Ma semaine d’observation de l’info (18 septembre 2022)

par | 18 sep­tembre 2022 | Aucun com­men­taire

Dimanche 11 septembre 2022

À l’ins­tar de son col­lègue Bruno Le Maire, la chef de la diplo­ma­tie fran­çaise Catherine Colonna sou­tient que la stra­té­gie des sanc­tions adop­tées par les pays occi­den­taux contre la Russie est la bonne et qu’elle est effi­cace : « Les sanc­tions fonc­tionnent. Il serait faux de dire qu’elles n’ont pas d’effet sur l’économie russe. Le PIB russe est en baisse. Des pans nom­breux de son indus­trie sont frap­pés ».
Mais les don­nées éco­no­miques nous font décou­vrir une toute autre ver­sion, et sou­lignent la bonne résis­tance de l’é­co­no­mie russe qui pro­fite notam­ment de l’ex­plo­sion du prix de l’éner­gie : « Moscou empoche plus de recettes que jamais grâce à de nou­veaux ache­teurs et à de nou­veaux opé­ra­teurs grâce à la demande mon­diale de pétrole brut, appa­rem­ment insa­tiable » (Wall Street Journal). De fait, la pro­duc­tion pétro­lière de la Russie a pra­ti­que­ment retrou­vé le niveau qui était le sien avant le début de l’of­fen­sive en Ukraine.
Même François Lenglet, « l’é­co­no­miste » de TF1 recon­naît que « La Russie n’a pas besoin de finan­ce­ment, elle est lit­té­ra­le­ment noyée sous le cash depuis l’in­va­sion de l’Ukraine ».
S’il est vrai que le PIB de la Russie a légè­re­ment décru, sa mon­naie, le rouble est deve­nu une des mon­naies les plus per­for­mantes en 2022, grâce aux mesures de contrôle des capi­taux mises en place par les auto­ri­tés…
Où en est l’€uro ?Conversion Euro Rouble sur 5 ans

Réponse : au plus bas !

Lundi 12 septembre 2022

Si la hausse des prix ins­pire et sus­cite des inquié­tudes en France, les mani­fes­ta­tions qui s’y sont dérou­lées (mal­gré les déné­ga­tions de LCI ain­si que je le mon­trais la semaine der­nière, voir mer­cre­di 7 sep­tembre 2022) ne sont pas les seules en Europe.
En Autriche, à Vienne, ont eu lieu ce wee­kend d’im­menses mani­fes­ta­tions contre l’aug­men­ta­tion des prix de l’éner­gie par­ti­cu­liè­re­ment. Des mil­liers de mani­fes­tants sont des­cen­dus dans la rue pour deman­der au gou­ver­ne­ment de stop­per les sanc­tions visant la Russie.
« Ouvrez Nord Stream », a‑t-on pu voir sur une des affiches bran­dies par les mani­fes­tants, en réfé­rence au pro­jet de gazo­duc sus­pen­du dans le cadre des sanc­tions contre Moscou après le lan­ce­ment de l’of­fen­sive russe en Ukraine.
En plus du mécon­ten­te­ment contre les sanc­tions russes, les Autrichiens réagissent à l’in­fla­tion notam­ment des prix de l’éner­gie : « Cette année, le prix du bois a dou­blé par rap­port à l’an­née der­nière. Et avec l’ex­cuse bon mar­ché, c’est à cause de la guerre d’Ukraine. Mais le bois ne vient pas d’Ukraine, il vient d’Autriche. »
Des mani­fes­ta­tions contre l’in­fla­tion avaient déjà eu lieu au sein de plu­sieurs pays de l’UE : 70 000 per­sonnes avaient mani­fes­té à Prague le 3 sep­tembre (illus­tra­tion ci-des­sous) pour deman­der la démis­sion du gou­ver­ne­ment et, entre autres sujets, dénon­cer l’in­fla­tion et les trop grands sacri­fices exi­gés pour l’Ukraine. Le Premier ministre y a bien sûr vu la main des « pro-russes ».
« La République tchèque d’a­bord » c’est der­rière ce slo­gan que les mani­fes­tants ont défi­lé, accu­sant le gou­ver­ne­ment tchèque d’ac­cor­der plus d’at­ten­tion à l’Ukraine qu’à ses propres citoyens. À noter qu’à Prague, d’autres slo­gans étran­gers aux pro­blèmes éner­gé­tiques appa­rais­saient dans les cor­tèges : la vac­ci­na­tion contre le Covid-19 ou encore la pres­sion migratoire.Manifestation à Prague

Manifestation à Prague

Mardi 13 septembre 2022

Connaissez-vous la CADA ? Probablement pas.
Il s’a­git de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs. Une loi, votée le 17 juillet 1978 a consa­cré un droit d’accès aux docu­ments admi­nis­tra­tifs de l’État au béné­fice de tout citoyen, sous réserve d’exceptions telles que le secret-défense, le droit au res­pect de la vie pri­vée ou encore le secret médi­cal.
Tout citoyen peut en effet deman­der à l’Administration de lui four­nir les docu­ments le concer­nant. En cas de refus de celle-ci, le citoyen peut alors sai­sir la CADA, ins­ti­tuée pré­ci­sé­ment pour veiller au res­pect de ce droit d’accès.
Oui, mais… la CADA n’a aucun pou­voir de contrainte sur l’administration. Elle ne peut que l’inviter à com­mu­ni­quer le docu­ment, elle ne peut ni lui enjoindre de le faire ni la sanc­tion­ner en cas de silence. Autrement dit : elle ne sert à rien !
Ainsi, pour don­ner un exemple pré­cis, la trans­pa­rence des contrats publics de l’Élysée fait tou­jours défaut. En effet, mal­gré un avis favo­rable de la Commission d’accès aux docu­ments admi­nis­tra­tifs (CADA) en avril, l’Élysée n’a tou­jours pas ren­du publics les contrats du pre­mier quin­quen­nat d’Emmanuel Macron.CADA - Commission Accès Documents Administratifs

Mercredi 14 septembre 2022

N’étant pas, et de loin, un admi­ra­teur, et encore moins un spé­cia­liste de Godard, dont j’ai tou­jours trou­vé les films d’un incom­men­su­rable ennui, je laisse la parole à Nicolas Bonnal, qui, lui, cumule ces deux qua­li­tés, pour évo­quer la dis­pa­ri­tion du cinéaste de la « nou­velle vague ».
• Dans « À bout de souffle », Godard montre (et dénonce sans doute sans le vou­loir) l’américanisation en pro­fon­deur et en sur­face de la France. La France est déjà un pays englou­ti par l’américanisation, peut-être plus que d’autres (d’où sans doute ce très inutile anti­amé­ri­ca­nisme qui nous marque tous). La belle amé­ri­caine mène notre voyou fran­chouillard à la mort (comme aujourd’hui ils nous rem­mènent à l’abattoir – on y a pris goût).
• Dans « Alphaville » Godard annonce le nazisme numé­rique de la Commission de Bruxelles. C’est la vic­toire du pro­fes­seur Von Braun et de la machine. On a tant écrit sur ce sujet – pour rien encore…
• Dans « Deux ou trois choses que je sais d’elle », Godard filme l’horreur des ban­lieues et des HLM. Le Grand Remplacement a déjà eu lieu et il est dans les têtes et les pay­sages.
• Dans « Le Petit sol­dat » Godard fait un film d’extrême-droite, peut-être le seul du ciné­ma fran­çais. C’est sur la guerre d’Algérie.
• Dans « Le Mépris » (qui passe à la TV ce soir), Godard lamente avec le thème sublime de Delerue la fin du ciné­ma, la fin des dieux (il cite Hölderlin et nous montre Fritz Lang), et la fin de la Méditerranée. Le tou­riste va rem­pla­cer les héros odys­séens. La crise du couple nous bas­sine un peu plus.
Il faut recon­naître au cinéaste un cer­tain cou­rage pour avoir décla­ré un jour : « Les atten­tats sui­cides des Palestiniens pour par­ve­nir à faire exis­ter un État pales­ti­nien res­semblent en fin de compte à ce que firent les juifs en se lais­sant conduire comme des mou­tons et exter­mi­ner dans les chambres à gaz, se sacri­fiant ain­si pour par­ve­nir à faire exis­ter l’État d’Israël ». Beaucoup ont été condam­nés pour bien moins que ça. Il est vrai que dans le milieu du ciné­ma, on n’est pas vrai­ment en terre étran­gère.
Pour finir je laisse la conclu­sion à notre Brigitte Bardot natio­nale :
« Et Godard créa Le Mépris, et c’est À bout de souffle qu’il a rejoint le fir­ma­ment des der­niers grands créateurs d’étoiles… »Le Mépris - Godard - Brigitte Bardot

Jeudi 15 septembre 2022

Samy Amimour était l’un des trois assaillants du Bataclan en novembre 2015.
Sa veuve, Kahina El H., qui serait née en jan­vier 1997, était par­tie en Syrie en octobre 2014, deux mois avant les atten­tats de Charlie Hebdo et de l’Hyper-Cacher et un an avant ceux du 13 novembre 2015. C’est une fois par­ve­nue en Syrie, qu’elle a très rapi­de­ment épou­sé Samy Amimour.
En décembre 2014, Kahina El H. envoyait une vidéo à la sœur de son mari dans laquelle elle « mena­çait de venir en France pour égor­ger les mécréants ». Plus tard, elle appa­rais­sait sur une pho­to armée d’une kalach­ni­kov.
Au cou­rant de l’an­née 2015, elle avait aus­si mena­cé de mort une de ses anciennes amies qui avait ces­sé de por­ter le voile.
Début juillet, la France a fait reve­nir 35 mineurs et 16 mères, pre­mier rapa­trie­ment mas­sif depuis la chute en 2019 du « cali­fat » du groupe Daesh, alors que jus­qu’i­ci, la France pri­vi­lé­giait « le cas par cas » et avait seule­ment rapa­trié des enfants. Parmi les femmes rapa­triées, âgées de 22 à 39 ans, figu­rait jus­te­ment cette douce madame. On vient seule­ment d’ap­prendre cette nou­velle, et le même jour, la Cour euro­péenne des droits de l’Homme (CEDH) a ren­du un arrêt très atten­du sur le rapa­trie­ment des familles de dji­ha­distes fran­çais. Elle a condam­né la France pour avoir enfreint cer­tains points de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et lui a deman­dé de réexa­mi­ner les demandes de rapa­trie­ment de familles de dji­ha­distes pré­sentes en Syrie.
Où est pas­sée notre sou­ve­rai­ne­té natio­nale qui dis­pa­raît, même face au terrorisme ?

Samy Amimour - Kahina El H

Kahina El H. – Samy Amimour

Vendredi 16 septembre 2022

Face aux mani­fes­ta­tions qui se mul­ti­plient en Europe contre l’aide de l’UE à l’Ukraine qui selon de plus en plus d’Européens est la cause de l’in­fla­tion ter­rible des fac­tures éner­gé­tiques, le chef de la diplo­ma­tie de l’Union euro­péenne Josep Borrell, a réagi.
Il déplore que les gens veuillent mettre fin à la guerre parce qu’ils ne peuvent pas en sup­por­ter les consé­quences, les coûts. Il aime­rait que cette men­ta­li­té soit dépas­sée.
Pour rap­pel, l’UE a adop­té de nom­breuses sanc­tions éco­no­miques et diplo­ma­tiques contre la Russie et livré des arme­ments à Kiev, en réac­tion à l’o­pé­ra­tion spé­ciale lan­cée en février par Vladimir Poutine.
L’UE se montre donc bien un va-t-en guerre ser­vile des États Unis. N’oublions pas en effet que cette « guerre » est deve­nue un conflit amé­ri­ca­no-russe, sur le dos des popu­la­tions ukrai­niennes, mais sans dan­ger pour les popu­la­tions amé­ri­caines.
Rappelons encore que la construc­tion de « l’Europe » s’est faite en pré­ci­sant que c’é­tait le seul moyen pour qu’il n’y ait plus de guerre sur ce continent !

Guerre Serbie - Bombardement Serbie par l'OTAN en 1999

Bombardement Serbie par l’OTAN en 1999

Samedi 17 septembre 2022

Pour la Police de la Pensée, le « Grand Remplacement » (concept for­ma­li­sé par l’é­cri­vain Renaud Camus) n’existe pas. Et comme il n’existe pas, il faut l’in­ven­ter dit la sagesse. C’est à quoi veut s’at­ta­quer notre pré­sident, en pro­po­sant de dépla­cer des mil­liers immi­grés clan­des­tins vers les « espaces ruraux » pour leur offrir de meilleures condi­tions d’intégration, tout en lut­tant contre la déser­ti­fi­ca­tion rurale.
Le rai­son­ne­ment de Jupiter tient sur un constat qu’il a lui-même éta­bli : il ne faut pas mettre les immi­grés clan­des­tins qui arrivent là où il y a déjà des popu­la­tions en dif­fi­cul­té sociale, voire de la misère. C’est exac­te­ment le rai­son­ne­ment que tenaient les diri­geants de la France il y a cin­quante ans. Conséquence : les ban­lieues où vivaient tran­quille­ment de nom­breuses familles fran­çaises ont été occu­pées par des hordes migra­toires et vidées de leurs habi­tants ori­gi­nels.
Le pro­jet de Macron est donc de réité­rer cette stu­pi­di­té dans les cam­pagnes fran­çaises, là où les Français votent mal… ça leur appren­dra.
À noter qu’en Floride, pour pro­tes­ter contre la poli­tique du pré­sident Joe Biden, qu’ils accusent d’a­voir trans­for­mé la fron­tière avec le Mexique en pas­soire, deux avions ont été affré­tés le 14 sep­tembre par le gou­ver­neur de la Floride. Le séna­teur de la Floride, Ron DeSantis, a effet déci­dé d’en­voyer à son tour des immi­grés clan­des­tins vers le Massachusetts, plus pré­ci­sé­ment, sur l’île de Martha’s Vineyard. Le lieu est connu pour abri­ter les rési­dences d’é­té de la jet set et des pré­si­dents amé­ri­cains.
Et si on fai­sait de même au Touquet ?
Plusieurs orga­ni­sa­tions, dont le par­ti d’Éric Zemmour, « Reconquête ! », appellent d’ailleurs à mani­fes­ter le 17 sep­tembre contre l’im­plan­ta­tion de réfu­giés dans un vil­lage de Bretagne, envi­sa­gée par une asso­cia­tion pour expé­ri­men­ter un… « vil­lage mul­ti­cul­tu­rel ».Breton - Non proejt Horizon

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…
Patrice LEMAÎTRE

Les articles du même auteur

Patrice Lemaître

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

vingt quatre −  = vingt trois