Permanence bâchée

par | 8 juin 2022 | 5 Commentaires 

À Cagnes-sur-Mer, le can­di­dat anti-voile est bâché

Le 20 mai, Dénis Cieslik, le can­di­dat cagnois aux légis­la­tives pour la sixième cir­cons­crip­tion des Alpes Maritimes, inau­gure sa per­ma­nence de cam­pagne, au 19 rue Pasqualini.

Permanence Reconquête Cagnes-sur-Mer

Dénis Cieslik attend ses invi­tés pour l’i­nau­gu­ra­tion le 20 mai 2022…

Permanence Reconquête Cagnes-sur-Mer

… en pré­sence de Marion Maréchal venue lui appor­ter son soutien

La per­ma­nence est idéa­le­ment située à un nœud rou­tier au cœur de la ville, d’une grande visi­bi­li­té. Jusqu’à ce que, dès potron minet le 3 juin, une entre­prise débarque ses écha­fau­dages pour bâcher le bureau de campagne.
Permanence Reconquête Cagnes-sur-Mer (4)

En poli­tique, tous les coups sont per­mis, même les plus tor­dus mais là, la ficelle est un peu grosse. Pour le can­di­dat du par­ti Reconquête ! d’Éric Zemmour, qui vou­drait inter­dire le voile dans l’es­pace public, il faut bien admettre que ce bâchage res­te­ra dans les bêti­siers politiques.

Les réseaux sociaux s’emparent de l’af­faire et dévoilent la super­che­rie.
Las de cette polé­mique, Louis Nègre, sou­tient de sa can­di­date Laurence Trastour, se défausse de toute res­pon­sa­bi­li­té par un com­mu­ni­qué de presse.

Cliquer sur l’i­mage pour l’agrandir

On peut y lire : « Le 30 mai, l’entreprise demande l’autorisation d’installer l’échafaudage sans évo­quer auprès des ser­vices muni­ci­paux, non seule­ment l’installation d’une per­ma­nence quelques jours plus tôt et en joi­gnant une pho­to du com­merce qui exis­tait aupa­ra­vant. Demande accor­dée par arrê­té muni­ci­pal daté du même jour. »

Alors que le can­di­dat était ins­tal­lé depuis le 20 mai, soit depuis dix jours, le maire a donc par arrê­té muni­ci­pal accep­té l’ou­ver­ture du chan­tier. Ce der­nier a feint d’i­gno­rer la pré­sence de M. Cieslik, s’ap­puyant sur une hypo­thé­tique pho­to ancienne. Pourtant, il lui appar­te­nait plei­ne­ment de repor­ter, ne serait-ce que de deux semaines, l’ou­ver­ture de ces tra­vaux d’o­pa­si­sa­tion.

Sans faire au maire de pro­cès d’in­ten­tion, ou peut légi­ti­me­ment dou­ter que la mise en place de cet écha­fau­dage n’a pas été pré­ci­pi­tée pour un chan­tier enga­gé depuis 2021 et d’une durée de plu­sieurs mois.

Qu’à cela ne tienne, puis­qu’on voile sa per­ma­nence, Dénis Cieslik cir­cu­le­ra avec son camion dans toutes les rues de la cir­cons­crip­tion, à moins que le maire ne bâche le véhi­cule, là aussi ?
Permanence Reconquête Cagnes-sur-Mer

Michel Lebon

Les articles du même auteur

Michel Lebon

5 Commentaires 

  1. A vrai dire. Ou le maire ne connait pas du tout les implan­ta­tions des com­merces (ouver­ture d’un com­merce à décla­rer par son pro­prié­taire)
    ou c’est inten­tion­nel­le­ment.
    Dans tous les cas, il n’est pas très res­pon­sable de la vie active de sa ville

    Répondre
  2. Bâché ou bâclé ?

    Avis aux nanas responsables.… 

    11/​06/​2022 – Journal de Guerre N° 37 (J + 107) – https://wp.me/p4Im0Q-5AH – Femmes, ils vous aiment et le disent en pari­té ! C’est quand la grande rafle élec­to­rale ? Qui ’empor­te­ra les « PNEUS » de secours pour qu’ensemble, nous nous bat­tions entre nous, hommes, femmes, enfants, poly-tri­­cards et con-citoyens….

    Répondre
  3. Tous ces poli­ti­ciens sont des petits mecs, des médiocres. Ils sont tous enflés de leur égo méphi­tique.
    J’avais l’in­ten­tion de ne pas aller voter parce-que fran­che­ment, ça ne sert à rien. Il y a belle lurette que nous ne sommes plus en démo­cra­tie et je n’a­vais pas envie d’être le faire-valoir de cette comé­die minable et délé­tère.
    Mais là j’i­rai voter pour le can­di­dat de Reconquête que je ne connais pas. Juste pour faire chier cet imbé­cile de NÈGRE. Au moins ça ser­vi­ra à ça.

    Répondre
  4. « Le maire Louis Nègre »
    Je n’au­rais pas cru qu’on ait le droit de s’ap­pe­ler ain­si de nos jours.

    Répondre
    • Excellent. Bel humour de déri­sion en ces temps de sup­pres­sisme et de rem­pla­cisme par la doxa domi­nante pseu­­do-bien pensante.

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

soixante − cin­quante deux =