La corrida ? Une seule solution

L’un de nos lec­teurs nous fait par­ve­nir ce petit billet que nous relayons volon­tiers tant il est plein d’hu­mour, de per­ti­nence et… d’impertinence.

Je ne suis ni pour ni contre la cor­ri­da.
C’est une culture plu­ri­mil­lé­naire remon­tant au taurobole.

Taurobole

Le tau­ro­bole était un sacri­fice pro­pi­tia­toire au cours duquel on sacri­fiait un tau­reau en lui trans­per­çant le cœur avec un glaive, d’une esto­cade à tra­vers la poi­trine, attes­té au moins depuis le Ier siècle1. À l’origine il était asso­cié au culte de Mithra [source Wikipédia].

Cependant ces braves tau­reaux n’ont jamais été consultés.

J’ai lu, pour me faire une idée sur la ques­tion, un texte tru­cu­lent d’Ernest Benoit-Germain paru en 1921, inti­tu­lé « Pétition des tau­reaux à Jupiter et réponse du dieu, le tout cer­ti­fié conforme », avec en post­face un télé­gramme des tau­reaux de Séville à leurs confrères de Camargue.

Cliquer sur l’i­mage pour l’agrandir

Je vous en recom­mande la lec­ture(1).

Mais pour en reve­nir à nos tau­reaux, afin de satis­faire les ama­teurs et les adver­saires, les pour et les contre, pour qu’il n’y ait plus d’animosité entre les bar­bares san­gui­naires et les cin­glés radi­caux wokistes et sur­tout pour que les défen­seurs des ani­maux soient défi­ni­ti­ve­ment pri­vés de tout argu­ment contre la cor­ri­da, je pro­pose la solu­tion idéale :

Remplacer le taureau par un mouton.

JacquesR

(1) https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10916854/f4.item

Nous remer­cions JacquesR., et invi­tons nos lec­teurs ins­pi­rés à nous faire par­ve­nir leurs traits d’hu­meur sur tout ce qui leur passe par la tête.
Nous les publie­rons si nous pen­sons que cela peut aus­si plaire à nos lecteurs.

La rédac­tion

14 Commentaires 

  1. Pour res­ter dans le sujet de la souf­france ani­male, plu­ri­quo­ti­dienne celle là, effec­ti­ve­ment quid de l’ab­ba­tage « rituel » (toutes reli­gions concer­nées …) et pour­quoi ce brave Caron se garde t‑il d’en deman­der l’interdiction ?

    Répondre
  2. « « Avant une cor­ri­da, les oreilles sont bour­rées de jour­naux mouillés ; De la vase­line est frot­tée dans ses yeux pour brouiller sa vision ; du coton est enfon­cé dans ses narines pour rendre la res­pi­ra­tion dif­fi­cile et une aiguille est coin­cée entre ses organes géni­taux. De plus, une sub­stance cor­ro­sive est frot­tée sur ses jambes afin de lui faire perdre l’é­qui­libre. Tout cela l’empêche éga­le­ment de se cou­cher par terre. Pour le déso­rien­ter, il est gar­dé avant d’af­fron­ter l’a­rène dans un espace étroit et sombre pen­dant quelques jours. Une fois libé­ré, il court déses­pé­ré­ment vers la lumière comme s’il sor­tait d’un long tun­nel. Il pense que sa souf­france est enfin ter­mi­née et qu’il sera libé­ré, au lieu de cela, il se pré­ci­pite dans l’a­rène pour affron­ter ses assas­sins et une foule de sadiques qui réclament. » »
    Gabriella Dimastodonato

    Répondre
    • Judith,
      je me per­mets une petite ques­tion en m’ap­puyant sur cette belle syn­thèse. J’espère que vous m’en excu­se­rez pas avance.
      Vous par­lez de la « pré­pa­ra­tion » des tau­reaux ou s’a­git-il d’une méta­phore pour par­ler du peuple fran­çais ?
      Je vous pro­pose donc une nou­velle lec­ture en uti­li­sant quelques mots de rem­pla­ce­ment.
      « Avant une élec­tion, les oreilles sont bour­rées de pro­pa­gande mains­tream. La télé­vi­sion est la vase­line qui est frot­tée devant les yeux pour brouiller sa vision. Un masque FFP2 ou un baillon légal est enfon­cé dans ses narines pour rendre la res­pi­ra­tion dif­fi­cile et l’ai­guille de la peur est coin­cée entre ses organes géni­taux. De plus une sub­stance cor­ro­sive comme l’in­fla­tion est frot­tée sur son quo­tid­fien pour lui faire perdre l’é­qui­libre. Tout cela l’empêche éga­le­ment de res­ter debout. Pour le déso­rien­ter, il est gar­dé avant d’af­fron­ter l’a­rène sous la pres­sion per­ma­nente de la perte de son « art de vivre » pen­dant des jours. Une fois qu’on lui donne l’im­pres­sion d’être libé­ré, il court déses­pé­ré­ment vers la lumière comme s’il sor­tait d’un long tun­nel. Il pense que sa souf­france est enfin ter­mi­née et qu’il sera libé­ré, au lieu de cela, il se pré­ci­pite aux urnes pour affron­ter ses assas­sins et une foule de sadiques qui réclament. »

    • Bravo Madrake !
      Comme c’est bien vu.

  3. Un régal cette lec­ture.
    E. Benoit-Germain était un remar­quable félibre mainteneur.

    Répondre
    • Mandrake, votre texte est inté­res­sant. Hélas, les tau­reaux de cor­ri­da sont tor­tu­rés comme c’est décrit, donc très affai­blis pour affron­ter le com­bat, ce qui est pro­fon­dé­ment déloyal. Votre méta­phore est juste, d’au­tant plus juste que les tau­reaux peuvent repré­sen­ter les hommes, « les francs », la viri­li­té atta­quée comme jamais.

  4. Ce que les par­ti­sans de la sup­pres­sion de la cor­ri­da ne com­prennent pas, c’est que voi­là le pre­mier doigt dans l’en­gre­nage des inter­dic­tions de tout ce qui touche à l’a­ni­mal… Le « dépu­té » A. Caron, vegan et anti-spé­­ciste reven­di­qué, a pro­ba­ble­ment d’autres idées der­rière la tête. Comme il faut pro­té­ger toutes les espèces ani­males, y com­pris les mous­tiques (c’est lui qui l’a dit) la pro­chaine étape de ce bobo pari­sien sera d’in­ter­dire les courses hip­piques, puis les clubs équestres (de quel droit fait-on souf­frir ces pauvres che­vaux) et puis, soyons fous, les ani­maux domes­tiques… Et com­bat suprême l’in­ter­dic­tion de man­ger de la viande. Voulez-vous de ce monde-là ?

    Répondre
    • Bonjour les amalgames !

  5. Comment peut-on être pour cette bar­ba­rie ??? C’est à vomir… S’amuser de la souf­france d’un être vivant, s’a­mu­ser à le voir cra­cher du sang !!! La honte !!!

    Répondre
  6. Il est clair que cette his­toire de cor­ri­da est lan­cée par les wokistes de la France Insoumise qui trouvent là un bon motif pour mettre à mal les tra­di­tions euro­péennes.
    Ces mêmes dépu­tés feraient mieux de mettre leur nez dans le sang qui gicle des ani­maux égor­gés à vif lors des mas­sacres que pra­tiquent au quo­ti­dien les suri­neurs paten­tés par les imams pour rem­plir leurs escar­celles.
    Pourquoi ces mêmes dépu­tés n’in­ter­disent-ils pas le mas­sacre bar­bare de dizaines de mil­liers de pauvres agneaux égor­gés vifs, sau­va­ge­ment, sans étour­dis­se­ment et dans les pires condi­tions (y com­pris sani­taires) lors de l’Aïd el Kébir ?

    Répondre
    • Pourquoi ne pas deman­der à un dépu­té musul­man de faire une démons­tra­tion à l’as­sem­blée natio­nale de l’é­gor­ge­ment d’un mou­ton et de mon­trer que cette tra­di­tion reli­gieuse est belle et pleine de poésie.

  7. Excellente idée !
    Cela sédui­ra les isla­­mo-gau­­chistes puisque l’a­gneau ain­si sacri­fié sera hallal !

    Répondre
    • Ce n’est pas une rai­son de tor­tu­rer un tau­reau ! Aucune excuse, aucune jus­ti­fi­ca­tion ! C’est de la cruau­té et de le perversité !

    • Hallal ? C’est l’hô­pi­tal qui se fout de la cha­ri­té. Toute viande est kasher désormais.

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *