Voici comment vous êtes manipulés

par | 26 avril 2022 | 3 Commentaires 

Cas concret d’une gros­sière mani­pu­la­tion de l’a­gence de presse Reuters. Selon Wikipédia : Près de 2 400 jour­na­listes, rédac­teurs, pho­to­graphes et cadreurs tra­vaillent pour Reuters dans 196 pays à tra­vers le monde. Depuis les années 1960, elle doit prin­ci­pa­le­ment son déve­lop­pe­ment à l’information éco­no­mique et finan­cière.
Au même titre que l’AFP, Reuters est la source de mil­liers de médias dans le monde qui reprennent ses dépêches sans cher­cher à les vali­der. Il est plus impor­tant encore que l’o­li­gar­chie contrôle ces agences de presse que les médias (qu’elle contrôle du reste aus­si) car elles sont « à la source » de l’information.

Ces agences de presse se sont arro­gé le droit de dénon­cer les infox (« fake news ») car elles se consi­dèrent intou­chables. Leurs men­songes prennent alors valeur de vérité.

Exemple de manipulation perpétrée par Reuters :

S’appuyant sur une dépêche de Reuters, Challenges titre le 14 avril : L’UE consi­dère que le paie­ment du gaz en roubles vio­le­rait les sanc­tions contre Moscou.Challenges - gaz russe roubles
Puis on peut lire : 

BRUXELLES (Reuters) – Le paie­ment en roubles des impor­ta­tions de gaz russe, récla­mé par Vladimir Poutine, consti­tue­rait une vio­la­tion du régime de sanc­tions impo­sé par l’Union euro­péenne à la Russie en rai­son de l’in­va­sion de l’Ukraine, peut-on lire dans un docu­ment interne de la Commission euro­péenne

Nous voi­ci ras­su­rés : les Européens res­tent très fermes sur les sanc­tions à l’en­contre de la Russie qui sera asphyxiée, ce qui entraî­ne­ra le mécon­ten­te­ment du peuple russe qui ren­ver­se­ra le tyran de Moscou. L’Europe de la paix est à l’œuvre et pro­tège les Européens. On peut donc voter Macron qui est à la pointe de ce noble com­bat.

À peine quelques jours plus tard :

Le 23 avril, la veille du vote fran­çais pour l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, Reuters annonce : L’UE dit payer le gaz russe en euros pour évi­ter de vio­ler les sanc­tions [source].Reuters - Europe - gaz russe - Euros Roubles
Vous lisez bien : L’UE dit payer le gaz russe en euros.
Il faut com­prendre : Vive l’Europe de Bruxelles qui ne flé­chit pas devant les ukases scé­lé­rats du tyran san­gui­naire de Moscou ! Il faut voter Macron qui œuvre pour cette Europe de la Paix, et non pas pour Marine Le Pen qui veut une autre Europe, une Europe des Nations qui entend renouer le dia­logue avec Moscou.

Mais lisons le texte de la dépêche de Reuters : 

BRUSSELS, April 22 (Reuters) – EU com­pa­nies may be able to work around Russia’s demand to receive gas pay­ments in roubles without brea­ching sanc­tions if they pay in euros or dol­lars which are then conver­ted into the Russian cur­ren­cy, the European Commission said on Friday.

En fran­çais :
BRUXELLES, 22 avril (Reuters) – Les entre­prises euro­péennes pour­raient être en mesure de contour­ner la demande de la Russie de rece­voir des paie­ments de gaz en roubles sans enfreindre les sanc­tions si elles paient en euros ou en dol­lars qui sont ensuite conver­tis en mon­naie russe, a décla­ré ven­dre­di la Commission euro­péenne.

Nous voi­ci ras­su­rés, n’est-ce pas. Mais…

… êtes vous sûrs d’avoir bien lu ?

BRUXELLES, 22 avril (Reuters) – BRUXELLES, le 22 avril (Reuters) – … si elles paient en euros ou en dol­lars qui sont ensuite conver­tis en mon­naie russe

C’est donc bien l’acceptation des exigences de Moscou :

Les entre­prises euro­péennes conver­tissent leurs dol­lars et leurs euros en roubles et paient bien en roubles. Le titre de la dépêche, c’est bien : L’UE dit payer le gaz russe en euros. Et dans le texte Reuters sort une phrase alam­bi­quée qui dit expli­ci­te­ment : Les entre­prises paient en mon­naie russe. Tout et son exact contraire entre le titre et le texte !

La com­mis­sion euro­péenne ne pou­vait pas accep­ter cette red­di­tion la veille du second tour de l’é­lec­tion française.

Il est à noter qu’au­cun média sub­ven­tion­né ne s’est don­né la peine d’in­for­mer ses lec­teurs que l’Europe accep­tait de payer le gaz russe en roubles. Challenges se garde bien de rec­ti­fier son article du 14 avril.
Cerise sur le gâteau : ce tour de passe-passe des­ti­né à mani­pu­ler l’o­pi­nion coû­te­ra plus cher puisque les entre­prises euro­péennes pren­dront à leur charge les frais de recon­ver­sion impu­tés par les banques. En fait les gagnants sont :
1- la Russie
2- les banques
3- Macron dont il ne fal­lait pas contra­rier la réélec­tion.
Les per­dants, ce sont tou­jours les mêmes. Tant qu’ils s’y résignent…

Massimo Luce


Bonus : « Ce qui me gêne, ce n’est pas que tu m’aies men­ti, c’est que doré­na­vant je ne pour­rai plus te croire. » (Friedrich Nietzsche)

Les articles du même auteur

Massimo Luce

3 Commentaires 

  1. « Ce qui pose la ques­tion de la Russie, Poutine (ancien Young Global Leader au WEF) est-il en train de faire le sale bou­lot du Nouvel Ordre Mondial pour finir de détruire nos éco­no­mies, nos mon­naies, afin d’imposer leur fas­ciste Great Reset ? »
    Bien vu ! Comment sidé­rer les peuples et leur faire accep­ter la mon­naie et l’i­den­ti­té numé­rique ? Attention quand même au grain de sable.

    Répondre
    • Je pense que c’est l’in­verse. Il est contre le nou­vel ordre mon­dial. L’alliance Russie-Chine-Inde-Brésil et d’autres court-cir­­cuitent le dol­lar et les tran­sac­tions avec « Switch » et demandent des vraies valeurs basées sur l’or et les res­sources natu­relles (pétrole, gaz, mine­rais …)
      Fini les paie­ments en « papier à colo­rier » dol­lars, euros, livres. Nos gou­ver­nants se tirent une balle dans le pied.

  2. Oui et, à qui appar­tiennent Reuters , AP et AFP ? Leurs pro­prié­taires sont ceux qui contrôlent l’information.

    À qui pro­fite le crime ?

    Ce qui pose la ques­tion de la Russie, Poutine (ancien Young Global Leader au WEF) est-il en train de faire le sale bou­lot du Nouvel Ordre Mondial pour finir de détruire nos éco­no­mies, nos mon­naies, afin d’im­po­ser leur fas­ciste Great Reset ?

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

+ cin­quante = cin­quante cinq