Pourquoi Macron veut-il autant « emmerder » les anti-passe ?

par | 21 jan­vier 2022 | 4 Commentaires 

POURQUOI TANT DE HAINE, il n’y a pas d’autre mot, envers les non vaccinés comme vous et moi ? Pourquoi cette pression psychologique, cette impatience à nous mater ?

En pré­am­bule, et pour bien me faire com­prendre, n’ou­blions pas que Macron ne gou­verne pas. Il n’est que la marion­nette de ce que l’on nomme sou­vent « le Système », nébu­leuse dif­fi­ci­le­ment défi­nis­sable (ce qui fait que beau­coup de gens contestent son exis­tence), com­po­sée pour faire simple, des pontes de la finance inter­na­tio­nale. Ce sont eux qui l’ont choi­si, ce sont eux qui lui donnent les direc­tives, ain­si qu’à tous les diri­geants euro­péens à de rares excep­tions près. La chasse aux non-vac­ci­nés n’est pas ouverte qu’en France. Voyez les pays qui nous entourent, Italie, Allemagne, Autriche… Il convient de noter tou­te­fois le chan­ge­ment radi­cal de poli­tique en Grande-Bretagne où le passe vac­ci­nal est aban­don­né. Pour de bon ? En Espagne également.

Mais pour quelle rai­son voit-on cet achar­ne­ment ? Ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez répon­dront que c’est nor­mal, que les non-vac­ci­nés repré­sentent un dan­ger pour les vac­ci­nés (ne leur deman­dez pas d’ex­pli­quer plus pro­fon­dé­ment cet argu­ment…), ou pour le sys­tème hos­pi­ta­lier, en dépit des chiffres officiels…

Réfléchissons un peu. Pourquoi Big Pharma (une des com­po­santes de la nébu­leuse citée plus haut (mais pas la seule!), vou­drait-il sup­pri­mer le plus vite pos­sible ce groupe irré­duc­tible de non-vac­ci­nés (au sens figu­ré d’a­bord, après…?). Pourquoi a t‑on si peur de ces gens, qui ne demandent rien à per­sonne, qui sont déjà pri­vés au trois quarts de leur vie sociale ?

Revenons aux « vac­cins » (guille­mets de rigueur). Rappelons nous que la phase 3 des essais n’est tou­jours pas ter­mi­née, mal­gré les men­songes répé­tés de la classe diri­geante. Cette der­nière phase vise à mesu­rer l’ef­fi­ca­ci­té et la sécu­ri­té du vac­cin, et fait l’ob­jet d’une sur­veillance très attentive.

Mais comme dans tous les essais cliniques, pour établir une véritable conclusion sur l’efficacité, il est nécessaire d’avoir un groupe témoin

C’est à dire, un groupe qui n’au­ra pas reçu le trai­te­ment et qui pour­ra ser­vir de com­pa­ra­tif au groupe l’ayant reçu. Cette pré­sence du groupe témoin est obli­ga­toire dans tous les essais cliniques.

Aujourd’hui, dans la plu­part des pays d’Europe, envi­ron 70 % de la popu­la­tion est vac­ci­née (chiffres au 9 jan­vier 2022), les non vac­ci­nés (par­mi les­quels les enfants) repré­sentent donc envi­ron 30 % de la popu­la­tion. On est donc bien en pré­sence de deux groupes :
• un groupe « trai­té » par le « vac­cin »,
• et un groupe témoin : les non-vaccinés.

Et c’est jus­te­ment ce qui chif­fonne Big Pharma et par juste consé­quence les diri­geants euro­péens. Que va t‑il se pas­ser lors de l’ho­mo­lo­ga­tion pour la mise sur le mar­ché de ces trai­te­ments expé­ri­men­taux. Il fau­dra bien que tous les cas d’ef­fets indé­si­rables, comme on dit poli­ment, soient étu­diés (myo­car­dites, crises car­diaques… je vous laisse le soin d’al­ler cher­cher la liste). Il fau­dra bien com­pa­rer avec le groupe témoin : nous ! Supposons que les pro­blèmes car­diaques soient en hausse de 20 ou 30 % chez les vac­ci­nés, alors que le nombre serait stable chez les non-vac­ci­nés. Nous appor­te­rions alors la preuve de la for­fai­ture que l’on nous impose depuis une année. Les gou­ver­ne­ments seraient alors som­més d’ex­pli­quer pour­quoi cette injonc­tion à se faire vac­ci­ner coûte que coûte. Quelle serait alors la réac­tion des vac­ci­nés à la publi­ca­tion des résul­tats ? Une grande par­tie, qui aurait échap­pé aux dou­lou­reux effets secon­daires res­te­rait apa­thique, glo­ri­fiant Macron de les avoir pré­ser­vés avec moultes injec­tions d’un pro­duit incon­nu. Pourquoi l’État leur aurait-il men­ti ? N’est-il pas d’a­bord au ser­vice de la popu­la­tion ? Ne sont-ce pas des êtres humains huma­nistes et res­pon­sables ? N’est-ce pas M. Fabius ?

Mais pour les autres ? Si le « vac­cin » a pro­vo­qué une hausse de pro­blèmes car­diaques, de can­cers… que sais-je ? La VMC Véran, Macron, Castex aurait alors du sou­ci à se faire. Et ces der­niers en sont tout à fait conscients et inquiets. D’où l’o­pi­niâ­tre­té tein­tée de haine appor­tée à faire dis­pa­raître ce groupe témoin que les non-vaxx repré­sentent : moins il y aura de non-vac­ci­nés, moins il y aura de preuves des effets secon­daires du vac­cin, et ceci pour plu­sieurs années à venir.

Toutes ces preuves com­mencent à deve­nir gênantes.En Australie, ce sont plus de 10 000 plaintes contre le gou­ver­ne­ment qui ont été dépo­sées pour deman­der des répa­ra­tions à hau­teur de plu­sieurs mil­liards. Pourtant le gou­ver­ne­ment fran­çais reste droit dans ses bottes. Hier soir encore (jeu­di 20 jan­vier 2022) le pre­mier ministre per­siste et signe mal­gré tous les signes qui indiquent une fin proche de la crise sani­taire. Il répète obs­ti­né­ment : vac­ci­nez, vac­ci­nez, vac­ci­nez !
À quoi nous nous devons de répondre : résis­tez, résis­tez, résistez !

Patrice LEMAÎTRE

Les articles du même auteur

Patrice Lemaître

4 Commentaires 

  1. Nous fai­sons, mon mari et moi, par­tie des non-vac­­ci­­nés et nous en por­tons fort bien.
    Mais quel mal­heur d’en­tendre les vac­ci­nés dire que nous sommes des irres­pon­sables !
    Et nous avons éga­le­ment per­du des « amis » qui ne com­prennent pas com­ment nous osons défier l’ordre mon­dial !
    Nous avons la chance d’être à la retraite, mais nous pen­sons à tous ceux qui, hélas, sont obli­gés de pas­ser par la case vac­ci­na­tion pour conser­ver leur tra­vail.
    Quelle honte !

    Répondre
  2. Et oui ! Tout le monde empoi­son­né pour que per­sonne ne puisse prou­ver le délit de vio­la­tion du Code de Nuremberg. En par­ti­cu­lier l’article 1 :
    « Le consen­te­ment volon­taire du sujet humain est abso­lu­ment essen­tiel. Cela veut dire que la per­sonne inté­res­sée doit jouir de capa­ci­té légale totale pour consen­tir : qu’elle doit être lais­sée libre de déci­der, sans inter­ven­tion de quelque élé­ment de force de fraude, de contrainte, de super­che­rie, de dupe­rie ou d’autres formes de contraintes ou de coer­ci­tion. »

    Répondre
  3. Bonjour,
    Je valide à 300% vos dires.
    Ma fille qui tra­vaille dans un col­lège a été en cas contact avec deux col­lègues vac­ci­nés de la 3ème dose qui ont attra­pé le COVID-19. Obligée de faire 2 anti-tests et n’étant pas vac­ci­née, obli­gée de faire un PCR pour reprendre le tra­vail (tout à ses frais). Cela n’est ques­tion que d’argent et les non-vac­­ci­­nés n’attrapent pas le virus car ils ont plus d’an­ti-corps. Dans mon tra­vail, idem. Les vac­ci­nés attrapent le virus, moi non-vac­­ci­­née en très bonne san­té.
    Je pré­fère vivre sans res­tau­rant, sans sor­tie et ne pas avoir de maux de tête et j’en passe, comme mes amies. Respect aux anti-vaxx appe­lés les pes­ti­fé­rés.
    Cordialement.

    Répondre
  4. Cette super­che­rie nous la connais­sons depuis le début. Pas besoin d’être épi­dé­mio­lo­giste pour com­prendre les conflits d’in­té­rêt de l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique alors qu’il existe des trai­te­ments peu coû­teux et effi­caces.
    Le temps don­ne­ra rai­son aux vrais pro­fes­seurs émi­nents que l’on a bafoués et cru­ci­fiés. Ce jour là des têtes vont tom­ber…
    Bonne chance aux 70 % de cobayes qui ont reçu ce vac­cin expé­ri­men­tal et qui acclament les têtes mal pen­santes !!!
    Pour moi tout se passe bien.
    Amicalement.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

soixante-dix −  = soixante cinq