer d’autres véri­tés que celles impo­sées par « Le Système ». Et ce phé­no­mène s’é­tend à d’autres médias, y com­pris ceux que « Le Système » sub­ven­tionne, preuve que la véri­té impo­sée ne fait plus recette aujourd’­hui.
Dernière bonne sur­prise, David Pujadas sur LCI, que l’on a connu meilleur cireur de pompes, vient en effet de démon­trer, chiffres à l’ap­pui, que plus il y a de vac­ci­nés, plus il y a de conta­mi­nés, ce que nous ne ces­sons de répé­ter ici… à la suite du Pr Montagnier, prix Nobel de méde­cine !
Si l’on ana­lyse cette révé­la­tion stu­pé­fiante, on peut affir­mer que ce sont bien les vac­ci­nés qui pro­pagent l’épidémie et qui sont à l’origine de la satu­ra­tion dans les hôpi­taux, et que c’est la poli­tique exclu­sive et mas­sive de vac­ci­na­tion menée par le gou­ver­ne­ment qui rend cette situa­tion pos­sible. Il fau­dra bien qu’ils en répondent un jour.

Jeudi 13 janvier 2022

En com­plet déca­lage avec ce que j’é­non­çais hier, le maire de Nice, Christian Estrosi s’en prend lui, aux non vac­ci­nés, res­pon­sables comme cha­cun sait, de la pan­dé­mie, de la mort de Gandhi, et de la dis­pa­ri­tion des cra­pauds-buffles.
L’inénarrable Cri-Cri, dans son désir de deve­nir abso­lu­ment ministre dans un éven­tuel second man­dat pré­si­den­tiel de Macron, n’en finit plus d’en rajou­ter dès qu’il s’a­git de sépa­rer, de divi­ser les Français. Il emmerde autant les non vac­ci­nés que son men­tor, et pour faire bien à ses yeux, pro­pose que les non-vac­ci­nés soient tout sim­ple­ment confi­nés, avec sup­pres­sion de leur allo­ca­tion chô­mage. Ceci, bien enten­du, sans la moindre jus­ti­fi­ca­tion scien­ti­fique.
« Aujourd’hui notre éco­no­mie a tenu, en même temps que nous arri­vons à gérer un sys­tème de san­té plus ou moins en dif­fi­cul­té, parce que nous avons un taux de vac­ci­na­tion qui est supé­rieur à la moyenne de tous les autres pays de l’Union euro­péenne. »
Il estime donc que le sys­tème de san­té est bien géré, parce que le taux de vac­ci­na­tion est fort… ce qui est com­plè­te­ment démen­ti par ce que j’é­cri­vais hier.
Combien de temps va t‑on devoir encore le supporter ?

Chrsitian Estrosi - Macron

Au secours, Christian Estrosi annonce son inten­tion de bri­guer un qua­trième mandat !

Vendredi 14 janvier 2022

Bruno Retailleau est homme sym­pa­thique, en théo­rie par­ti­san d’une ligne « à droite » pour les LR. Comment se fait-il que son Tweet, envoyé alors que les débats étaient encore à huis clos (Tweet inter­dit par le règle­ment), ait pu faire capo­ter la modi­fi­ca­tion du pro­jet de loi sur le passe vac­ci­nal vou­lu par le Sénat ?
Geste déli­bé­ré, ou erreur invo­lon­taire ?
Les Républicains ne sont plus qu’un bateau ivre, ne sachant plus très bien dans quelle direc­tion aller. Valérie Pécresse, le capi­taine dési­gné a bien du mal à bar­rer l’en­semble. On sait que sur le sujet du « passe », les avis (et les votes) sont loin d’être una­nimes.
Alors que pen­ser de ce sabor­dage ?
Soit Bruno Retailleau s’est effec­ti­ve­ment four­voyé, et il a beau jeu de fus­ti­ger ceux qui ont exploi­té cette erreur de débu­tant qui remet le pro­jet de loi dans sa ver­sion LREM.
Soit, en bon poli­ti­cien, c’est une fausse erreur com­mise à l’in­su de son plein gré, mais qui obéit aux ordres de la très macron-com­pa­tible Valérie Pécresse, tout en sau­vant les apparences…

Samedi 15 janvier 2022

Un petit cin­quième sur le mar­ché des vac­cins en France : le Novavax. Les vac­cins à ARN mes­sa­ger ne convainquent plus grand monde. Il est main­te­nant de noto­rié­té publique que leur effi­ca­ci­té décroit à vitesse grand V, et que la seule issue est la mul­ti­pli­ca­tion des doses… jus­qu’à com­bien ?
Ce nou­veau vac­cin est donc un vac­cin plus clas­sique, du type de celui uti­li­sé contre la coque­luche. Bien sûr, pour lui non plus, il n’y a aucun recul pour juger de son éven­tuelle effi­ca­ci­té. Les piquou­zés res­tent encore des cobayes.
La Haute Autorité Sanitaire estime que ce petit nou­veau « repré­sente une option sup­plé­men­taire » pour les per­sonnes qui « ne sou­haitent ou ne peuvent rece­voir » de vac­cins à ARNm. Il s’a­git des « per­sonnes réti­centes face aux vac­cins à ARNm » ou de « celles qui ont connu un évé­ne­ment indé­si­rable grave après une pre­mière injec­tion ». Tiens ? Ça existe ?Novavax

Bonne semaine à tous, et à dimanche prochain…
Patrice LEMAÎTRE

Les articles du même auteur

Patrice Lemaître

1 commentaire

  1. L’actualité est bien morose cette semaine pas­sée. L’idéologie d’un groupe domi­nant qui gère doré­na­vant nos vies et qui com­mence à bien mai­tri­ser la ges­tion de nos morts futures est bien là. La Bête est pro­téi­forme. Ne pas bais­ser les bras, résis­ter et par exemple : par­ti­ci­per à la jour­née « Porte ouverte » du 30 jan­vier chez tous les bons com­mer­çants. Le QR code sera inter­dit !
    Puisqu’on y est, serait-il pos­sible de deman­der la sup­pres­sion du 20 jan­vier de notre calen­drier. Je pro­pose un vote « selon la pro­cé­dure accé­lé­rée » (for­mule consa­crée, pour expli­quer que doré­na­vant le gou­ver­ne­ment s’as­soit allè­gre­ment sur un pilier de « démo­cra­tie », les contre-pou­­voirs du Parlement), pour pas­ser tout ce qu’il veut. Je pro­pose le 20 jan­vier car : il y a 80 ans, le 20 jan­vier 1942, Reinhard Heydrich, chef des ser­vices de sécu­ri­té alle­mands, met au point la « Solution finale » à la confé­rence de Wannsee. Parmi les digni­taires et hauts fonc­tion­naires nazis se trouve Adolf Eichmann. Ils pla­ni­fient la dépor­ta­tion des Juifs de l’ouest de l’Europe vers les camps d’ex­ter­mi­na­tion situés en Pologne…
    Mais pour­quoi le 20 jan­vier existe encore ? Peut être parce que sans lui le 21 ne pour­rait exis­ter. Puis par effet domi­no, cela nous amène tran­quille­ment au 25 ou nor­ma­le­ment une majo­ri­té des salaires sont ver­sés. Et ça ! ça ne peut pas dis­pa­raitre. Pour avoir droit au 25, il faut bien s’ar­ran­ger avec le 20. Parabole ! Je dis ça, je dis rien.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *