Le sergent-chef

par | 15 sep­tembre 2022 | 3 Commentaires 

Comment on fait pour être chef, chef ?

De l’é­lève pré­mi­li­taire au maré­chal, la hié­rar­chie mili­taire compte aujourd’­hui pas moins de 23 éche­lons, grades et dis­tinc­tions.
Vous devez savoir qui saluer et par qui se faire saluer. Devant qui se mettre au garde-à-vous. Quand sonne le clai­ron du rata, ne vous trom­pez pas de cantine.

Mode d’emploi

- Ainsi, ils sont cinq grades à la gamelle de l’or­di­naire troupe. Du simple trou­fion au der­nier né en 2009 : le capo­ral-chef de 1ère classe bar­dé de 4 barres bario­lées.grade-troupes-de-marine-haute-visibilite-caporal-chef-de-1ere-classe- Du ser­gent à l’ad­ju­dant-major, ils sont 6 grades à être ser­vis au mess sous-off. En pas­sant par le der­nier-né en 2022, le ser­gent-chef-major bar­dé de quatre che­vrons.
Lequel ser­gent-major, bas-offi­cier créé en 1776 a dis­pa­ru pour être ser­gent-chef. Puis réta­bli de 1942 à 1962 pour être à nou­veau sup­pri­mé en 1971. Pour être encore réta­bli en 2022. Il faut suivre.

« Un ser­gent ne peut plus attendre sept ans pour être for­mé au niveau auquel il est d’ores et déjà employé. C’est pour­quoi le nou­veau bre­vet mili­taire du 2e niveau […] devien­dra un pas­sage impo­sé du cur­sus des sous-offi­ciers… » [source]

grade-troupes-de-marine-haute-visibilite-caporal-chef-de-1ere-classe (2)

- De l’as­pi­rant, sous-offi­cier qui aspire à deve­nir offi­cier subal­terne, aux géné­raux 5 étoiles, ils sont 11 grades à se retrou­ver se res­tau­rer au mess offi­cier.
- Pour finir avec le bâton de maré­chal à la constel­la­tion de 7 étoiles sur le képi. Il n’y en a plus aujourd’­hui. Le der­nier nom­mé de son vivant fut le Maréchal Juin, en 1952. Le 2 étoiles de Gaulle aura refu­sé la distinction.

Pour ce qui est de la cou­leur des galons, de l’or, de l’argent, du vert, du rouge, du bleu ciel, etc., on ver­ra une autre fois.

Quant à la Marine natio­nale, où le capi­taine de fré­gate est un lieu­te­nant-colo­nel, le lieu­te­nant de vais­seau est un capi­taine, le maître est un ser­gent-chef… Bon courage.

Attention ! Le maré­chal des logis est un pale­fre­nier de la cava­le­rie qui n’a rien à voir avec le dis­tin­gué maré­chal de France.

À noter que le célèbre mathé­ma­ti­cien Henri Poincaré à qui Einstein doit tout, ayant raté Polytechnique, ne sera res­té « que » ser­gent-major.Plume sergent-major
Article écrit par votre ser­vi­teur, ser­gent-chef, ins­pi­ré par le ser­gent Garcia, écrit à la plume ser­gent-major, sur la musique de Sergent Pepper.

Repos ! Vous pou­vez fumer.

Michel Lebon

Les articles du même auteur

Michel Lebon

3 Commentaires 

  1. J’ai connu le grade de ser­gent-major – quatre che­vrons Citroën – ça fai­sait beau­coup de « V » alors le bif­fin tou­jours taquin disait « au rab de nouilles ! » Et puis capo­­ral-chef, les deux che­vrons rouge de capo­ral sur­mon­tés d’un che­vron doré de sous-off, esthé­ti­que­ment c’é­tait la classe ! Le ser­gent « appe­lé » avait son che­vron doré, l’ADL (Au delà de la Durée Légale!), ça fai­sait pauvre quand on croi­sait la MP ‑Military Police – sapée Milord où le moindre trou­fion de 1ère Classe (Private First Class) avait le même che­vron jaune et une belle cas­quette. La biffe fran­çaise por­tait le béret enfon­cé jus­qu’aux oreilles (par moins 15° !) et des gants kakis tri­co­tés qui lais­saient pas­ser le froid gla­cial. Et je vous dis pas la garde de nuit à se geler les pieds dans des cro­que­nots à guêtres de toile, une capote qui pèse un âne mort en cas de pluie ! les ricains avaient des par­kas four­rées, des gants pour pôle nord et des chaus­sures four­rées aus­si à semelles épaisses. Comme disaient les anciens « ça vous fait la bite, la bleu­saille ! ».
    Sûr qu’on n’a pas été dor­lo­tés, du rustique !

    Répondre
    • Sur la pho­to Pierre Mondy porte un calot avec trois barres de capi­taine… pas de sergent-chef. 😉

    • Réponse à Furax :
      Oui, c’est bien vu.
      Les 3 bar­rettes du calot de Pierre Mondy sont en effet les 3 bar­rettes de capi­taine, mais… dans le film, Mondy est bien le ser­gent-chef Chaudard, et non pas le capi­taine Chaudard. Il porte ses trois galons en dia­go­nale pour « faire » chef.
      La cos­tu­mière n’a pas dû savoir faire la dif­fé­rence, per­sonne n’a remar­qué cette embrouille et le film est sor­ti avec le suc­cès que l’on sait.

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

dix-huit +  = vingt huit