Ma semaine d’observation de l’info (20 novembre 2022)

par | 20 novembre 2022 | 3 Commentaires 

Dimanche 13 novembre 2022

Vous pos­sé­dez peut-être chez vous, une arme de caté­go­rie A, B, ou C selon la loi fran­çaise. Vous savez alors cer­tai­ne­ment que celle-ci est sou­mise à une décla­ra­tion préa­lable aux ser­vices de l’État.
Celui-ci va jus­te­ment orga­ni­ser une grande col­lecte du 25 novembre au 2 décembre dans des « armo­dromes » dis­per­sés dans les gen­dar­me­ries, clubs de tirs et autres sur l’en­semble du ter­ri­toire.
Il paraît qu’en France, 5 à 6 mil­lions d’armes non décla­rées « dorment » chez les par­ti­cu­liers. Donc si vous ne vou­lez pas ris­quer de pour­suites judi­ciaires, vous devrez vous en débar­ras­ser !
Et celles qui ne « dorment » pas ? Combien de divi­sions ?
En 2021, M. Jean-Luc MÉLENCHON affir­mait qu’il y avait près de 11 mil­lions d’armes illé­gales en France. Ce chiffre est par défi­ni­tion dif­fi­ci­le­ment véri­fiable. Cependant, une esti­ma­tion réa­li­sée par des cher­cheurs indé­pen­dants laisse entendre que le repré­sen­tant de LFI serait lar­ge­ment en deçà de la réa­li­té. Plusieurs mil­lions d’armes sont dans la nature, mais pas for­cé­ment chez M. ou Mme Toulemonde…
Va t‑on orga­ni­ser des « armo­dromes » dans les ban­lieues ? On pour­rait y récu­pé­rer nombre de Kalashnikov, non ? Certainement pas !
Cela signi­fie que les seuls qui vont pou­voir conti­nuer à pos­sé­der des armes seront les voyous en tous genres, ou isla­mistes de tous poils. Ce qui risque de poser de gros pro­blèmes le jour où, comme disait Gérard Collomb, ancien ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, nous nous trou­ve­rons face à face !Gérard Collomb

Lundi 14 novembre 2022

Vous avez aimé le « passe sani­taire » puis le « passe vac­ci­nal », vous allez ado­rer le futur « passe car­bone » !
C’est en effet la pro­chaine étape de la main-mise sur nos liber­tés, que nous concocte notre gou­ver­ne­ment aux ordres de Bruxelles et sa clique de mon­dia­listes.
Je vous entends déjà dire : « Oh, cette fois… ils ne nous auront plus ! ». Je suis prêt à prendre les paris. Combien d’entre vous, sans aucune obli­ga­tion (pour l’ins­tant), a déjà déci­dé de bais­ser son chauf­fage cet hiver ?
Pour l’ins­tant, ce n’est qu’une recom­man­da­tion, mais cela devrait vite deve­nir une obli­ga­tion sous la forme d’un quo­ta car­bone à ne pas dépas­ser sous peine de sanc­tions et d’interdictions en tous genres.
BFMTV, la télé de Drahi, nous pré­vient, en nous expli­quant à quoi pour­ra res­sem­bler ce nou­veau « passe » que l’Europe d’Ursula von der Leyen pré­voit déjà pour 2050.
À chaque « consom­ma­teur » sera attri­bué un cré­dit de CO2, dans la limite de 2 tonnes par an, sachant qu’un steak de bœuf de 250 g équi­vaut à 6 kg de CO2, un plein de 50 litres de car­bu­rant à 50 kg, une baguette à 150 g… Un aller-retour en avion Paris/​New York beau­coup plus coû­teux : 1 tonne de CO2.
En 2019, une start-up sué­doise avait déjà ima­gi­né avec Mastercard (les banques sont tou­jours dans le coup), une carte de cré­dit qui cal­cu­lait l’empreinte car­bone de chaque achat et infor­mait le consom­ma­teur, pou­vant même « blo­quer » ses dépenses dès qu’un « maxi­mum de car­bone » serait atteint. Ce n’est pas de l’utopie !

Tous ces délires pour­raient quand même être évi­tés si la liber­té d’ex­pli­quer la réa­li­té non anthro­pique du réchauf­fe­ment cli­ma­tique était tolé­rée. Malheureusement il n’en est rien. Remettre en ques­tion les causes de ce réchauf­fe­ment est stric­te­ment inter­dit sur les réseaux sociaux et vous vau­dra un ban­nis­se­ment, tout comme ce fut le cas avec la vac­ci­na­tion. Quant aux jour­na­listes, ils ne vont pas mordre la main qui les nour­rit, que l’on se rap­pelle de Patrick Verdier, viré comme un mal­propre après la paru­tion de son livre : « Climat Investigation ».

Mardi 15 novembre 2022

Dévoilées aujourd’­hui, les mas­cottes des jeux olym­piques de Paris 2024 font déjà polé­mique. Plusieurs per­son­na­li­tés se sont émues d’ap­prendre que celles-ci, cen­sées « incar­ner l’es­prit fran­çais » selon le comi­té d’or­ga­ni­sa­tion des Jeux, auront tout d’a­bord une conno­ta­tion révo­lu­tion­naire plu­tôt mal­ve­nue (il ne manque que la guillo­tine ont dit cer­tains), mais en plus, seront pro­duites essen­tiel­le­ment par l’in­dus­trie chi­noise.
Dénommés « Phryges », les deux bon­nets phry­giens – l’un des sym­boles de la Révolution fran­çaise – sont loin, en effet de recueillir l’assentiment géné­ral. Ces peluches de cou­leur rouge révo­lu­tion­naire, seront pour la qua­si-tota­li­té fabri­quées en Chine, « comme la très grande majo­ri­té des peluches ven­dues en France », ont sou­li­gné comme une excuse idiote, les orga­ni­sa­teurs au cours d’une confé­rence de presse.
On nous dira certes, que le mar­ché a été confié à deux entre­prises fran­çaises : Gipsy, et Doudou & com­pa­gnie. La seconde pré­voyant de pro­duire 15 % de son quo­ta dans son usine à Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), qui pour l’oc­ca­sion, devra s’a­gran­dir. Il est vrai que « le rem­bour­rage, l’as­sem­blage, et la cou­ture seront réa­li­sés en Bretagne ». Mais les matières pre­mières vien­dront de Chine, où seront aus­si effec­tuées les pré­pa­ra­tions des pièces déta­chées.
Au final, ce n’est que 8 % du pro­ces­sus de fabri­ca­tion qui sera assu­ré en France selon le comi­té d’or­ga­ni­sa­tion, qui a par ailleurs affir­mé sans rire : « On veut que ces mas­cottes incarnent l’es­prit fran­çais. » Il est tout à fait vrai que cet esprit fran­çais est incar­né : un mini­mum fabri­qué dans le pays et le reste délo­ca­li­sé en Chine, pays sym­bole de la mon­dia­li­sa­tion. On ne pou­vait rêver de meilleur exemple.
Les deux mas­cottes sont donc nées sur les doubles fonts bap­tis­maux de la Révolution fran­çaise san­gui­no­lente et de la mon­dia­li­sa­tion tueuse d’identité.Phryges - JO Paris 2024

Mercredi 16 novembre 2022

La pro­gres­sion de la culture « woke » aux États-Unis, (qui vien­dra for­cé­ment chez nous par la suite), entraîne par­fois der­rière elle des drames humains dif­fi­ci­le­ment accep­tables. Cette « évo­lu­tion » des mœurs (Pierre-Émile Blairon parle, lui, d’invo­lu­tion), n’est en effet pas sans consé­quence sur des esprits jeunes, non pré­pa­rés mais bien endoc­tri­nés. Une preuve nous en est don­née avec ce qui vient d’ar­ri­ver à une jeune fille amé­ri­caine.
Chloé Cole, a été mise sous inhi­bi­teurs de puber­té à l’âge de 13 ans, ce qui lui a pro­vo­qué des dou­leurs arti­cu­laires, une faible den­si­té osseuse, et des symp­tômes conti­nus d’in­fec­tion uri­naire. À 15 ans, elle a subi une double mas­tec­to­mie (abla­tion des seins). Au même âge, on lui a pres­crit des blo­queurs de puber­té et des hor­mones trans­sexuelles.
Aujourd’hui, à 18 ans, elle pour­suit le per­son­nel médi­cal res­pon­sable de l’a­voir encou­ra­gée à subir cette tran­si­tion médi­cale alors qu’elle était encore mineure. Le per­son­nel médi­cal concer­né est pour­sui­vi pour « avoir pra­ti­qué, super­vi­sé et/​ou conseillé une hor­mo­no­thé­ra­pie trans­genre et une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale ».
Celui-ci aurait en fait contraint Chloé (et ses parents) à subir cette « expé­rience médi­cale » en s’ap­puyant sur deux men­songes :
• Ils ont décla­ré que la déprime et le mal-être de Chloé ne pou­vaient être résor­bés que si celle-ci se trans­for­mait « en homme ».
• Ils ont éga­le­ment insi­nué que c’é­tait la seule façon pour la jeune fille d’é­chap­per au sui­cide : « Préférez-vous une fille morte ou un fils vivant ? »
Les pro­blèmes de san­té men­tale et sa ten­dance sui­ci­daire de la jeune fille se sont en fait consi­dé­ra­ble­ment accrus après le trai­te­ment médi­cal et chi­rur­gi­cal. Elle a fini par com­prendre que la solu­tion à son pro­blème ne rési­dait ni dans la chi­rur­gie ni dans les hor­mones, mais dans un chan­ge­ment de pers­pec­tive men­tale. Elle a com­pris que la seule façon pour elle d’être heu­reuse était d’ac­cep­ter men­ta­le­ment son sexe bio­lo­gique et de choi­sir de vivre une vie en accord avec son sexe natu­rel.
« Ma vie d’a­do­les­cente a été le point culmi­nant d’une dou­leur atroce, de regrets, et, sur­tout d’in­jus­tice. Le pire c’est que je ne suis pas seule à souf­frir. Je veille­rai à ce que le sang et les larmes des détran­si­tion­naires comme moi ne soient pas gas­pillés. Il m’est impos­sible de récu­pé­rer ce que j’ai per­du, mais je veille­rai à ce qu’au­cun enfant ne soit bles­sé par les mains de ces men­teurs et de ces muti­la­teurs. »Chloé Cole - Changement sexe

Jeudi 17 novembre 2022

Hier, le 15 novembre 2022, quelques minutes seule­ment après la chute du mis­sile qui a fait deux morts à Przewodów, le pitre Volodymyr Zelensky s’est empres­sé d’ac­cu­ser la Russie d’a­voir frap­pé la Pologne (qui est membre de l’OTAN), appe­lant à une réac­tion :
« La ter­reur ne se limite pas à nos fron­tières natio­nales. Des mis­siles russes frappent la Pologne. Frapper le ter­ri­toire de l’OTAN avec des mis­siles. […] C’est une attaque de mis­siles russes contre la sécu­ri­té col­lec­tive ! C’est une esca­lade vrai­ment signi­fi­ca­tive. Nous devons agir ».
Oui mais, tout au long de la jour­née, les infor­ma­tions qui par­ve­naient de Pologne allaient toutes dans le même sens : le mis­sile tom­bé à l’in­té­rieur du ter­ri­toire était bien un mis­sile ukrai­nien, ce qu’a­vait décla­ré très rapi­de­ment Joe Biden luiu-même. Laissons les pro­ta­go­nistes dis­cu­ter de l’af­faire avec les obser­va­teurs com­pé­tents, les faits ne sont tou­jours pas actés.
Mais on peut tout de même obser­ver le com­por­te­ment du pré­sident ukrai­nien, qui contre toute évi­dence, conti­nue à nier. Ce n’est pas la pre­mière fois qu’il agit ain­si, il est même cou­tu­mier du fait depuis le début de l’in­ter­ven­tion russe dans son pays. Il faut dire qu’il est lar­ge­ment aidé dans cette méthode par le gou­ver­ne­ment fran­çais, qui a cen­su­ré toute infor­ma­tion venant de Russie en France, et les médias mains­tream, tous ven­dus à la cause ukrai­nienne.
Mais pour une fois les Français peuvent voir com­ment agit le sal­tim­banque. Son pays n’est rien sans l’OTAN et l’UE qui le tiennent sous per­fu­sion constante. Alors pour lui, tout est bon pour gar­der cette « pro­tec­tion ». Son rêve, c’est de déclen­cher une guerre mon­diale, l’OTAN contre la Russie au départ, advienne que pour­ra pour la suite. Il n’est donc pas sur­pre­nant de voir avec quelle insis­tance il accuse la Russie de tous les maux à toutes les occa­sions, que ce soient des char­niers décou­verts (lire Boutcha : « Ils » nous refont le coup de Timișoara, en bien pire ! du 7 avril 2022), ou des tor­tures sur des civils du 31 août 2022), actions qui n’ont jamais été prou­vées par des obser­va­teurs réel­le­ment indépendants.Zelinsky - Napoléon

Vendredi 18 novembre 2022

Je vous avais par­lé de cette affaire il y a quelques mois déjà, en mars 2021.
Les « Verts » de la mai­rie de Strasbourg avaient en effet signé un chèque de 2,5 mil­lions d’euros, pas moins, pour ter­mi­ner la construc­tion de la gigan­tesque mos­quée Eyyub Sultan (lire Ma semaine d’observation de l’info, aller au lun­di 22 mars 2021).
Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif a enfin sta­tué sur les sub­ven­tions des­ti­nées à la construc­tion cette grande mos­quée. Les finan­ce­ments accor­dés à cette époque par la muni­ci­pa­li­té éco­lo­giste de la ville, ont été jugés illé­gaux.
L’affaire avait connu de mul­tiples rebon­dis­se­ments puis­qu’au même moment, on débat­tait au Parlement du pro­jet de loi sur le sépa­ra­tisme. La pré­fète du Bas-Rhin et cer­tains conseillers muni­ci­paux s’étaient alors empres­sés de deman­der l’annulation de cette déli­bé­ra­tion. Ils ont enfin obte­nu gain de cause. Toutefois, la déci­sion de jus­tice laisse les détrac­teurs de ce pro­jet dubi­ta­tifs.
Le tri­bu­nal n’a en effet pas jugé l’af­faire sur le fond, mais a sim­ple­ment esti­mé que la pro­cé­dure était irré­gu­lière. Conformément à la loi, le pro­jet de déli­bé­ra­tion aurait dû infor­mer les conseillers muni­ci­paux sur le cadre juri­dique, la nature, le coût du pro­jet, etc. Hors, il man­quait des infor­ma­tions pri­mor­diales, qui n’ont pas per­mis aux élus d’exercer uti­le­ment leur man­dat.
En outre, la com­mune n’a pas res­pec­té ses propres règles d’octroi de sub­ven­tions aux lieux de culte, et n’a pas démon­tré que les lieux de culte exis­tants sont insuf­fi­sants ou inadap­tés. La ville de Strasbourg va donc devoir revoir sa copie pour faire fina­le­ment accep­ter ce financement.

Mosquée Strasbourg Eyyub Sultan

[ Copie d’é­cran France3 Grand Est]

Samedi 19 novembre 2022

Frégate L_AlsaceLes pho­tos ci-des­sus repré­sentent le même bateau de la Marine natio­nale, à savoir la fré­gate mul­ti-mis­sions (FREMM) « L’Alsace » (cli­quer sur l’i­mage pour l’a­gran­dir). Qui peut aper­ce­voir la dif­fé­rence entre les deux ?
Et bien, c’est tout sim­ple­ment l’absence des prin­ci­paux signes dis­tinc­tifs du bâti­ment de com­bat. Ses numé­ros de coque à la proue et à la poupe ont dis­pa­ru, alors que son nom à l’arrière est mas­qué. Le « D656 » d’or­di­naire bien visible, carac­té­ri­sant « L’Alsace » a pure­ment et sim­ple­ment dis­pa­ru. C’est ain­si la pre­mière a subir ce maquillage. Sa jumelle « La Lorraine » connaî­tra le même sort d’i­ci quelques semaines quand elle aura rejoint Toulon. À leur suite, « La Provence » et « Le Languedoc » seront maquillés et ano­ny­mi­sés. C’est-à-dire qu’il devien­dra extrê­me­ment dif­fi­cile pour un œil non aguer­ri de les recon­naître en pleine mer.
Dans quel but ?
Un de nos contacts émet les hypo­thèses suivantes :

Si l’ac­tion s’é­tend sur l’en­semble de la flotte, cela pour­rait signi­fier qu’il s’a­gisse d’une stra­té­gie (brouillard de guerre) qui rende plus dif­fi­cile l’i­den­ti­fi­ca­tion de bâti­ments en cas de conflit appor­tant indé­nia­ble­ment un avan­tage dans la sur­prise comme nos célèbres fli­bus­tiers qui ne se dévoi­laient qu’au der­nier moment aux bâti­ments atta­qués.
Par ailleurs (et je n’ose y pen­ser sérieu­se­ment !) s’a­gi­rait-il d’un démar­quage pour se sépa­rer de ces bâti­ments ? Nous ne pou­vons nous empê­cher de pen­ser à l’affaire des fré­gates de Taïwan.
Mais il y aus­si le spectre de la Mer Noire. Le Président (car dans ce cas là et une fois de plus, il ne s’a­git pas du choix du peuple fran­çais) a‑t-il déjà pré­pa­ré son cadeau de noël pour l’Ukraine ?

L’avenir nous le dira.…

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…
Patrice LEMAÎTRE

Les articles du même auteur

Patrice Lemaître

3 Commentaires 

  1. Les réqui­si­tion d’armes, c’est pour pré­ve­nir la révo­lu­tion popu­laire que va créer tout ce bor­del de réces­sion en tout genre pré­vu par les mon­dia­listes. Ils pré­fèrent prendre les devants et s’as­su­rer en cas de révo­lu­tion natio­nale que le peuple n’est pas armé.
    En ce qui concerne le passe car­bone, si tu es riche, tu pour­ras te dépla­cer avec ton véhi­cule car même si tu dépasses ton quo­ta auto­ri­sé, tu pour­ras conti­nuer à rou­ler mais avec un tarif car­bu­rant que seul le riche pour­ra s’of­frir ! Donc tu feras ce que tu veux si tu as des pri­vi­lèges ou de l’argent. En 2050, c’est bien­tôt, moi je serai plus sur cette pla­nète, alors à vous de vous bou­ger.
    Et n’ou­bliez pas : tous ceux qui vous gou­vernent vous mentent !

    Répondre
    • Pour ceux qui écrivent ces articles : puis-je vous sug­gé­rer de lire LE PRINCIPE DE LUCIFER de Howard BLOOM.
      Ce livre remet l’Homme à sa place.
      Un simple pas­sage dans l’Évangile de Mathieu JÉSUS dit : « CAR ON DONNERA À CELUI QUI A, MAIS À CELUI QUI N’A PAS, ON ÔTERA MÊME CE QUIL A »
      Que fait Macron et ses sbires actuel­le­ment ? Et que dit le pré­sident du G20 ? « VOUS N AUREZ RIEN ET VOUS SEREZ HEUREUX ».

    • Ah, alors, si l’Évangile a tout pré­vu !…
      Il ne nous reste plus que les yeux pour pleu­rer, donc.

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *